Meeting à Guédiawaye : Le Pds réclame la libération de Karim Wade et d’Oumar Sarr avant de dialoguer avec le Président de la République

En meeting, ce samedi, dans le département de Guédiawaye, les responsables libéraux ont exigé la libération de Karim Wade et d’Oumar Sarr avant d’entamer un quelconque dialogue avec le Président de la République


Meeting à Guédiawaye : Le Pds réclame la libération de Karim Wade et d’Oumar Sarr avant de dialoguer avec le Président de la République
La libération d’Oumar Sarr et de Karim Wade ! C’est ce qu’exige le Parti démocratique sénégalais (Pds) avant d’entamer un quelconque dialogue ou concertation avec le Président de la République, Macky Sall. 
Ces propos de Babacar Gaye, porte-parole du Pds, font suite aux déclarations prêtées au Président de la République selon lesquelles il va recevoir aussi bien ses alliés que les partis d’opposition pour discuter des réformes. 
«Nous attendons d’être saisis de manière officielle pour que nous puissions l’examiner et donner notre opinion. Nous sommes pour un dialogue politique franc, conséquent pour l’intérêt du pays», a d’emblée soutenu M. Gaye qui précise qu’il faudrait que ce dialogue soit, du côté du Président de la République, sincère. Car, fait-il remarquer : «On ne peut pas, dans le cadre d’une révision constitutionnelle, proposer un statut de l’opposition et de son chef et garder le principal chef de l’opposition en prison. Si jamais le Pds devrait répondre à ces concertations, je pense que la délégation sera dirigée par Oumar Sarr et Karim Wade.» Abondant dans le même sens, la présidente du Conseil départemental de Bambey indique que le Pds ne prendra part à ce dialogue sans ses leaders qui sont emprisonnés. «Quiconque dirigera la délégation de ces concertations serait un imposteur. Car, le coordonnateur du parti est dans les liens de détention», a déclaré Aida Mbodj. 
A l’en croire, le Chef de l’Etat doit, présentement, se concentrer sur la réduction de son mandat. 
«Je lui demanderai, par élégance, de se concentrer sur la réduction de son mandat. Il n’a qu’à s’occuper de la réduction de son mandat, d’organiser les élections en 2017 et de laisser à son successeur le soin d’introduire la réforme constitutionnelle. Il a raté le train, il aurait pu introduire cette réforme depuis 2012, il ne l’a pas fait, il n’a qu’à laisser à son successeur le soin de réformer», déclare-t-elle. Elle a également profité de la tribune qui lui est offerte pour demander aux jeunes libéraux de ne pas répondre aux insultes du député Fatou Thiam.
Lundi 25 Janvier 2016
Dakaractu




1.Posté par filly le 26/01/2016 11:31
ouffff c'est pas la première foi qu'ils nous emmerdent avec cet chanson et ils n'ont jamais eu de résultats satisfaisant



Dans la même rubrique :