Nafi Ndiogou, porte-parole genre d’Idrissa Seck: « Macky Sall est entouré de lâches.»


Nafi Ndiogou, porte-parole genre d’Idrissa Seck: « Macky Sall est entouré de lâches.»
DAKARACTU.COM  Entre Rewmi d’Idrissa Seck et l’APR de Macky Sall, la guerre est enclenchée depuis que le maire de Thiès a soulevé l’affaire des 7 milliards de Taïwan. Chaque jour qui passe, on assiste à des attaques de part et d’autre. La porte-parole genre de Rewmi, Nafi Ndiogou, vient de porter un coup aux proches de Macky Sall qu’elle qualifie de "lâches". «Nous savons que Macky Sall est derrière la sortie de Moustapha Cissé Lo. Parce que nous sommes habitués à ses actes de lâcheté», assène Nafi Ndiogou dans l’Observateur. Avant d’ajouter que le clan de Macky Sall a toujours comploté sur le dos d’Idrissa Seck. Elle en veut pour preuve le cas de Mahmouth Saleh (théoricien du coup d’état rampant, debout...), Ndiogou Wack Seck (Il est midi), Alioune Badara Cissé qui publiait des contributions pour insulter le maire de Thiès... Pour la porte-parole genre de Rewmi, la réaction nerveuse des partisans du maire de Fatick montre à elle seule qu’il y a anguille sous roche.
Samedi 3 Décembre 2011




1.Posté par leuz le 03/12/2011 13:20
BRAVO MME BIEN DIT, IL ETAIT TEMPS D'AVOIR UNE FUTURE AMINATA TALL

2.Posté par boy pikine le 03/12/2011 13:59
plus que ces lâches qui l'entourent ,macky est un traitre et il avait largement contribué dans le complot d'Etat contre Idrissa Seck

3.Posté par boy pikine le 03/12/2011 14:02
Wade, Karim, Macky, Idy : La vérité par les faits, la constance par les actes
L’interprétation des actes, les accusations des uns et des autres, les différentes positions adoptées ont fini par créer un vrai imbroglio autour des relations entre Wade, Idy, Karim et Macky. Cependant, les stratégies, les complots, les ententes politiques, les conversations secrètes… sont autant d’actes posés à l’insu de tout un monde mais dont les tenants et aboutissants se révèlent aux grand public lorsqu’ils se déploient sur le terrain et créent des faits indéniables.
Dans la relation entre ses ténors de la famille libérale, les faits sont suffisamment éloquents. De Wade à Idy en passant par Karim et Macky, l’alternance qui a consacré leur accession au pouvoir à révélé les limites de la fidélité, de l’amitié et de la reconnaissance face aux enjeux du pouvoir.
Wade-Idy : Une rupture inattendue au relent familial
Venus le convaincre pour qu’il se présente à l’élection présidentielle de 2000, Abdoulaye Wade avait déclaré à ses visiteurs dont Idrissa Seck, que « de toutes les façons, compte tenu de mon âge, je ne ferais qu’un mandat pour ensuite laisser à la nouvelle génération la mission de continuer le combat» (propos rapportés par Abdoulaye Bathily dans les colonnes du journal Walfadjri du 30-05-2005)
Idrissa SECK qui avait gardé la maison du père lors de ses voyages répétés à l’étranger a entrepris de mettre à contribution tous les moyens nécessaires pour l’accession au pouvoir d’un leader qu’il avait défendu et soutenu contre vents et marrées.
Son engagement pour l’élection du candidat Wade à la magistrature suprême fut déterminant (Négociations pour le regroupement de chefs de parti autour de Wade dans le cadre de la CA 2000, marche bleu pour faire face aux manques de moyens et assurer en même temps une campagne électorale de proximité efficace, contributions financières pour aider à assurer la continuité d’une lutte acharnée contre un régime puissant à savoir celui du PS etc.)
Ses stratégies de communication visant à déstabiliser le régime socialiste avec son lot de souteneurs dans lequel figuraient en bonne place Ousmane Ngom, Serigne Diop, Jean Paul Diaz, Djibo Ka etc. ont largement contribué à la conscientisation des masses.
Dés les premiers jours de l’alternance, Idrissa Seck qui avait tous les mérites s’est vu naturellement octroyé les pouvoirs nécessaires qui ont fait de lui un deuxième homme fort après Wade Il était le successeur naturel de Wade au sein du PDS et éventuellement au sein de l’Etat.

Entre Wade et Idy, rien ne présageait une rupture, à partir de ce moment. Idy a tout fait pour l’élection à la magistrature suprême de Wade. Ce dernier, après son accession, à tout entrepris pour que Idrissa Seck soit récompensé de ses efforts.
Mais c’était sans compter avec l’arrivée d’un fils biologique qui se la coulait douce à l’étranger au moment où des sacrifices énormes étaient consacrés, au Sénégal, pour l’accession de son père à la magistrature suprême. Un fils sorti de nulle part avec des ambitions démesurées est subitement devenu la nouvelle coqueluche politique de la famille Wade. Une entreprise familiale visant à le hisser au sommet se met en branle.
Un schéma qu’Idrissa Seck n’a pas voulu accepter et déclare, entre autres, ce qui suit :
«Le président de la République n’a ni ascendant, ni descendant. C’est une créature constitutionnelle à incarnation humaine variable. Ses pouvoirs et attributs sont fixés dans la Constitution et sont à son usage exclusif. Ici au Sénégal, il s’est appelé Senghor pendant 20 ans, puis Diouf pendant 20 ans, aujourd’hui Wade. Demain autrement. Par nos comportements, nous devrons veiller à lui assurer une mention honorable sur les langues de la prospérité.» (Révélation faite dans le CD1 22 juillet 2005)
Pour imposer le fils biologique, il fallait donc détruire un fils d’emprunt qui ne sert plus à rien après avoir servi d’escalier pour l’accession au pouvoir et qui manifestait des réticences face à la nouvelle trajectoire politique tracée.
Idrissa Seck est donc vite présenté comme un homme pressé, qui travail pour prendre le pouvoir des mains de Wade. (Ce dernier est revenu sur cette phase, le mercredi 21 février 2007 à Thiès, en ces termes : « « J’ai proposé à Idrissa Seck d’être mon dauphin, mais aveuglé par l’argent et le pouvoir que je lui ai confiés, il a voulu usurper mon pouvoir »)
Puis, il est placé à la station primatoriale pour une meilleure visibilité de la cible. On lui prête par la suite, de vouloir imposer une dualité au sommet de l’Etat (alors qu’il n’était qu’un Premier ministre nommé par le président, chargé d’exécuter sa politique et pouvant être révoqué à tout moment). En même temps, Wade se met à monter au palais un groupe composé de détracteurs de l’ancien premier ministre notamment Ousmane Ngom à qui il a fait appel au moment où Idrissa Seck était en voyage. Et tout un stratagème fut mis sur pied pour liquider le fils d’emprunt.

Des journaux créés à cet effet et logés à la présidence n’avaient pas manqué de se charger du rôle de ternir l’image du potentiel successeur de Wade.
Il revenait à des politiques tels que Farba Senghor, Aliou Sow et Mahmouth Saleh de théoriser la volonté de déstabilisation du régime de Wade par son plus proche collaborateur.

« J’étais l’un des acteurs principaux dans ce combat féroce. Je faisais parti des éléments du commando » a fini par lâcher Aliou Sow (Walf Grand Place du 7 mai 2007)
Qui ne se rappel pas de la théorie du coup d’Etat rampant puis debout que Saleh brandissait partout à chaque fois que l’occasion lui était offerte. Saleh donnait l’impression à cette époque qu’il lui fallait emprunter tous les moyens pour faire passer son message.

L’idée était bien entendue de préparer le terrain du limogeage d’un fils d’emprunt pour céder la place au fils biologique. La suite des événements a été édifiante.
Idrissa Seck a été relevé de ses fonction à la tête du gouvernent le 21 Avril 2004. Les détracteurs d’Idrissa Seck qui avait accepté de jouer la sale besogne ont été tous récompensés.

