Moustapha Cissé, khalife de Pire, prêche pour Wade


Moustapha Cissé, khalife de Pire, prêche pour Wade
L’appel du khalife général de Pire, El Hadji Moustapha Cissé, a été pratiquement un plaidoyer pour défendre la candidature de Me Abdoulaye Wade. Aussi a-t-il vertement tancé les leaders de l’opposition qui dénient le droit à ce dernier de se présenter à la Présidentielle de 2012. Ainsi, le marabout de Pire a exhorté les Sénégalais à retourner aux enseignements du Coran. «L’agression verbale, la médisance et la haine sont actuellement monnaie courante dans notre société. En cette période préélectorale, nous lançons un appel au calme dans le cadre de la pérennité et du respect des institutions. Nous devons éviter tout ce qui est de nature à raviver des tensions politiques qui pourraient mener à des conséquences fâcheuses pour le pays. Nous devons réitérer les valeurs de nos ancêtres qui savaient entretenir des relations cordiales entre les citoyens, quelle que soit leur obédience politique. Il n’appartient pas aux autres de dire que le Président Wade n’a pas le droit de se présenter aux élections. D’ailleurs sur quoi se fondent-t-ils? Il a le droit de se présenter», a déclaré Mous­tapha Cissé.

Les bonnes pratiques de la religion, selon le marabout de Pire, ont disparu de la société sénégalaise où les populations excellent dans la diffamation, le dénigrement et les insultes à l’encontre d’honnêtes citoyens ou de hautes institutions. «Cette fête est une occasion de mettre l’accent sur les recommandations et les valeurs sacrées de l’Islam qui sont irremplaçables. Le Prophète Mouhamed qui incarnait la doctrine de l’Islam était un homme avec des qualités exceptionnelles. Durant sa vie, il a œuvrait pour la paix, la justice sociale, la tolérance. Il était un rassembleur. Le Prophète, notre modèle, doit nous inspirer dans nos comportements, nos paroles. Il est grand temps de restaurer nos valeurs islamiques et culturelles qui sont bafouées par des comportements irresponsables», souligne-t-il.

Après le discours du khalife de Pire, la délégation gouvernementale sous la conduite du ministre de l’Intérieur Me Ousmane Ngom, visiblement satisfaite, a adhéré à l’appel au calme de Moustapha Cissé en cette veille de campagne électorale. Un appel à la paix que Me Ngom a sollicité des chefs religieux.

( Le Quotidien )
Lundi 5 Décembre 2011




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016