Mise en œuvre du «free roaming» : L'ARTP signe un protocole avec 4 autres pays de la sous-région


En République de Côte d’Ivoire, le Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) Abdou Karim Sall, a pris part à une réunion pour l’élaboration d’un protocole d’accord sur les principes de base pour la mise en œuvre du « free roaming » dans 5 pays de la sous-région ouest-africaine: que sont le Sénégal, la Côte d'Ivoire, la Guinée Conakry, le Burkina Faso et enfin le Mali.
Reconnaissant la nécessité pour les Etats membres de faciliter la mobilité des populations à travers les TIC et de favoriser l’intégration régionale par la réalisation d’un « free roaming », les parties signataires dans la note qui nous est parvenue à l’issue de la rencontre ont convenu de la validation de ce protocole d’accord free roaming par le ministre en charge des télécommunications de chaque partie.
Ce n’est pas tout, elles ont convenu aussi « d’échanges d’informations tarifaires et techniques entre les autorités de régulation et la mise en place, dans chaque pays, d’un comité national technique piloté par l’autorité de régulation et comprenant l’ensemble des opérateurs ainsi que l’autorité gouvernementale en charge des télécommunications ».
Autres mesures prises « la mise en œuvre de la gratuité de la réception d’appel pour les usagers en roaming ; la facturation des appels des abonnés en déplacement au tarif local dans le réseau du pays visité ; ou encore l’orientation des tarifs de location des capacités internationales  vers les coûts.
Enfin les pays signataires ont adopté l’orientation des tarifs de terminaison internationale vers les coûts;  la suppression de toute surtaxe sur le trafic international entrant et en mode itinérance entre les pays ; la mise en place d’un comité de gestion de fraude entre les pays ; l’obligation de rendre effectif le « Free Roaming » entre les pays au plus tard le 31 Mars 2017, l’ obligation de fiabiliser l’identification des abonnés aux services de téléphonie mobile afin de renforcer la lutte contre la fraude et enfin l’évaluation avec présentation d’un rapport aux autorités gouvernementales des pays,  au plus tard le 31 juillet 2017 ».
Le protocole d’accord est ouvert, renseigne la même source, à d’autres institutions de régulation pour y adhérer ultérieurement par acte d’adhésion matérialisé par courrier officiel adressé à l’ARTP Sénégal. 
Mardi 29 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :