Méditerranée - Drame de l’émigration : 25 migrants retrouvés morts sur un canot

L’organisation Médecins sans frontières (Msf) a annoncé mercredi avoir retrouvé 25 migrants morts sur un canot au large de la Libye. Le bilan des victimes en Méditerranée est porté à au moins 68 morts et une trentaine de disparus depuis une semaine.


Méditerranée - Drame de l’émigration : 25 migrants retrouvés morts sur un canot
Dans la journée de mardi, le Bourbon Argos, un navire affrété par Msf, a secouru 107 personnes à bord d’un canot pneumatique en difficulté à 26 milles nautiques des côtes libyennes et a constaté qu’il y avait des morts - alors estimés à 11 - au fond de ce canot. Après avoir secouru 139 personnes sur une autre embarcation à proximité, l’équipage du Bourbon Argos est retourné sur le canot et a dénombré 25 morts, probablement asphyxiés ou noyés dans un fond de carburant et d’eau de mer, un mélange provoquant aussi de terribles brûlures.
Il a fallu des heures, et l’aide de l’équipage de l’Ong allemande Sea Watch, pour récupérer les corps «parce que le mélange d’eau et de carburant était tellement fort que nous ne pouvions pas rester sur le canot trop longtemps. Cela a été horrible», a raconté dans un communiqué Michele Telaro, chef de projet à bord. Parmi les survivants, 23 souffrent de brûlures, dont 11 dans un état grave. Sept d’entre eux ont dû être évacués rapidement vers un hôpital italien, dont deux en urgence par hélicoptère. Une jeune femme était dans un état si critique qu’elle a dû être intubée, mais a pu être stabilisée en attendant l’évacuation.

«Une course dans un cimetière»

L’équipe de Msf a également apporté un soutien psychologique aux survivants, en particulier à un homme dont l’épouse figure parmi les victimes et qui se retrouve seul avec leur fils de 8 mois. «C’est une tragédie, mais malheureusement on ne peut pas dire que ce soit une journée exceptionnelle en Médi­ter­ranée. La semaine dernière a é­té terrible pour nos équipes, constamment engagées dans des opérations de secours où trop d’hommes, de femmes et d’enfants ont perdu la vie», a déclaré Ste­fa­no Argenziano, responsable des activités migrations à Msf, évoquant «une course dans un cimetière».
Depuis une semaine, au moins une centaine de migrants sont morts ou ont disparu en mer : noyés, étouffés sur les embarcations surchargées, asphyxiés par les émanations de carburant, victimes d’hypothermie, de déshydratation, de rixes ou d’épuisement après des semaines, voire des mois de périple et de détention en Libye.
Dans le même temps, plus de 11 000 migrants ont été secourus au large de la Libye. Selon une estimation du Haut-commissariat de l’Onu aux réfugiés (Hcr) publiée mar­di, il y a eu cette année en Mé­diterranée centrale 1 mort ou dis­paru pour 47 personnes secourues.

Lepoint.fr
Jeudi 27 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :