Mme Diop Awa Guèye, Vice Présidente de l'Assemblée Nationale : "Wade fait pitié; sa place n'est ni en prison, ni dans une résidence surveillée, mais dans un centre psychiatrique!"


Mme Diop Awa Guèye, Vice Présidente de l'Assemblée Nationale :    "Wade fait pitié; sa place n'est ni en prison, ni dans une résidence surveillée, mais dans un centre psychiatrique!"
L'intime conviction de la Vice Présidente de l'Hémicyle est que "Wade est déficient". Et, Mme Diop Awa Guèye de renchérir : "J'ai pitié de ce vieux, qui force est de le reconnaître, ne respecte rien, ni personne, encore moins les institutions. Ayant perdu le pouvoir, il a perdu le sens de la mesure,  de l'éthique, de la morale... C'est malheureux et regrettable de la part d'un ancien chef d'Etat. Qui a finalement sa place dans un centre psychiatrique. J'ai entendu dire que Wade mérite la prison ou d'être reclus en résidence surveillée, mais non, il est malade et mérite une thérapie, un planning de santé dans un hôpital psychiatrique avant qu'il ne soit tard. Ces gens, qui l'acclament et qui prennent du plaisir à le voir délirer, gagneraient, pendant qu'il est encore temps de l'interner chez un aliéniste pour qu'enfin il retrouve au moins une partie de sa lucidité, sa sérénité d'antan..."
        
         Quid de la réaction du Président Sall?

Poursuivant, Mme Diop de rappeler cette vérité de Jacques Attali, à savoir : "Le pouvoir est-il si grisant au point de faire perdre la tête à nos dirigeants ? En tout cas, tout le laisse croire car dès qu’ils le touchent, ils deviennent accrocs et ne comptent plus décrocher quitte à mourir... d’overdose". 

"N'est-ce pas Attali qui disait que le goût immodéré des Africains, du moins certains comme Wade pour le pouvoir aura conduit certains chefs  d’Etat aux pires excès et dérives. Le pouvoir rend fou et le perdre rend encore plus fou...L’exercice du pouvoir grossit les caractères des êtres comme la loupe ceux de l’imprimerie. Il est une drogue qui rend fou quiconque s’y complaît. Aveuglées par les phares de la renommée, les chenilles dévouées ont tôt fait de se métamorphoser en vaniteux papillons. Dès lors, le comportement extravagant, indescriptible de Wade, ivre de pouvoir,  se comprend. Il ne réalise pas qu'il a été bouté hors du pouvoir par les Sénégalais. Son comportement sénile prouve à suffisance que Wade aime vraiment le pouvoir."

Rappelant "la soif inextinguible du pouvoir de l'ancien Président", l'honorable député fera cas  de cette "tentative de tripatouillage de la constitution" allusion faite au fameux 23 Juin. "Face à la colère de la rue, le président sénégalais avait, faut il le rappeler,  renoncé in extremis à son projet controversé de réforme constitutionnelle qui devait assurer son élection et le passage du pouvoir à son fils après son départ, a annoncé aux députés son ministre de la justice, Cheikh Tidiane Sy. Cette réforme de la Constitution devait abaisser à 25 % le seuil minimum des voix nécessaires au premier tour pour élire un  "ticket présidentiel" comprenant un président et un vice-président et ainsi assurer le maintien au pouvoir de Wade père et fils. Pour ainsi dire qu'il ne se soucie que de son fils. Et, les déboires de ce dernier avec la justice se comprennent. Lui même a chopé ce virus du pouvoir de son père de Président (...)"

A la question de savoir quelle sera la réaction de son mentor, Mme Diop de dire que Macky "se préoccupe plutôt de la demande sociale de la population et des grands chantiers, bref de l'émergence du pays que de s'attarder sur les inepties d'un déséquilibré".

 "Vous conviendrez avec moi que jamais dans l'histoire de notre jeune nation, un chef de l'Etat n'a passé autant de temps avec nos parents de la région Sud. Rien que l'accueil reçu partout en Casamance prouve à suffisance l'enthousiasme de nos parents de la région méridionale. Nous, membres de la délégation et vos confrères qui étaient de la tournée, avons senti en eux cette flamme de l'espoir ravivée en Casamance (...)"
Jeudi 26 Février 2015
Dakaractu




1.Posté par bof le 26/02/2015 09:53
J'ai bien peur que les bellâtres images ne cachent un cynisme. Comment vouloir faire mal à ce point ?

2.Posté par goly le 26/02/2015 11:50
bien dit Mme la Présidente, ceux qui prennent plaisir à l'entendre insulter devraient se reprendre et savoir que c'est leurs enfants qui sont exposés et qui ne seront jamais à l'aise car cette page de l'histoire politique du Sénégal sera à jamais inscrits sur les tablettes.




Dans la même rubrique :