Médina Yéro Foulah : 4 filles décèdent par noyade à Pata


Médina Yéro Foulah : 4 filles décèdent par noyade à Pata
La grande faucheuse a frappé hier dans le Fouladou. Quatre filles d’un village rattaché à la commune de Pata (département de Médina Yoro Foulah) ont péri dans le fleuve Sofaniama et la cinquième a réussi à se tirer d’affaire.
En effet, il nous revient que les fillettes, en pleins préparatifs de la Tabaski, ont quitté leur village de Soudouwély pour aller se tresser à un autre village distant d’un kilomètre. Ça allait être l’apocalypse si tout le groupe s’était noyé, déjà que le village est plongé dans la tristesse avec la disparition des quatre filles.
Selon nos informations, ce sont 11 filles, toutes soninkés, qui ont quitté vers 9 h le village pour se rendre à Missira. Ne voulant pas faire le tour en passant par le pont qui relie leur village à Pata avant de prendre la direction de Missira, elles ont préféré le raccourci. Mais, il fallait impérativement traverser le cours d’eau. Ce chemin est emprunté pendant la période de décrue. Avec les fortes pluies enregistrées depuis trois jours, le niveau de l’eau a monté rendant impossible la traversée. Une fois sur la rive, les 11 filles, âgées entre 9 et 12 ans, ont hésité à engager la traversée. Mais comme elles ont l’habitude d’y passer, les 5 ont accepté de servir de cobayes. Avançant à petits pas dans l’eau, elles sont prises  dans le piège du courant et ont perdu leur appui avant d’être emportées par les eaux. Alertées, les populations sont venues les secourir, mais c’était trop tard en tout cas pour quatre filles qui avaient disparu. L’une d’elles a réussi à se sauver. Elle est retrouvée sur la rive. Avec les recherches engagées, c’est vers midi que trois corps sont retrouvés par les populations aidées par le service de pêche de Médina Yoro Foulah qui leur avait fourni des gilets de sauvetage. Le quatrième corps a été retrouvé vers 15h et déposé au poste de santé de Pata de même que les autres. Elles ont été toutes inhumées à 17 h plongeant le village dans la consternation. Pourtant, les populations ont toujours réclamé la construction d’un pont pour éviter pareille situation.
L’As
Vendredi 9 Septembre 2016
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :