Mohamed Ali sera inhumé vendredi dans sa ville natale de Louisville

Le boxeur de légende Mohamed Ali sera inhumé vendredi prochain dans sa ville natale de Louisville, dans le Kentucky. L'ancien président Bill Clinton fera l'éloge funèbre du boxeur, mort vendredi à 74 ans.


La ville de son enfance comme dernière demeure. Le boxeur de légende Mohamed Ali, décédé vendredi à 74 ans, sera inhumé vendredi prochain dans la ville américaine de Louisville, dans le Kentucky, où il est né en 1942. Une procession funéraire traversera la ville pour permettre au plus grand monde de faire ses adieux à The Greatest. 

Samedi, non loin de la petite maison de son enfance, fleurie par les passants, le maire de Louisville a présidé une cérémonie d'hommage, saluant un "homme d'action et de principes" qui a grandi dans cette ville encore marquée alors par la ségrégation qui séparait aux Etats-Unis les Noirs des Blancs. En silence, une garde d'honneur a ensuite mis les drapeaux en berne. 

Bill Clinton fera l'éloge funèbre
De Scottsdale, où il s'est éteint, à Louisville, en passant par le théâtre de l'un de ses mythiques combats, Kinshasa, le monde entier a célébré samedi ce boxeur de légende aux poings et convictions en acier. "Ses dernières heures, ils les a passées avec ses proches, il n'a pas souffert", a confié le porte-parole de la famille Ali. 

LIRE AUSSI >> Mohamed Ali en huit phrases coup de poing 

L'ancien président Bill Clinton prononcera l'éloge funèbre de celui qu'il considérait comme son ami. Passionnés de boxe et passants émus se sont relayés samedi devant l'hôpital où Mohamed Ali a passé ses dernières heures, laissant mots, fleurs et ballons pour un monument improvisé à la mémoire de cette légende du sport. 

A Lousville, les uns confiaient avoir perdu un "père", les autres pleuraient un "prophète": là aussi, devant la modeste maison où a grandi Mohamed Ali, les habitants sont venus déposer des fleurs, une photo ou une lettre adressée à celui qu'ils n'oublieront jamais. 

"Ils nous a rendus forts"
C'est dans cette ville du Kentucky, Etat situé à la limite du Midwest et du Sud profond, que le boxeur mythique a donné ses premiers coups de poing. Mais ici, tout le monde s'accorde à dire que les victoires sur les rings ne sont qu'une facette d'un géant qui a irradié bien au-delà. "On se focalise sur la boxe. Mais sa dimension est tellement plus grande. Il était en mission. Il avait un message à nous livrer", affirme à l'AFP Sonny Fishback, un ancien camarade de classe de Mohamed Ali. 


A l'époque, le futur poids-lourd était plutôt frêle et il s'appelait Cassius Marcellus Clay. Il était élevé selon des préceptes baptistes, dans lesquels la lecture de la Bible prend une place importante. Lui et Sonny revenaient à pied de l'école ensemble. "Il nous disait qu'il deviendrait champion en catégorie poids-lourds. Personne ne le croyait", relate ce Noir de 75 ans, qui lui a fait carrière dans la musique. 

"A l'époque, les Noirs n'avaient pas vraiment confiance en eux", ajoute-t-il. "Mais il nous a dit 'vous êtes beaux', il nous a rendus forts". 

La stupeur d'une ville
Vénéré par des millions d'anonymes dans le monde entier, Mohamed Ali l'est sans doute encore davantage dans ce quartier, qui n'a pas oublié les heures sombres de la ségrégation raciale. 

La maison familiale des Clay est minuscule, mais elle vient d'être rénovée pour servir de musée. Sa façade rose fraîchement repeinte ne compte qu'une fenêtre et une porte. L'annonce de la mort du boxeur légendaire, que chacun ici a au minimum croisé un jour, a plongé la communauté dans la stupeur.

Un casque de boxe, des fleurs sont deposés comme des souvenirs, le 4 juin 2016 devant la maison où a grandi Mohamed Ali à Louisville.

Un casque de boxe, des fleurs sont deposés comme des souvenirs, le 4 juin 2016 devant la maison où a grandi Mohamed Ali à Louisville.afp.com/Michael B. Thomas
"Les gens ont commencé à venir dès 2h du matin", souligne Evan Bochetto, le commissaire chargé du petit musée. "Quand j'ai appris la nouvelle, j'ai d'abord ressenti un choc, puis j'ai pleuré toute la nuit. C'est douloureux. C'est comme si c'était mon père", raconte Tony Wickware, venu avec son fils se recueillir sur place. 

A côté d'eux, se poursuit un défilé de familles, en majorité noires, dont les enfants déposent des ballons, des dessins, des gants de boxe. Puis ils repartent après une photo immortalisant ce jour de deuil historique. 

Boxer pour se venger d'un vélo volé
C'est dans une des rues alentour que le jeune Cassius, à l'âge de 12 ans, a promis de "rosser" l'inconnu qui lui avait volé son vélo rouge. "Tu ferais mieux d'apprendre d'abord à boxer", lui a alors répondu un policier, ignorant que ce conseil allait conduire à une triple couronne de champion du monde. 

Ses premiers crochets et uppercuts, Cassius les a échangés avec son petit frère Rahaman. L'homme de 72 ans est présent samedi dans la rue de son enfance, la voix abîmée et le corps tremblant, comme son aîné l'a été avant de mourir. 

"Qu'est-ce qu'on s'amusait! On luttait, on jouait au hockey, aux cartes, à tous ces trucs de gosses", se souvient-il. Rahaman Ali a été un sparring partner fidèle pour son frère, même si sa propre carrière d'athlète n'a pas atteint les mêmes sommets. 

Arrosée par le fleuve Ohio, Louisville a été ainsi baptisée en hommage au roi de France Louis XVI. La cité a également inspiré l'un des surnoms de Mohamed Ali: "le Bagout de Louisville" ("The Louisville Lip"), pour ses tirades incisives. "A chaque fois que je le vois combattre, à chaque fois que je le vois parler, j'y trouve une source d'inspiration", explique Alex Davis, un assistant dentaire de 25 ans venu rendre hommage au géant disparu. "Il a toujours mis en avant l'amour et la paix, et je pense que ce message lui survivra pour longtemps". 
Dimanche 5 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :