Mouvement d'humeur du Syndicat National des Travailleurs de l'hydraulique : les précisions du ministère


Ce présent communiqué de presse fait suite au mouvement d'humeur du Syndicat National des Travailleurs de l'hydraulique et faisant état de retards de paiement de salaires et de refus d'exécution d'une décision de justice pour des dommages et intérêts de plus de 45 millions dus aux agents de l'hydraulique
D'ordre et pour le compte du ministère de l'hydraulique et de l'assainissement, je voudrais apporter quelques précisions par rapport à cette situation.
La première est relative au statut de ces agents contractuels dont la plupart d'entre eux sont dans le secteur depuis 15 ans et n'ont jamais bénéficié de contrats de travail dûment signés et enregistrés. Ils étaient d'abord des bénévoles et ont par la suite bénéficié d'une rémunération qui dépendait d'une ligne budgétaire dénommée FNH (Fonds National de l'hydraulique) et qui permettait de couvrir 11 mois sur 12.
Cela a toujours était le cas jusqu'à la réforme de l'hydraulique rurale intervenue en 2OL4 avec la suppression de la direction de l'exploitation et de la maintenance (DEM) et la mise sur pied de l'Offrce des Forages Ruraux (Ofor) qui est un établissement public à caractère industriel et commercial et qui n'a plus les mêmes missions que celles jadis assignées à la DEM. Cela va sans dire que I'Ofor ne peut pas recruter ses anciens travailleurs de la DEM puisqu'il n'a pas vocation à réparer et exploiter des forages mais plutôt d'assurer un approvisionnement correct en eau potable en milieu rural à travers un contrat d'affermage. En d'autres termes, lEtat du Sénégal est en train de reproduire la même expérience que celle en cours entre
la SONES et la SDE pour mettre fin à la rupture d égalité entre le milieu urbain et le milieu rural en matière d'accès à l'eau potable.
Qu'à cela ne tienne, nous tenons à préciser qu'avec l'entrée en vigueur de la réforme de l'hydraulique, le ministère a agi en bon père de famille en procédant en premier temps à la régularisation de la situation des ex agents de la direction de l'exploitation et de la maintenance en leur faisant signer des contrats à durée déterminée d'un an enregistrés à l'inspection du travail, après autorisation de leur avocat. Ils ont perçu régulièrement leurs salaires et leurs cotisations sociales ont été versées conformément aux clauses de leurs contrats. A ce jour, tous les salaires ont été versés au niveau de leurs banques respectives, y compris le mois de décembre.
En vue d,une solution définitive, nous espérons pouvoir trouver un consensus avec
les délégataires de service public de l'eau potable en milieu rural en vue de leur accorder une priorité d,embauche.
Maintenant pour les 45 millions dont parle ce syndicat, il faut dire que le ministère de l'hydraulique et de l'assainissement n'a guère obligation à exécuter cette décision de justice' c'est lEtat du Sénégal qui est condamné dans ce litige. Il urge alors pour ces syndicalistes d'user des voies d'exécution qui s'offrent à eux pour entrer da's leurs fonds' Mais toujours est-il que cela ne relève pas de la compétence du ministère de l'hydraulique mais de l'agent judiciaire de lEtat.
Mais, sachant que leurs contrats sont arrivés à terme, le syndicat est en train de mettre la pression sur le ministère pour un renouvellement. Mais le chantage ne marchera pas.
Nous sommes toutefois ouverts à un éventuel renouvellement s'ils veulent continuer à travailler pour le compte du ministère de l'hydraulique et de l'assainissement. Le ministère est disposé à étudier leurs dossiers.

Fait à Dakar, le 19 janvier 2016

Le Chargé de communication
Mardi 19 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :