Moussa Baldé, Président du Conseil régional de Kolda : « En se lançant en politique Abdoul M'baye prend le risque de faire l’expérience de l’échec »


Au terme de la visite de l’ancien premier ministre Abdoul Mbaye dans la Casamance naturelle, le Président du Conseil régional de Kolda Moussa Baldé a égratigné un tant soit peu l’ancien premier ministre. Selon lui en choisissant de se lancer en politique, cela lui permettra de faire l’expérience de l’échec.
« Je dis que c’est très bien pour notre Département, il a fait des achats et sa délégation s'est payée un hôtel. Par rapport au fait qu’il se lance en politique, il faut dire qu’il a eu des conditions initiales que l’on peut considérer comme favorables. Maintenant à la retraite, entamer une carrière politique cela me parait un peu risqué. Il a eu une carrière professionnelle apparemment formidable couronnée par sa nomination à la Primature, et créer un parti politique à 64 ans cela veut dire qu’il « switch » de façon radicale par rapport à sa première trajectoire. A son âge, décider qu’il a une ambition pour son pays me parait limite. Et pour cette trajectoire il verra que la situation est différente ».
« En se lançant en politique Abdoul Mbaye prend le risque de faire l’expérience de l’échec. Ce qui n’est pas mal en soi »,  dira-t-il.
Sur le dialogue politique, le responsable apériste de Kolda trouve que c’est un nouveau pas dans le cadre de la stabilisation de notre démocratie. « Le ministre de l’intérieur a convoqué les partis politiques, et ils sont en train de travailler sur le code électoral. Je pense que c’est une bonne chose. Le Président avait dit qu’il allait lancer le dialogue et que secteur par secteur des discussions allaient être entamées. Je me réjouis du fait que certains partis politiques qui avaient boudé le lancement sont maintenant à pied d’œuvre pour travailler dans le dialogue ». C’est une bonne chose arguera-t-il, « ce dialogue vient à son heure ». « Notre démocratie elle est en marche, mais c’est comme un jardin il faut toujours l’arroser. Nous devons continuer à discuter pour avoir la transparence la mieux possible, avoir un code électoral le plus consensuel, pour que nous continuons à vaquer à nos occupations après les résultats de chaque élection. Ce dialogue contribuera  à cela nous allons encore faire un nouveau pas dans le cadre de la stabilisation de notre démocratie ».
Pour finir, Moussa Baldé a tenu à « faire reprendre foi » certains présidents de conseils départementaux qui ont fustigé la répartition des fonds de dotation et ont donné Kolda comme exemple.
« Il y a une méprise » selon lui sur ce sujet. « Nous avons hérité des conseillers régionaux et il était dit que tous les travailleurs qui ont été recrutés avant le 1 er Janvier 2014 doivent être maintenus à leur poste. Et le Conseil départemental de Kolda avait un personnel pléthorique ce qui fait que nous avons un conseil qui a la plus grosse masse salariale et comme on doit payer les salaires obligatoirement, c’est sur cette base que les fonds de dotation ont été répartis. Jusqu’à présent même le fonds ne couvre pas la masse salariale. Il faut que ces personnes sachent raison garder, il y a eu un effort d’augmentation des fonds de dotation pour tous les départements du Sénégal, calibré par rapport à la masse salariale » fera-t-il savoir. Au lieu de fustiger le fait qu’un département a eu plus qu’un autre, « nous devons travailler pour fonctionner correctement. Il n’y a pas eu de discrimination, la distribution a été faite de manière logique », conclura t-il...
Mardi 14 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :