« Monsieur Moumar GUÈYE, toutes vos allégations gratuites, juste pour une audience manquée !».


 « Monsieur Moumar GUÈYE, toutes vos allégations gratuites, juste pour une audience manquée !».
Monsieur Moumar GUEYE,
L’école publique sénégalaise et l’administration publique nationale ont formé des cadres nationaux et d’autres venus de la sous région Afrique de l’ouest française compétents, dévoués et pondérés avec un sens élevé de retenue et de sagesse. J’espère que vous n’êtes pas l’exception qui confirme la règle.
Votre article publié sur le site Ndarinfo.com le 08 juillet 2016[[1]]url:#_ftn1 et repris par les journaux l’Enquête, Libération,  la Tribune et le Quotidien du samedi 09 juillet 2016 est un condensé d’attaques virulentes et personnelles contre le Ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye BALDE à qui vous reprochez uniquement deux choses : refus de vous accorder une audience et refus d’acheter vos deux livres intitulés respectivement : « l’arbre est la vie » et « l’eau, source de paix et de sécurité ».
Pis, vous avez commencé par féliciter le Docteur Ousmane Aly PAME avec qui vous partagez les mêmes fausses impressions négatives sur notre Ministère, tous  les deux, tenaillés et obnubilés par des intérêts crypto personnels,  juste pour cause d’une demande de nomination non adjugée pour PAME et  d’une audience manquée pour vous.
 
En ce qui concerne l’audience, je vous cite : « Quand un ministre n’arrive pas à trouver dans son agenda quelques minutes pour parler d’éducation environnementale avec un spécialiste en la matière, il doit tout simplement démissionner ou être démis pour le bonheur du peuple sénégalais ! ».      
Je dois rappeler que le Ministre de l’Environnement ne peut d’ailleurs pas accéder à toutes les demandes d’audience dans les délais souhaités par les demandeurs. Toutefois, il peut les imputer à ses collaborateurs les plus proches. C’est ainsi que je vous ai reçu en tant que Directeur de Cabinet du Ministre. Je vous ai écouté mais vous ne m’avez prodigué aucun conseil en matière d’éducation et/ou de formation environnementale. Bien au contraire, vous m’avez demandé de transmettre votre requête au Ministre. Celle-ci portait sur l’achat par le Ministre de 1000 unités de votre livre « l’arbre est la vie » pour toujours selon vous, les redistribuer dans les écoles et à la cellule d’éducation et de formation environnementale (CEFE).
Je voudrais vous rappeler, puisque je suis certain que vous le savez autant, ou plus que moi que :
  • Le Ministère de l’Environnement et du Développement durable ne dispose pas de ligne budgétaire pour acheter des livres. Pousser le Ministre à le faire, ne signifierait-il pas l’inviter à la mauvaise gestion budgétaire, contrairement à ses principes de gestion fondés sur la vertu et la probité ?
  • De même, si le Ministre devrait acheter un ouvrage pour la CEFE, celui-ci devrait être validé par les spécialistes en la matière, pour servir de manuel didactique. A ma connaissance, ce livre, comme d’ailleurs tant d’autres livres de la place, ne reflète que votre opinion mais il n’est pas un article scientifique validé par les instances appropriées encore moins un manuel didactique destiné à être intégré dans les curricula par le Ministère en charge de l’Education.
Comme vous semblez le faire croire, si les livres que vous avez écrits sont de haute facture, ils seront achetés par les sénégalais à titre privé et repris par les médias domestiques et internationaux. Enfin, ils devraient vous donner l’occasion d’être invité à des conférences nationales et internationales pour  mieux diffuser les connaissances y incluses.
Je pense que rien, ni personne ne doit obliger un Ministre en charge de l’Environnement à acheter les ouvrages dont le contenu reflète une opinion personnelle sujette à débat et contestation, de tous les sénégalais qui écrivent des livres.
De là à vouloir dénigrer le Ministre en lui reprochant d’avoir effectué des nominations douteuses, je trouve cela dénué de fondement et d’honnêteté. En effet, l’actuel Ministre de l’Environnement, est l’un des rares sinon le seul à avoir accepté de travailler avec tous les directeurs nationaux qu’il a trouvés sur place. Les seules mutations opérées ont concerné des directeurs généraux frappés par l’âge à la retraite.
Le plus grave de toutes les allégations de Monsieur GUEYE a été l’attaque de la mémoire de l’illustre Colonel Ousmane KANE, décédé des suites d’une crise consécutive à une hypertension artérielle. Je pense que la décence oblige de prier pour le repos de l’âme de Feu KANE que de le mêler dans un argumentaire qui ne vise qu’à inciter un Ministre à acheter vos ouvrages. Monsieur KANE a servi loyalement son pays et n’a jamais manifesté, sous quelque forme que ce soit, un sentiment d’insatisfaction par rapport à toutes les fonctions qu’il a eues à occuper durant sa  brillante carrière.
D’ailleurs, l’adage wolof qui dit « wakh fègne » n’a pas été démenti à travers votre diatribe. Vous avez révélé que vous ne suivez pas l’actualité au département dans la mesure où vous avez fait cas  du relèvement de Madame NDAO Altiné Traoré au poste de coordonnatrice de la CEFE par Monsieur BALDE alors que celle-ci n’est plus à ce poste depuis quasiment trois ans mais plutôt à un autre poste et, je suis en droit de vous rappeler, que le pouvoir de nomination est discrétionnaire. Aussi, la décision de mutation que vous avez évoquée est-elle une mesure souveraine prise par l’autorité dont vous n’en maitrisez ni les tenants ni les aboutissants.
Enfin, s’il est indéniable que vous avez été Ingénieur des Eaux et Forêts, actuellement à la retraite, il n’en est pas pour autant du titre que vous revendiquez de spécialiste de l’éducation et de la formation environnementale. Je justifie mes propos par deux faits : premièrement, vous n’avez pas de diplôme d’enseignement ou de pédagogie.  Deuxièmement, vous n’avez jamais exercé dans un service spécialement dédié à l’éducation et à la formation environnementale.
Toutefois, j’admets que vous avez eu le privilège de coordonner le projet agro forestier de lutte contre la désertification à Diourbel où une des composantes portait sur la sensibilisation et le renforcement des capacités de la population cible. Cependant, l’évaluation faite par le FIDA du projet montre à suffisance que les résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes. D’ailleurs, n’aviez vous pas été relevé de ce poste pour insuffisance de résultats et mauvaise gestion par le Ministre Souty TOURE que vous avez bien pris le soin de ne pas citer parmi les Ministres que vous avez connus durant votre longue carrière de presque 40 ans ? En tout cas, pour ceux qui souhaitent vérifier mes allégations, je les invite à consulter l’article encore en ligne, relatif l’évaluation du projet agro forestier de Diourbel, à partir du lien suivant :
 https://www.ifad.org/evaluation/reports/ppa/tags/senegal/447/1860469.
Monsieur GUEYE, vous avez le droit de ne pas apprécier le Ministre personnellement ou de ne pas être d’accord sur ses choix et ses réalisations. Mais, l’objectivité aurait voulu que vous citiez les faits sur lesquels vous ne partagez pas son approche.
De toutes les façons, il est indéniable que c’est le Ministre BALDE qui a élaboré et fait voter la loi sur le plastique entrée en vigueur depuis le 04 janvier 2016. C’est aussi, sous son impulsion que le Sénégal a participé avec brio à la COP 21 de Paris après avoir soumis le plan, d’action de lutte contre les changements climatiques, en l’occurrence la Contribution prévue déterminée au niveau national. Auparavant, il avait participé, aux cotés du Chef de l’Etat à New York, en septembre 2015, à la validation de l’agenda international de développement à l’horizon 2030 sur les Objectifs de développement durable.
Au niveau national, depuis son arrivée au département, il a pesé de tout son leadership pour mettre en œuvre la politique définie par le Président de la République son Excellence Macky SALL, notamment la réforme de la gestion des parcs et réserves à travers la mise en place d’une fondation qui accompagnera le Gouvernement dans la gestion du parc national de Niokolo KOBA. Aujourd’hui, les membres fondateurs se sont réunis et un Président du Conseil de Fondation est désigné. Il est prévu, incessamment une réunion de levée de fonds avec les mécènes à l’échelle internationale pour sauver ce parc en péril, en sus des contributions des membres fondateurs dont  certains ont déjà effectué des donations.
En ce qui concerne le secteur des Eaux et Forêts, nul ne peut contester l’équipement de cette direction depuis 2014, à travers le Programme de Renforcement et de Consolidation des Acquis (PRCA) financé par le Royaume des Pays BAS. Faudrait-il rappeler qu’à l’arrivée de Monsieur BALDE, ce projet avait connu beaucoup d’écueils et des lenteurs d’exécution qui ont pu être levés grâce au pragmatisme de Monsieur le Ministre. Ainsi, grâce à son sens élevé de la responsabilité et sa clairvoyance,  un montant de 6 milliards a été exécuté en moins de 18 mois.  Ainsi, pour la première fois, le service des Eaux et Forêts a disposé de véhicules légers et de matériel lourd de lutte contre les feux de brousse capables d’intervenir partout à l’intérieur du territoire avec un équipement adéquat. Il est vrai que le renforcement de l’équipement doit se poursuivre mais cet effort considérable et inédit ne doit pas être occulté.
Toujours dans le même sillage, tout le monde déplore l’exploitation illicite du bois au Sud du Sénégal au même titre que l’exploitation illégale et abusive de toutes les ressources naturelles du pays, y compris les ressources fauniques ou à l’international. Cependant, il faut reconnaitre les efforts consentis par le Ministre BALDE pour d’abord recruter, dans les délais un quota de 400 agents, sur autorisation de Monsieur le Président de la République, pour y faire face et ensuite engager la communauté internationale à la lutte contre le trafic du bois à travers l’inscription depuis le 09 mai 2016 du bois de Ven à l’annexe III de la CITES et la perspective de son inscription en septembre prochain à l’annexe II de la CITES, initiative soutenue et saluée notamment par l’Union européenne. Cette inscription portera un coup à ce trafic dans la mesure où celui-ci ne pourra se réaliser sans la présentation de certificat d’origine attesté par les pays et de certificat d’autorisation d’exporter et d’importer le produit. Ces mesures viennent compléter celles en cours visant à instaurer une patrouille mixte (armée, police et forestiers) dans la zone. D’ailleurs ces mesures commencent déjà à porter des fruits dans la mesure où les trafiquants se déplacent de la zone du sud ouest vers la partie orientale et les quelques récidivistes empruntent des charrettes en lieu et place de camions.
Enfin, lors de la tournée récente du Ministre BALDE dans la zone Sud, il  a promis d’ériger tous les villages victimes de ce trafic en Eco villages et d’y mettre en place des projets générateurs de revenus alternatifs sains et d’emplois verts. 
Par ailleurs, les réalisations globales du PRCA peuvent faire l’objet d’un article différent, tant pour la formation des acteurs  à la base, le renforcement de capacités des agents de l’administration publique que pour l’équipement des services. A cet égard, la Direction des Aires marines protégées communautaires a bénéficié d’équipements de surveillance  ( des squads, des jumelles, un bateau, etc). D’ailleurs, le nombre d’aires marines protégées a été doublé en moins de deux ans  rapprochant notre pays de plus en plus de l’objectif d’Aishi
Il faut aussi tout de même reconnaitre que le Ministre BALDE a eu le mérite d’organiser la première édition de la conférence nationale sur le développement durable en juillet 2015 et à faire valider à cet effet à un très haut niveau, la stratégie nationale de développement durable ainsi que  la politique nationale des zones humides.
L’accréditation du Sénégal au Fonds vert climat à travers le CSE démontre à suffisance les performances réalisées par le département sous l’impulsion du Ministre BALDE. Dois-je rappeler que le Sénégal est le seul pays africain accrédité à ce fonds et d’ailleurs déjà, un projet a bénéficié d’un financement. Aujourd’hui, tous les pays africains viennent s’inspirer du Sénégal et saluer le leadership du Ministre à cet effet.
En outre, la création de centaines d’emplois verts avec l’accompagnement des PME/PMI et le programme d’équipement des collectivités locales en matériel d’assainissement sont entre autres les grandes réalisations à l’actif du Ministre BALDE.
Enfin, je dois dire que les partenaires au développement ont salué  à l’unanimité les progrès enregistrés et les réformes en cours au sein du département lors de la dernière session du comité de suivi de la formulation et de la mise en œuvre de la politique environnementale de juin 2016, qui contribuent ainsi à hisser ce département sur la rampe de l’émergence, conformément à la vision de Son Excellence Macky SALL.
Si un tel Ministre n’est pas à la hauteur comme le dit Monsieur GUEYE, je l’invite sincèrement à prendre son courage à deux mains et à nous révéler ses véritables intentions inavouées.
Au demeurant, Monsieur GUEYE, je me demande comment vous pouvez vous même préjuger de la courtoisie et de la compétence d’une personne que vous n’avez jamais personnellement rencontrée ?
Je saisis d’ailleurs l’occasion pour saluer la sagesse de tous les anciens agents  du Ministère en charge de l’Environnement pour les précieux conseils qu’ils nous prodiguent régulièrement dans le cadre de la bonne marche de ce prestigieux département.
 
Souleymane DIALLO
Directeur de Cabinet du Ministre
de l’Environnement et du Développement durable
 
 
 
 
Lundi 11 Juillet 2016
Dakar actu




1.Posté par DIOLA le 11/07/2016 09:03
Je ne vous connais pas mais j'apprécie la pertinence de votre réponse (contenu et forme).
Bravo et bon courage!

2.Posté par xatabe le 11/07/2016 14:36
Merci monsieur le Directeur de votre éclairage. . .. Félicitations.

3.Posté par Diallo le 12/07/2016 23:56
Bon collaborateur maîtrisant son domaine. Monsieur Gueye est un farceur



Dans la même rubrique :