L’après Idrissa Seck fut décrété période Karim Wade à tout point de vue.
Tout ce qui était reproché à Idrissa Seck pour justifier sa mise à l’écart des sphères de décision est mué en stratégie pour Karim Wade. La dualité au sommet de l’Etat est devenue un fait. Des ministres qui ne sont connu que par Karim et sa bande font leur entrée dans le gouvernement, Karim Wade se supplée aux ministres. Il engage des négociations au nom de l’Etat, monte des projets de privatisation, influe sur la carrière des uns et des autres.

Karim Wade qui se réclame du PDS ne se gêne pas pour créer une structure concurrente dénommée la génération du concret qui sape les instances régulière du parti. Idrissa Seck qui avait été exclu pour activité fractionnelle n’avait pas pour autant créer une structure parallèle, malgré sa mise à l’écart
Il est confié à Karim Wade un budget de plusieurs centaines de milliards dans le cadre de la préparation du sommet de l’OCI pour ravir la vedette au fils d’emprunt, auréolé par les travaux des chantiers de Thiès. Son nom est mêlé dans toutes les sauces à saveur d’argent (les privatisations, les appels d’offre, les investissements…)
Puis la concomitance « renforcer Karim, détruire Idy » a pris son envol pour faire regretter au fils d’emprunt d’avoir fait de l’ombre et d’avoir empêcher le fils naturel de remplir les réserves de la famille.

La touche Macky Sall

Idrissa Seck ayant été écarté pour céder la place à Karim, il fallait, pour ne pas éveiller des soupçons sur une probable dévolution monarchique du pouvoir, créer un personnage intermédiaire qui puisse jouer le rôle d’un faire-valoir. Macky a été la personne choisie. Cet ancien militant d’AJ/PADS a vite gravi les échelons pour rejoindre le cercle des souteneurs de Karim avec comme rôle celui de lui baliser le terrain et d’enfoncer son prédécesseur. Macky a vite pris ses empruntes dans sa nouvelle mission sous les lambris dorés du pouvoir.

Il a accepté de jouer, de fait, le second rôle au sein de l’Etat en laissant à Karim le soin de lui dépouiller, sans rechigner, des projets qui revenait à des ministères de son gouvernement pour se tailler un statut de présidentiable. Il l’a défendu et a tenté de lui baliser le terrain en s’attaquant directement à ses concurrents directs, notamment Idrissa Seck.

Au moment où tout le monde soupçonnait Wade de vouloir imposer son fils, avec les conseils ingénieux qu’il a donné à Eyadéma fils, Macky a couru au secours du fils du Président malgré son statut de Premier Ministre.
« C’est pas parce qu’il est de teint clair qu’il n’est pas sénégalais ? C’est Karim Meissa Wade, il s’appelle, fils de son père. Pourquoi il n’aurait pas droit à assumer une fonction publique au Sénégal ? » disait-il, en juillet 2006, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Télésud

