Monsieur le Président, je suis fonctionnaire et je ne serai pas ponctuel…………

"Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire."
Ernesto Che Guevara - 1928-1967


1,15

Monsieur le Président, je suis fonctionnaire et je ne serai pas ponctuel…………
Monsieur le Président je suis fonctionnaire et je ne serai pas ponctuel…………
"Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire."
Ernesto Che Guevara - 1928-1967

Le Président de la République M. Macky SAll avait appelé récemment dans une interview très matinale et cela après avoir sacrifié à une nouvelle « ancienne » tradition qui est la levée des couleurs. Cet exercice avait pour vocation de renouer les sénégalais avec les symboles du pays pour qu’ils se sentent plus sénégalais, plus encrés dans les valeurs républicaines.
Une cérémonie dont l’objectif est de redorer le blason d’une république qui continue d’agoniser après les innombrables coups de butoir infâmes inoculés par quarante (40) ans de socialisme et douze (12) ans de libéralisme.
M. Président
Vos gourous en com vous ont une nouvelle fois soufflé une idée « généreuse » pour réconcilier les sénégalais avec leur drapeau, leur baobab, leur lion et leur hymne. Ils vous ont surement susurré à l’oreille l’incivisme généralisé des sénégalais, le manque de respect et l’indiscipline notoires de ce peuple de « badola », l’insubordination caractérisée de cette populace. Et dans les salons cossus du palais quelqu’un a eu la somptueuse pensée de vous dire que face à tant de maux dont souffre cette peuplade, il faut montrer l’exemple, frayer la voie, guider les pas pour cela il va falloir se lever à l’aube, drainer le gouvernement qui sera en rang serré derrière vous au palais, alerter la « télé bidon » nationale pour faire passer le message républicain d’un président qui se lève tôt pour « servir le Sénégal », nous renseigner sur la bonne parole diurne d’un Chef d’Etat « sobre et vertueux » appelant à la ponctualité. Le symbole aurait pu être fort éloquent, je l’avoue, si toutes cette mascarade était suivie d’actes allant dans le même sens.
Je suis fonctionnaire Monsieur le Président et vous en avez appelé à mon sens de la responsabilité pour respecter la ponctualité et me dévouer corps et âme pour la république sénégalaise. Discours sensé et capital qui, en principe, doit motiver tous ceux qui travaillent pour le Sénégal néanmoins cela m’a laissé de marbre pire cette logorrhée a renforcé le sentiment d’indignation que j’éprouvais à l’égard des politiques habiles à appeler aux comportements citoyens tout en ayant des attitudes contraires.
Pourquoi, M. Le Président, dois- je braver le climat torride du matin pour me présenter à l’heure au bureau quand je sais que ce travail n’a aucun égard à vos yeux. Pourquoi dois-je affronter l’aube glaciale et être à l’heure au travail si je sais que c’est un étudiant dont le seul mérite aura été de rassembler trois pelés et un tondu pour vous et qui n’a pas encore terminé ses études que j’aurai comme Consul Général du Sénégal à Marseille. Pourquoi dois je me hâter à accomplir ma mission « républicaine » si je sais que le fils de cultivateur que je suis a peu de chance de devenir Ambassadeur et Représentant permanent du Sénégal à l’Unesco et devra céder la place à la digne héritière de la famille TALL dont la mère plastronne actuellement au sommet du Conseil Economique Social et Environnemental.
Dites moi Monsieur le Président, au nom de quelle République devrais je faire preuve d’exemplarité dans mon labeur administratif si le seul baromètre de récompense légale est le niveau d’accointance qu’on aura avec le Haut d’en Haut qui dans son immense mansuétude recyclera son ex chef de protocole à la retraite en Consul général du Sénégal à Bordeaux. Pourquoi M. le Président dois-je sacrifier mon sommeil pour travailler au service de l’Etat si mon patron est Souleymane Jules DIOP insulteur public de renom (malgré son engagement salutaire pour le départ de A. WADE) ne peut être nommé envers et contre toutes les règles de déontologie juste histoire de lui clouer le bec. Pourquoi dois-je, une fois de plus, M. Président être ponctuel au travail si par votre grâce Ndiogou Wack SECK (……..je passe sur ses faits d’armes…….) et Racine TALLA sont mes Boss.
Au nom de quel saint, dois je être à l’heure au travail si le Directeur général que vous venez de nommer vient juste de terminer ses humanités.
Tant de questions se bousculent dans ma tête que je ne saurai les poser toutes…….
Mes collègues m’ont conseillé dans leur légendaire naïveté de fonctionnaires dévoués de se résigner et de travailler pour le peuple Sénégalais et pour mériter mon salaire. Je suivrai malheureusement pas leurs recommandations car cela ne changera rien je continuerai à venir au Bureau à 11h, je ferai le minimum nécessaire, je me connecterai sur le net, j’écouterai ahmed Aidara et mon KEYTI au travail, je siroterai un café à 13h et à 16h je me casserai….. Chaque fin du mois j’irai chercher mes maigres ressources sans état d’âme, sans arrière- pensée…..j’entends en sourdine les gardiens de la vertu me rappeler que je suis un musulman et que tout ce que je mange doit être au mérite et à la sueur de mon front.
A dire vrai, c’est le cadet de mes soucis, je dors bien la nuit, je n’ai nullement le sentiment d’être un prévaricateur ou bien pas plus que l’Ambassadeur retraité, le Consul général étudiant, le Directeur général bachelier, le procureur corrompu, le ministre parent et le Président partisan……
M. Président,
Les gesticulations, les appels de phares et les déclarations d’intention n’ont jamais amenés un pays à la cime du développement. S’entourer de communicants experts dans la création de concepts vaseux et creux n’a jamais rempli les panses d’un peuple affamé. Se lever tôt pour courber l’échine devant un tissu multicolore n’émeut aucun sénégalais. Ne pas être au courant du malaise généralisé des enseignants ne vous absout point de vos devoirs.
Laisser Latif Coulibaly pérorer à longueur journée dans les médias n’est pas synonyme d’une gouvernance vertueuse et sobre. Penser que gouverner un pays se limite à de la communication s’est se tromper réellement d’époque. En quelques sortes …….
Mettre à des postes de responsabilités des hommes parce qu’ils ont juste ramassé une pierre pour vous c’est ignorer royalement le mérite de ces centaines de milliers de fonctionnaires anonymes engagés qui se tuent à la tâche que vous appeler pourtant à la responsabilité citoyenne……….
M. Le Président,
Des milliers de fonctionnaires vivent en sourdine une frustration sans commune mesure avec le sentiment d’être réduits à des faire valoir à qui on impose au gré des régimes des autorités choisies exclusivement sur une base politicienne. Le sentiment des Sénégalais est que notre pays est réduit à être une terre où la promotion à des responsabilités est liée uniquement à des connivences politiques, religieuses, ethniques, familiales et partisanes. Pour marquer la rupture nul besoin d’être un expert en communication ou un créateur de symbole républicain, il faut surtout un état juste ou chaque citoyen pourra avoir la conviction que seul le mérite est l’arbitre impassible pour décider des responsabilités et des postures.
Vous avez été agent, Directeur, Ministre, Premier Ministre, Président de l’Assemblée nationale et enfin Président de la République. Ceci vous donne un large éventail de connaissances sur chaque palier de l’administration à moins qu’à l’image des sénégalais (amnésiques) chaque échelon dépassé est rangé dans les tiroirs de l’oubli. Pour vous dire M. Président qu’il faut mettre le mérite, la justice au début et à la fin de chaque décision. Cela vaudra tous les discours matinaux et levée de couleurs…………..
« Un discours sur la révolution n’est pas la révolution »
HASTA SIEMPRE…………

