Ministère des Sports : Les conflits et les infrastructures «emportent» M'bagnick N'diaye

Les changements opérés dans le nouveau gouvernement de Ma­hammed Dionne, nouveau Premier ministre en remplacement de Aminata Touré, dans la soirée d’hier, ont provoqué un chamboulement au ministère des Sports. C’est ainsi que M'bagnick N'diaye, jusque-là patron dudit département, a été contraint de céder son fauteuil à Matar Bâ, maire de Fatick.


Ministère des Sports : Les conflits et les infrastructures «emportent» M'bagnick N'diaye
DAKARACTU.COM Selon le Quotidien dans sa livraison du jour, le départ de Mbagnick Ndiaye à la tete du ministère des sports n’est pas une surprise et surtout lié à une gestion informelle des infrastructures, tel le stade Léopold Sédar Senghor dont les travaux de réhabilitation sont devenus un vrai boulet pour le désormais ex ministre. Nos confrères révèlent que si l’on sait qu’à deux mois du début des éliminatoires de la Can 2015, «Senghor» est toujours en travaux. Il y a aussi la polémique sur l’arène nationale toujours sans site.
Mieux, le journal explique qu'au-delà de cet aspect, il faut également regretter les nombreux foyers de tension allumés par le désormais ancien patron du sport sénégalais. L’on se rappelle la dernière Assemblée générale ordinaire de la Fédération sénégalaise de football au cours de laquelle il a été hué et malmené par les délégués de club.
Le judo, qui attend toujours son Ag, a aussi eu sa dose par la faute d’un ministre qui a été incapable de réunir la famille.
Mbagnick Ndiaye, qui atterrit à la culture et la communication, a été remplacé par Matar Bâ. Peu connu du milieu sportif, le maire de Fatick se révèle être un membre du mouvement associatif pour avoir milité au sein des navétanes.
Pour ses premiers mots sur la radio privée Rfm, il a promis de terminer le travail entamé par son prédécesseur. «Ma mission va au-delà des éliminatoires de la Can. Il y a également d’autres disciplines qui méritent autant d’attention que le football. Mais on verra tout cela une fois qu’on aura pris connaissance des dossiers.»
En parlant de dossiers, le nouveau patron du sport sénégalais devra vite se pencher sur les plus brûlants de l’heure. A savoir la réfection du stade Senghor dont la fin des travaux est fixée au 15 août prochain. Ainsi que le choix d’un site pour l’arène nationale.
De son côté, Mbagnick Ndiaye peut se consoler à la culture. Un département qu’il devrait être en mesure de gérer puisque maîtrisant parfaitement le terrain à travers l’Association N'def Leng qu’il dirige depuis plusieurs années.
Lundi 7 Juillet 2014
Dakaractu




1.Posté par Yamlikha le 07/07/2014 14:05
 culture et la communication il a eu une promotion a ce que je vois 2 ministeres au lieu d'1.Bravo Ndef Leng

2.Posté par Fsf le 07/07/2014 14:08
Le nouveau ministre des sports devra etre courageux teigneux comme son predecesseur vu les hypocrites et autres qui etouffe le sport senegalais Gaston Augustin Amadou Kane pour ne citer que cela.



Dans la même rubrique :