Il a poussé le bouchon jusqu’à s’attaquer, par écrit, au grand Maodo qui s’en était pris à Karim dans une contribution intitulée « Allons-nous vers une dynastie Wadiste ? » publiée le 28 juin 2006. « Le Sénégal de 1968 n’est pas celui de 2006 » lui rétorqua t-il
Après avoir enrichi son vocabulaire par des expressions destinées à faire l’éloge du wadisme, Macky Sall s’est employé à tisser des lauriers aux faucons du palais connus dans leur art de mettre sur pied des plans diaboliques pour baliser la voie au fils. Il disait, ainsi, de ces faucons, qu’ils avaient « sauvé le Président d’une tentative d’usurpation des fonctions présidentielles » en faisant allusion à Idrissa Seck. Ce qui lui a, d’ailleurs, valu des conseils de ce dernier, du fond de sa cellule.
« Je donne ce conseil à Macky écrivait-il : «Concentre-toi sur les inondations l’assistance aux populations sinistrées dont votre acharnement à me détruire vous avait détournés des priorités depuis presque deux ans.
Concentre-toi sur le sort des paysans, le fonctionnement normal de notre système de santé, le désenclavement de la Casamance , le respect du calendrier électoral, socle de notre démocratie,… Plutôt que de tourner les pages d’une histoire «Wade-Idi», écrite à ton insu et qui te dépasse.»
Gare aux flots qui sont aptes à noyer et rendre vaines les œuvres des traitres car « Allah n’aime pas les traitres ». Moi non plus. »
Malgré tout, Macky Sall n’a pas une seule fois hésité à se présenter devant la presse nationale et internationale, muni d’un faux rapport (d’après l’IGE Naffissatou Keita, sur les ondes de la radio Walfadjri, le vrai rapport n’a jamais été publié) pour enfoncer Idrissa Seck et ainsi justifier l’ouverture d’un parcours programmé pour guider ce dernier à la guillotine.
Macky Sall a pris beaucoup de risques et a beaucoup fait pour les Wade. Depuis le début, il savait qu’il semait pour le fils du président. Mais ce qu’il ne savait pas c’est qu’il n’aura pas droit aux récoltes, même pas une partie
Il pensait qu’il pouvait tout avoir en faisant tout ce qui lui a été dicté. Il était entrain de se transformer en simple pion. Or un pion sur un échiquier n’a pas d’importance, seule la stratégie globale compte.
Macky a fini de faire parti de la stratégie après avoir terminé son travail. Ce qui explique sa mise à l’écart. Il s’y ajoute que sa rébellion qui a réussi à freiner, pour le moment, sa mise à mort et les moyens dont il a disposé lors de son passage à la primature et dont il dispose actuellement, à la tête de l’assemblée nationale font de lui un adversaire, à surveiller, pour les partisans de la montée du fils vers le sommet.
La constance dans le positionnement
L’après Wade est devenu le nouveau enjeu dans la lutte entre ses ténors de la famille libérale.

L’entreprise familiale qui a entrainé la chute de Idy et la mise à l’écart de Macky continue son déploiement et compte imposer le fils, propulser les proches, entretenir la cour. Wade est constant dans sa démarche. Tout le travail accomplit depuis le début de l’alternance, pour placer son fils ne doit pas être vain semble t-il penser. Rien dans son comportement ne laisse croire qu’il renonce à ce projet. Karim tisse sa toile dans les coulisses et laisse le père balayer la voie.
La récente dissolution de certaines collectivités locales entre, à n’en pas douter, dans cette vaste stratégie de positionnement. La famille Wade compte se perpétuer pendant des années et des années encore à la tête du Sénégal. La dynastie Wade veut régner dans une république et le père pense que c’est possible.
Macky Sall, qui avait pris des risques pour se maintenir au sommet reste constant. Tant qu’il est laissé au sommet, il ne fera pas d’histoires. Sa position de Président de l’Assemblée Nationale est une belle planque pour lui. Il sait que la position de pouvoir joue sur le maintien de la base. Avec un fond politique de plusieurs centaines de millions que l’assemblée met à sa disposition, Macky se présente comme un des éléments du PDS qui ont les moyens de ratisser large et de conquérir un électorat aussi minime soit-il.
Quant à Idrissa Seck, son comportement montre d’une manière claire, qu’il tient à participer au partage de l’héritage qui sera laissé par Wade malgré son déploiement en dehors des instances du PDS. C’est quelqu’un qui n’a jamais voulu tourné le dos au PDS et qui a été constant dans cette démarche.

Après avoir été éjecté de la tête du gouvernement (21 avril 2004), il est resté chez lui tout en continuant à se considérer comme membre à part entière du parti. A la veille de sa convocation à la DIC (14 juillet 2005), au moment où l’arbitraire allait s’abattre sur sa personne, il a déclaré qu’il préférait être la tête de liste du PDS et c’est seulement si l’arbitraire lui prive de cette opportunité qu’il va se présenter avec une coalition. Sorti de prison, au moment de sa déclaration de candidature (04 Avril 2006), il annonce qu’il compte sur sa famille naturelle le PDS.

Ce comportement constant peut se justifier par le fait que Idrissa Seck est le seul à jouir d’une légitimité indiscutable pour succéder à Wade. L’arbitraire l’a écarté de ce schéma mais le peuple l’a rétablit en lui octroyant une légitimité populaire (2ème après Wade, lors de la dernière élection présidentielle)
Il serait injuste de priver quelqu’un de vouloir récupérer son dû. Il a beaucoup investi dans ce parti depuis le bas âge. Il y a cru et a tout donner pour voir ce parti gravir les échelons pour accéder à la magistrature suprême.
Mais ses ambitions se heurtent à la volonté de Wade de parachuter son fils.
Cependant, Karim qui a le soutien de son père et d’un clan élargi à des leaders d’opinion et des chefs religieux n’a pas encore fait ses preuves sur le terrain politique. Quelques sorties par ci, un meeting par là, financées à coup de millions ne sont pas des baromètres suffisamment éloquents pour mesurer sa capacité de mobilisation.
Il s’y ajoute que l’après OCI qui devait consacrer le grand déploiement politique avec les chantiers de l’ANOCI en bandoulière a coïncidé avec une crise alimentaire qui ne justifierai pas que la beauté d’une allées soit vendu à des sénégalais affamés.
Mais Wade ne renonce pas. Il se donne encore du temps et pense pouvoir y arriver. L’enjeu est trop sérieux pour reculer. Il complote encore et toujours.
Cependant, il devrait se rappeler de cette belle parole de Dieu « Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes. » (Coran, sourate 8 verset 30)

4.Posté par LU POUR VOUS le 03/12/2011 14:04
Le Sénégal est à la croisée des chemins et s’achemine sans doute vers l’un des scrutins les plus disputés de son histoire politique. Plusieurs candidats sont déjà dans les starting- blocks et s’apprêtent à prendre part à la « course » aux suffrages.
La candidature de Macky sall retient particulièrement l’attention en ce sens que, quoi qu’on en dise, le président de L’APR présente la particularité d’avoir participé à toutes les dérives du système Wade jusqu’en 2008, année de son départ de la présidence de l’assemblée nationale.
Il serait intéressant de connaître les axes de communication qu’il va déployer durant la campagne électorale .Autrement dit comment va-t-il s’y prendre pour s’attaquer à un bilan et à un système vomi par le peuple, auxquels il faisait partie intégrante jusqu'à une date récente ?
Mais on a déjà un avant gout de la stratégie de polissage de son profil, en vue de séduire l’électorat. Monsieur le Président de L’APR veut se positionner comme le candidat de l’éthique.
Quand on interroge l’histoire politique récente du Sénégal, on se rend compte que ce positionnement ne résiste pas à l’analyse et ne sera pas opérant sur l’electorat.Car penser que les sénégalais ont la mémoire courte est une terrible erreur d’appréciation.
Les sénégalais n’ont pas oublié, moi non plus que Macky Sall était à la tête du commando qui avait monté de toute pièce l’affaire des chantiers de Thiès dans le seul but de » tuer » politiquement Idrissa seck.Pensait-il sans doute sur le moment qu’il en serait le grand bénéficiaire. Des familles ont étés déchirées, des carrières professionnelles sacrifiées, notre justice a été instrumentalisée juste pour détruire arbitrairement un homme. Finalement aucune preuve n’est venue contredire Idrissa seck et il est apparu au grand jour que l’affaire des chantiers de Thiès était un gigantesque complot d’Etat.
Les sénégalais n’ont pas oublié, moi non plus, nous avons surtout été frappé d’émoi ce jour de scrutin ou Macky Sall à l’aide de ses imposants gorilles et de la terreur, a voté sans pièce d’identification à son bureau de vote à Fatick.
Les sénégalais n’ont pas oublié, moi non plus, la lettre insultante et indécente que le soit disant candidat de l’éthique a adressé ouvertement à l’un des monuments de l’histoire du Sénégal, feu le maodo Mamadou Dia. Lui dont le seul tort a été de dénoncer les nombreuses dérives du régime de Wade, sous la direction de Macky Sall.
Les sénégalais n’ont pas oublié, moi non plus, quand Macky sall, dans ses envolées, volait la vedette à Mbaye Pekh et faisait de Wade le Napoléon de L’Afrique !
Aujourd’hui, Macky Sall s’offusque, simplement parce que Idrissa seck lui demande de rendre compte, exercice du reste banal dans une Démocratie.
Pour toutes ces raisons, permettez-moi de trahir d’ores et déjà le secret de l’isoloir pour dire que je ne voterai pas Macky Sall en 2012 !
ABDOULAYE DJIGO
Layemail80@gmail.com

