Mercato : Pas de bon de sortie pour Kalidou Koulibaly (agent)

Pour Stades, Bruno Satin s’invite dans le débat qui bat son plein durant le mercato estival. Le conseiller de Kalidou Koulibaly estime que le défenseur sénégalais n’a toujours pas de bon de sortie de la part de son club, le SSC Naples (Serie A).

Bruno, comment vivez-vous cette période cruciale pour un agent, avec les négociations des contrats des joueurs ?


Mercato : Pas de bon de sortie pour Kalidou Koulibaly (agent)

Nous sommes effectivement à une période assez stressante pour tout le monde, à la fois pour les joueurs qui souhaitent changer de club et ceux qui n’ont pas de club et qui veulent tout le temps exister. Ensuite, il ne faut pas penser qu’on ne commence a travailler qu’au mercato, on est très occupé tout au long de l’année. C’est un travail qu’on déroule pendant des années. Hormis l’aspect sportif, il y a l’accompagnement des joueurs et, conjointement, la recherche des opportunités pour les clubs qu’on représente. Nous sommes en permanence à l’écoute du marché pour savoir s’il y a de bons joueurs qui peuvent intéresser tel ou tel autre club.

 

Comment vous vous y prenez pour convaincre les clubs mais aussi vos joueurs ?


Si on sent que le contrat parait intéressant, on peut démarcher le joueur et son club pour voir s’il y a des possibilités. Mais, j’avoue qu’il y a beaucoup d’énervement, et surtout les relations peuvent parfois se radicaliser entre les clubs d’un côté et les joueurs de l’autre. Il y a des prises de position surtout quand un joueur souhaite quitter son club. On a connu cette situation l’année dernière avec Kalidou Koulibaly. La situation était assez tendue avec le club de Naples. Les clubs qui ont des difficultés économiques se servent des joueurs pour ajuster éventuellement leurs comptes. Par exemple, si un joueur a une valeur sportive qui avoisine les 5 millions d’euros, ils peuvent dire qu’il coûte 8 millions d’euros. Aujourd’hui, il faut reconnaître qu’en fonction du marché, les transactions sont relativement peu nombreuses parce que les accords sur les transferts sont difficiles à trouver.

 


Comment sentez-vous le bon coup pour vos joueurs ?


C’est assez facile de sentir les bons coups. La première chose, c’est la situation du joueur. Celle-ci doit d’abord être sportive puis financière. Nous devons aussi avoir une idée sur le nombre d’années de contrat qui le lie à son club actuel. Les questions qu’on se pose souvent, c’est de savoir si le joueur est sous contrat ou s’il lui reste beaucoup d’années dans le club. C’est en fonction de ces paramètres-là qu’on regarde là où il peut y avoir une promotion financière et sportive pour le joueur. Donc, on voit s’il y a un intérêt dans un autre club avec lequel nous sommes en contact. On regarde ce qu’ils ont envie de proposer à notre joueur. Si la proposition est alléchante, on approfondit les négociations. On s’assure effectivement de ce que le nouveau club veut proposer à notre joueur.


Justement, parlant de Kalidou Koulibaly, comment êtes-vous arrive à aplanir les relations avec les dirigeants de Naples puisqu’il était en conflit avec eux l’année dernière ?


Vous savez, c’est un peu compliqué de parler de tout le problème qu’il y a eu autour de Kalidou Koulibaly l’année dernière. Pour arriver à calmer une telle situation, il faut connaitre les acteurs et avoir une bonne analyse sur l’approche des acteurs, des protagonistes, en l’occurrence le club ou l’entraîneur qui souhaite prendre ou garder le joueur. Par moments, vous faites face à un président de club qui n’a pas besoin d’argent, qui aime montrer à tout le monde qu’il est le chef. Fort de tous ces éléments-là, il y a un moment où vous vous rendez compte que même si un club propose tout ce que vous voulez, ça ne va pas suffire pour changer la décision du président pour laisser partir le joueur. Alors, face à cette situation, nous avons senti que Kalidou Koulibaly ne pouvait pas quitter le club. La décision qui s’imposait, c’était de renégocier le contrat pour qu’il ait au sein de Napoli un bon salaire qui corresponde à sa valeur.


Pouvons-nous s’attendre à un éventuel départ de Kalidou de Naples ?


La situation jusqu’ici n’a pas encore évolué. Kalidou n’a pas de bon de sortie pour l’instant. La situation reste en l’état. Vous savez, quand on est dans le top niveau européen, ce n’est pas la même chose que quand on est dans un petit club avec de petites ambitions. On est dans un club qui peut gagner le championnat d’Italie et au moment où je vous parle, le Napoli aspire à gagner la prochaine Ligue des champions. Là on parle du top niveau européen. Je dirais que l’urgence n’est pas tout a fait la même.


Ce qui veut dire qu’il restera à Naples ?


Non, je n’ai pas dit ça.


Y a-t-il des clubs intéressés pour ce mercato estival ?


Quand un joueur est à ce niveau-là et qu’il est relativement jeune, il y a forcement des admirateurs. Donc, il faut reconnaître que ce n’est pas quelque chose de très aisé quand on veut négocier avec un club comme le Napoli. Il faut que toutes les conditions soient réunies au préalable. Maintenant, en l’état actuel des choses, il est toujours un joueur de Naples. La saison reprend cette semaine avec les entraînements. Nous verrons ce que cela donnera. Vous savez, il y a plein de choses qui peuvent arriver avant le 31 août, date de la fin du mercato estival. C’est un vrai marathon qui nous attend.

Stades

 

Mercredi 5 Juillet 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :