NON ! (Par Cheikh Yérim Seck)


NON ! (Par Cheikh Yérim Seck)
DAKARACTU.COM Non !!! Le spectacle dégoûtant que nous avons subi hier dimanche à la télévision, lors du combat de lutte opposant Tapha Tine à Bombardier, est tout sauf un spectacle sportif. C’est de la boucherie pure et simple. A interdire aux âmes sensibles et aux enfants assurément ! Un foutoir d’une violence inouïe : voilà ce qu’est devenu un sport que nous nous targuons de qualifier de national. L’argent et une compétition malsaine sont passés par là. On n’entend plus parler que de salles de musculation, à New York si possible, ça fait plus parvenu. Plus aucune intelligence de combat, pas du tout nécessaire dans ce milieu de gladiateurs décervelés, où seule comptent la force et la puissance des coups. Ardo, le médecin des arènes, est devenu une star et même un motif à quolibets. « Je vais l’envoyer chez Ardo », dit-on, pas « je vais lui faire une prise ». Cette violence que l’on a vue ce dimanche est NOTRE violence, juste déléguée à des brutes d’un genre nouveau. Si des reporters exultent en présentant cette sanglante parodie de combat comme un grand moment de télévision sportive, c’est à désespérer de la valeur éducative du sport. Non !!! La lutte ce n’est pas de la boucherie et une orgie sanglante. Non !!!! La lutte ce n’est pas cette vulgaire mise en scène de gris-gris qui laissent croire à nos jeunes que celui qui gagne est celui qui a le meilleur marabout. Non !!! Ce n’est pas de la lutte lorsque des spectateurs crient aux anges parce que les arbitres donnent la victoire au moins sanguinolent des deux lutteurs. Qu’attend-t-on ? Qu’il y ait mort d’homme dans l’arène ? Qu’attend-t-on quand on voit ces lutteurs, gonflés à certainement autre chose que du lait de vache, tomber en syncope sur leurs lieux d’entraînement et mourir comme ce Tyson Junior à 23 ans d’un malaise cardiaque ? Parlera-t-on de dopage à ce moment-là ? Il sera trop tard. Ce que les arènes offrent aujourd’hui est obscène, et plus obscène encore est le commentaire des commentateurs qui se font une joie de voir autant de sang devant eux. La lutte n’est pas ce lieu où, bardés de gris-gris et dégoulinant de potions maraboutiques, les lutteurs osent se concentrer le temps d’une inadéquate fatiha. Il est vrai que l’on a vu Gris Bordeaux faire deux rakkas le torse nu dans les arènes et ce geste impie n’a gêné personne. Il faut sévir et vite réglementer ce sport qui va se consumer de l’intérieur par appât des gains qui y sont distribués et qui attirent de plus en plus de jeunes qui pensent que c’est celui qui cogne le plus fort sur la tête de son adversaire qui est le plus fort. Et non celui qui, comme c’est le cas dans toutes les nations avancées, a la tête pleine et bien faite. Non !!! Nous n’avons pas qu’un destin de mastodonte friand de sang à offrir à nos enfants ! Ce spectacle abrutissant qui pollue les télévisions et contamine la société est l’un des plus graves facteurs de régression de notre pays !!! On ne doit pas apprendre à lutter mais à pouvoir prendre part à la compétition mondiale de l’intelligence. Le Sénégal a besoin non pas du choc des muscles mais du bouillonnement des matières grises. Ne nous donnez plus à voir ce spectacle d’un tout autre âge. Celui du Moyen-Âge. Celui du temps des barbares.




Lundi 25 Juin 2012
Notez

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent
1 2 3 4 5


Dans la même rubrique :