5.Posté par citoyen.sn le 03/12/2011 15:13
Merci Boy Pikine pour la bonne contribution et dont la pertinence ne fait aucun doute.
J'ai l'habitude de dire que pour parler politique, il faut au moins avoir une culture géopolitique de ces dix dernières années.
Malheureusement ya n'en qui ne l'ont pas et c'est pour cette raison qu'ils racontent du n'importe quoi. J'aimerai bien que les militants des autres partis et mouvements fassent pareillement pour éclairer la lanterne des citoyens.
S'il est vrai que nous sommes dans une démocratie, cela doit se prouver par la qualité des contributions des uns et des autres.
Ceux qui ne le comprennent pas ont comme armes:injures et calomnies.

6.Posté par Mbagnick le 03/12/2011 23:49
Qui est cette Nafi Ndiogou qui s'agite?
Nous faisons honneur aux dames pour ne pas les mépriser. Le Président Macky Sall est un grand homme d'État parce qu'il est justement bien entouré.
Madame Ndiogou, vous n'êtes pas du tout dans votre élément. Hélas

7.Posté par Jambar le 04/12/2011 00:04
Je suis d'accord avec Nafi. D'ailleurs je n'ai jamais compris pourquoi REWMI ne répondait pas aux coups de l'âne. Macky est un hypocrite et un lâche. Le Sénégal entier le sait. Doublé d'un nullard. Dieu n'aime pas les traitres. Moi non plus.

8.Posté par ANNONCE le 04/12/2011 00:30
«EXPERTS GROUP»
PRE-INSCRIPTION / VENTE DE BILLETS D’AVION À BAS PRIX

Rejoins EXPERTS GROUP sur www.facebook.com/ pour avoir des informations complémentaires et rester en ligne avec nous pour vos questions.

1) Vous êtes élèves en classe de terminale, étudiants, professionnels……..vous voulez continuer vos études à l’étranger, nous sommes à votre disposition pour vous trouver une acceptation (pré-inscription) dans les universités de :

 FRANCE
 ETATS UNIS
 BELGIQUE
 SUISSE
 CANADA
 MAROC
 ANGLETERRE
 TUNISIE

2) Vous avez déjà obtenu votre acceptation, nous sommes à votre disposition pour vous aider à la constitution de votre dossier de demande VISA :

 LOGEMENT EN RÉSIDENCE UNIVERSITAIRE


- Chambres
- Studios
- Appartements

 VENTE DE BILLETS D’AVION SUR TOUTES DESTINATIONS A TRAVERS LE MONDE ET AVEC LA COMPAGNIE DE VOTRE CHOIX.



Contact : 00221 77 048 01 56 / 00221 70 709 66 55
E-mail : expertsgroup@hotmail.fr


Rejoins EXPERTS GROUP sur www.facebook.com/ pour avoir des informations complémentaires et rester en ligne avec nous pour vos questions.

©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©



«EXPERTS GROUP»
PRE-INSCRIPTION / VENTE DE BILLETS D’AVION À BAS PRIX

Rejoins EXPERTS GROUP sur www.facebook.com/ pour avoir des informations complémentaires et rester en ligne avec nous pour vos questions.

