Micmacs dans la fonction publique: Révélations sur une nébuleuse


Micmacs dans la fonction publique: Révélations sur une nébuleuse
DAKARACTU.COM Dans le mille, Dakaractu, qui a révélé en exclusivité ces micmacs dans la fonction publique, avait vu juste. En effet, nous levions le lièvre le 12 Décembre dernier, allusion aux deals qui étaient, et pour le moins qui restent monnaie courante dans la fonction publique.
En effet, nous vous révélions que dans le cadre de l'audit de la fonction Publique, il est fait état de manquements graves découverts dans la gestion du personnel des corps militaires et paramilitaires bref dans tous les secteurs. Flash back sur cette affaire ébruitée par Dakaractu!
Nous vous disions que des responsables de ressources humaines et de paierie, de concert avec des agents du Centre Comptable André Peytavin (du nom du tout premier ministre des finances du Sénégal ) auront vraiment du souci à se faire. Et pour cause. L'establishment, dans les jours à venir, compte bien les poursuivre pour faux et usage de faux en écritures publiques.
Toujours d'après notre source, "de grosses légumes en activité vont tomber et d'autres déjà partis à la retraite risquent une plainte pour vol au préjudice de l'Etat".
‘’Eh bien’’, pour reprendre ce terme si cher à Me Wade, le temps a fini par donner raison à Dakaractu. Car, les auditeurs se sont rendus compte qu'un nombre élevé de noms d'ex militaires et paramilitaires, mais également des civils figurent toujours dans les livres de la comptabilité publique. Pourtant dans leurs corps d'origine ces personnes sont frappées soit d'une radiation de la fonction Publique, soit elles sont poursuivies pour désertion, tandis que d'autres se trouveraient, dans leur immense majorité, hors du pays".
Poursuivant de plus belle, notre source nous souffle que "la technique mise en place par ces prédateurs est tellement astucieuse qu'il fallait un tel audit pour déceler toutes ces failles".
Aux dernières nouvelles, l'Agent Judiciaire de l'Etat n'attend que la conclusion des audits pour ester en justice contre ces individus indexés. Cette découverte ne serait que la partie visible de l'iceberg quand on sait que les auditeurs n'en sont qu'à 35% de leurs travaux qui portent sur la période couvrant la gestion 1990/2012, où toujours selon notre source," il y a eu un laisser-aller dans presque toutes les administrations, grevant ainsi le budget de l'Etat et enrichissant au passage des gens sans scrupule." Vivement la suite!
Vendredi 3 Janvier 2014
Dakaractu




1.Posté par laye le 06/01/2014 16:27
mais avec tous ces efforts que le gouvernement est entrain de consentir, pourquoi ne pas le soutenir. tous derriere mr le President de la Republique pour un Senegal qui travaille.

2.Posté par sécu le 08/01/2014 12:49
c'est vrai et les 2 plus grands prédateurs sont au ministère de la santé: le DRH Gallo Bâ et son chef de personnel Souka ndélla ont profité des recrutements du ministère dits "cobra" et des indemnités des personnels de santé. Le DRH s'est même permis de vendre des matricules d'agents. Il est à la base de tous ces désagréments causés aux agents de la santé par l'audit physique et biométrique. Vivement qu'il soit inculpé ! Mauvais DRH.



Dans la même rubrique :