Hasta Siempre




Samedi 9 Février 2013
Notez


1.Posté par Fall le 09/02/2013 08:58
Monsieur le fonctionnaire. Il faut savoir rester cohérent dans la vie. Si vous n'êtes pas satisfait de votre condition, vous démissionnez. Personne ne vous retient et il y a des milliers de jeunes diplômés beaucoup plus compétents et plus patriotes qui chôment et vous les empêchez d'occuper votre poste par votre égoïsme, votre irresponsabilité et vos clowneries. Cela me rappelle les enseignants (encore des fonctionnaires) dont la devise est: on se gratte le derrière, on perçoit nos salaires à la fin du mois et on sacrifie la jeunesse sénégalaise.

2.Posté par slipsakhmotouko le 09/02/2013 09:40
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous ,demandez vous ce que vous pouvez faire pour votre pays". Monsieur le fonctionnaire le pays que vous décrivez et qui mériterait vos efforts n'existe que dans les contes,alors ne justifiez pas votre paresse ,votre inconstance et votre incivisme par une quelconque indignation! Dieu saura reconnaître les siens.

3.Posté par diop le 09/02/2013 09:50
Ce genre d'articles ne merite meme pas d'etre publier. C'est tout travail merite recommence. Mai avant de critiquer, dites vous d'accord si vous avez fait correctement votre devoir. La question à se poser c'est ce que j peux faire pour l'Etat et non ce que l'Etat peut faire pour moi. L'heure est au developpement et à l'amelioration de la citoyenneté sénégalaise.

4.Posté par veridique le 09/02/2013 09:55
A mon avis Macky Sall doit trouver un moyen de pousser certains fonctionnaires qui n'ont plus gout au travail comme moi, de prendre la tangente par une maniere legale; depart volontaire, ou que sais-je.... afin que ceux qui restent soient plus motivés.

5.Posté par Khadija le 09/02/2013 10:13
Monsieur Fall on voit que n'avez compris ou que vous êtes tombé au piège du titre du texte. Comme cela aurait pu m'arriver si je ne m'avais pas donné de le lire en profondeur. Il est vrai que c'est titre est tres choquant mais bien pensé car obligeant à la lecture. Dans ce texte, l'auteur, le fonctionnaire à qui ; l'on peut reprocher d'abus de l'anonymat ; car il aurait pu quand même s'identifier et signer son papier. Ce qui est d'ailleurs un signe très révélateur de la personnalité de ce fonctionnaire anonyme pour ne pas dire fictif, l'histoire d'éviter de jeter une pierre dans le jardin des enseignants "fonctionnaires" de l'Etat du Sénégal. Mais bref ... pour en revenir au contenu du texte il faut en effet, reconnaître qu'il ne peut pas ne pas être anonyme car l'on a essayé de décrire le comportement universel malheureusement très sous-développé et anti-emergent de la quasi totalité des fonctionnaires de l'Etat du Sénégal. Laxiste, bavard, étourdi, distrait, lent, bordélique, désordonné, désorganisé, jaloux, trop regardant des autres, suiviste, tricheur, copieur, léthargique et j'en passe maintenant. L'auteur veut tout simplement nous dire que ces tares ne vont pas s'effacer avec la meilleur communication au monde car elle sont innées à l'homo senegalensis.

6.Posté par peuple le 09/02/2013 11:14
article très bien écrit qui révèle l’état général des déshérence dans lequel se trouve des milliers de travailleurs sénégalais privé comme public qui se sentent lésés à tort par des gouvernants dont le seul soucis est de caser la clientèle politique au détriment de la promotion interne......merci

7.Posté par Dëgg la vérité le 09/02/2013 11:19
L'administration sénégalaise est archaïque par rapport aux multiples défis que sont les contraintes économiques, les innovations technologiques, les modifications socioculturelles et les changements politiques et organisationnels. Pour la moderniser on ne peut que s'appuyer sur le talent et le comportement du fonctionnaire, mais malheureusement celui-ci est souvent administré par des politiques ignares, cupides et égoïstes ne privilégiant que leurs intérêts personnels au détriment des relations professionnelles devant promouvoir la compétence et la performance. Un fonctionnaire démotivé peut se présenter au bureau à 8h et descendre à 17h pour sauver les apparences, son collègue plus motivé peut se présenter au bureau à 10 h et ne descendre qu'à minuit sans que personne ne s'en rende compte et cela existe depuis longtemps dans tous les ministères, mais on n'en parle jamais.Seule une gestion moderne des ressources humaines peut éradiquer l’archaïsme de l'administration sénégalaise.

8.Posté par barou le 09/02/2013 12:04
sur le fonds je suis tout à fait d'accord avec "l'auteur"...je ne partage pas certaines "attaques" personelles...encore que......il a pafaitement raison sur certaines nominations ...et moi je dirais sur le maintien des agences...Maky devrait les suprimer toutes j'ai bien dit toutes les agneces et autres...c'est de l'injustice avérée....et ramener leur mission aux structures de l'Etat...nommé un DG sorti de nulpart avec un salire de 5 millions qui passe son temps à recruter des parenst et autres avec des salaires enormes et avec des diplomes douteux..làMaky ya à revoir...d'un autre coté je reviens sur ce que j'avais dit...en plus de l'audit de la fonction publique il faut faire l'audit de l'ensemble des diplomes depuis 2000...yaura des surprises..il suffit tout juste de se rapprocher de l'office du bac et de certaines écoles...les directeurs cocernés peuvent faire ce trvail .pas cher comme opérations...élargir cet audit auprés des collectivités et les agences...ce sera le plus gros scandale dans ce pays.....mais bon on est au Sénégal

9.Posté par iso le 09/02/2013 14:59
merci beaucoup hasta siempre.on etait en soif de gens qui réfléchissent.pour le cas des fall;diop,veridique lisez avant de critiquer:ma xala vos niveaux sont bas;longue vie a hasta siempre;
foliwone sopi ngir sopiwone doundou askan wi;bobou ba légui macky bi di wait diguééééé yii

10.Posté par Suxxali Kaolack le 09/02/2013 18:37
1 votre frustration date du jour ou VS avez embrassez la fonction publique
2 je VS raconte une blague révélatrice : un institueur demande a son ELEVE que fait ton pere ,l'eleve répond il est fonctionnaire et ta MERE elle non plus ne fait rien .
3 vous etes pire que les pilleurs de la Republique VS VS enrichissez sans cause avec ce salaire
4 dans tous les pays les nominations sont toujours contestées et créées des frustrations
5 VS ne travaillez pas pour Macky sall , VS avez travaillé avant qu'il soit PR et VS travaillerez Apres .
6 inconciement votre frustration va jusqu'à se demander pourquoi Macky PR et pas moi
7 D'après votre texte VS etes un cadre mais VS avez ete tj frustré et VS le serez tj car VS regardez a cote de VS

11.Posté par boulfalé le 09/02/2013 19:16
il faut travailler pour ton pays et pas pour une personne fut -il le président. je n'attends rien de ces ministres corrompus qui veulent des larbins ou des fonctionnaires qui retournent leur casaque pour préserver leurs avantages en donnant des pots de vin pour se maintenir au poste. C'est le même système, ce sont les personnes qui changent. faites bien attention, il y a une république ethniciste qui se dessine lentement. j'en suis venu à la conclusion suivante : faire mon boulot en toute conscience et en toute honnêteté. Il ne me reste que ma dignité et pour rien au monde je ne la perdrais pour des privilèges. Actuellement c'est la promotion des médiocres, courtisans, larbins, partisans et des corrompus. Je pensais que c'était fini avec la chute du PDS, oooh que noooonnnn!!!!! seule la compétence paie.

12.Posté par Jazz le 10/02/2013 02:59
Écoutez, Hasta siempre n'a fait que dépeindre une situation sempiternelle qui doit cesser si on veut sortir de la bourbe du sous-développement. L'on se demande même si nos autorités veulent véritablement nous mener au développement. Tant que le recrutement public, à fortiori à des postes stratégiques, ne se fera pas sur des bases d'équité, de justice et surtout de compétence par le biais d'appels de candidature transparents, on ne pourra émerger de l'ornière des pays éternellement assistés qui courbent l'échine devant le diktat des super puissances et des pétro-dollars. Nous avons cette chance d'avoir des ressources humaines dont la valeur et les compétences rayonnent aux quatre coins du monde. Cependant, pour la majorité des sénégalais de la diaspora, un retour au pays est synonyme de souffrance, de mépris et de regret tant les pratiques de népotisme, de clientélisme et autre fricotage ont fini d'endiguer le pays dans une situation chaotique qui laisse sans la misère l'écrasante majorité des valeureux sénégalais.
Nous aimons notre pays mais nos gouvernants doivent nous encourager à l'aimer encore plus à travers une conduite exemplaire. La justice, l'équité, la culture du travail, du rendement et du mérite sont autant de pistes pour réussir cette mission. C'est possible, c'est bien possible.

NGUEN BALMA AKH

13.Posté par djs le 19/02/2013 22:23
J'apprécie ce cri ! Monsieur vous êtes bien inspiré et véridique à y voir de plus près!
la rupture c'est bien mais ceux qui la pause doivent être conséquent et l'appliquer partout, surtout dans les domaines qui profitent le mieux au pays.
Dans notre pays si vous n'êtes pas politicien haut parleur vous ne serez malheureusement pas promu à certains postes. Vous resterez opérationnels sous les ordres de jeunes tricheurs bavard dont le seul mérite et d'avoir su ameuter des gens vers les urnes. Dommage !
Bravo pour ce texte riche d'enseignement !

14.Posté par fa le 22/02/2013 10:55
MR l' anonyme, vous avè prèfère lanonyma mè cela nempeche qu'on voi votre personnalitè en lisant votre texte. vous n'ète qu'un rencuniè et un mèchant. esk vous connaissè le passè, le vecu ou la mère de c gens k tu viens de citè ds ton texte? KO KHAMOUL LOU YAYAM LIGUEYE AK MOME LAMOU DADJI BOUKO IGNANè LAMOU AME.......... AMNA YO KHAMNè LIGUEYOU NDAYE LA. maintenant si vous fonctionnaire de l'etat ète dèmotivè, mankè d'assiduitè et de rigueur ds votre travail, je crois k vs ete le seul responsable. chak fin du mois vous alè prendre votre "maigre" salaire pour nourir cmbien de personnes, pour faire plaisir a combien de gens? MEDITER sur ça. BARILè BARKèl lè MOKO GUEUNE. nenviè pas les autres ki on eu des promotion peut etre k vous vivè plus heureux. dc MR L' ANONYME RESPECTER VOTRE TRAVAIL



Dans la même rubrique :