2) Vous êtes élèves en classe de terminale, étudiants, professionnels……..vous voulez continuer vos études à l’étranger, nous sommes à votre disposition pour vous trouver une acceptation (pré-inscription) dans les universités de :

 FRANCE
 ETATS UNIS
 BELGIQUE
 SUISSE
 CANADA
 MAROC
 ANGLETERRE
 TUNISIE

2) Vous avez déjà obtenu votre acceptation, nous sommes à votre disposition pour vous aider à la constitution de votre dossier de demande VISA :

 LOGEMENT EN RÉSIDENCE UNIVERSITAIRE


- Chambres
- Studios
- Appartements

 VENTE DE BILLETS D’AVION SUR TOUTES DESTINATIONS A TRAVERS LE MONDE ET AVEC LA COMPAGNIE DE VOTRE CHOIX.



Contact : 00221 77 048 01 56 / 00221 70 709 66 55
E-mail : expertsgroup@hotmail.fr


Rejoins EXPERTS GROUP sur www.facebook.com/ pour avoir des informations complémentaires et rester en ligne avec nous pour vos questions.

9.Posté par ANNONCE le 04/12/2011 00:30

«EXPERTS GROUP»
PRE-INSCRIPTION / VENTE DE BILLETS D’AVION À BAS PRIX

Rejoins EXPERTS GROUP sur www.facebook.com/ pour avoir des informations complémentaires et rester en ligne avec nous pour vos questions.

1) Vous êtes élèves en classe de terminale, étudiants, professionnels……..vous voulez continuer vos études à l’étranger, nous sommes à votre disposition pour vous trouver une acceptation (pré-inscription) dans les universités de :

 FRANCE
 ETATS UNIS
 BELGIQUE
 SUISSE
 CANADA
 MAROC
 ANGLETERRE
 TUNISIE

2) Vous avez déjà obtenu votre acceptation, nous sommes à votre disposition pour vous aider à la constitution de votre dossier de demande VISA :

 LOGEMENT EN RÉSIDENCE UNIVERSITAIRE


- Chambres
- Studios
- Appartements

 VENTE DE BILLETS D’AVION SUR TOUTES DESTINATIONS A TRAVERS LE MONDE ET AVEC LA COMPAGNIE DE VOTRE CHOIX.



Contact : 00221 77 048 01 56 / 00221 70 709 66 55
E-mail : expertsgroup@hotmail.fr


Rejoins EXPERTS GROUP sur www.facebook.com/ pour avoir des informations complémentaires et rester en ligne avec nous pour vos questions.

©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©©



«EXPERTS GROUP»
PRE-INSCRIPTION / VENTE DE BILLETS D’AVION À BAS PRIX

Rejoins EXPERTS GROUP sur www.facebook.com/ pour avoir des informations complémentaires et rester en ligne avec nous pour vos questions.

2) Vous êtes élèves en classe de terminale, étudiants, professionnels……..vous voulez continuer vos études à l’étranger, nous sommes à votre disposition pour vous trouver une acceptation (pré-inscription) dans les universités de :

 FRANCE
 ETATS UNIS
 BELGIQUE
 SUISSE
 CANADA
 MAROC
 ANGLETERRE
 TUNISIE

2) Vous avez déjà obtenu votre acceptation, nous sommes à votre disposition pour vous aider à la constitution de votre dossier de demande VISA :

 LOGEMENT EN RÉSIDENCE UNIVERSITAIRE


- Chambres
- Studios
- Appartements

 VENTE DE BILLETS D’AVION SUR TOUTES DESTINATIONS A TRAVERS LE MONDE ET AVEC LA COMPAGNIE DE VOTRE CHOIX.



Contact : 00221 77 048 01 56 / 00221 70 709 66 55
E-mail : expertsgroup@hotmail.fr


Rejoins EXPERTS GROUP sur www.facebook.com/ pour avoir des informations complémentaires et rester en ligne avec nous pour vos questions.







Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016