Me Tine, avocat d’Alcaly Cissé : « Sa situation ne cesse de se dégrader en prison et il ne bénéficie pas de ses soins »


L’avocat de l’homme d’affaires Alcaly Cissé détenu en Arabie Saoudite à la prison centrale de Djeddah depuis le 10 Mai 2014, a révélé en conférence de presse que l’Etat de santé de ce dernier ne cesse de se dégrader en prison. Malade d’un cancer, il ne bénéficie pas des soins adéquats,  a-t-il indiqué.
 
« L’affaire Alcaly Cissé qui dure depuis 5 ans maintenant, est la succession d’une série d’inadmissibilités juridiques et judiciaires », a-t-il révélé.
 
« Il est malade, très malade, il souffre d’une pathologie lourde qui rendait déjà sa situation personnelle incompatible avec une quelconque détention. Il a passé 19 mois au Maroc sans soins, et depuis qu’il est arrivé en Arabie Saoudite, il n’a pas plus accédé aux soins qui sont nécessaires. Cela veut dire qu'aujourd’hui il y a une menace grave sur l’état de santé de Alcaly Cissé qui n’a eu de cesse de se dégrader », a encore laissé entendre l’avocat.
 
En tant que conseil de Cissé, il a indiqué qu’avec son confrère Assane Dioma Ndiaye depuis le 25 Novembre 2015, une saisine avait été effectuée auprès du groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire, « parce qu'on est dans l’hypothèse où le droit international considère qu’une détention est arbitraire du moment où les motifs qui le maintiennent en prison sont des motifs pour lesquels il a été blanchis et innocentés par la cour d’appel sénégalaise , il ne peut plus être valablement maintenu ».
 
« Alcaly Cissé est détenu artificiellement en détention parce que l’on ne revient même plus sur les faits pour lesquels il a été jugé au Sénégal, on est en train de justifier son maintien en prison par des faits parallèles », accusera son avocat.
 
Selon Me Tine, au-delà du cas Alcaly Cissé, c’est la valeur et l’autorité judiciaire que l’on doit donner au jugement sénégalais qui est en cause. « Si on laisse passer un aussi dangereux précèdent, car on peut se demander demain, si un sénégalais a un différend avec un étranger, même si les juridictions sénégalaises auraient dit le droit, s’il n’obtient pas gain de cause, rien n’empêche qu’il retourne pour faire rejuger l'affaire, ce qui serait une violation de la sécurité judiciaire et juridique de l’autorité que l’on doit attacher à la chose jugée ». Il s’agit de défendre l’autorité des décisions judiciaires sénégalaises, a-t-il martelé...
Samedi 13 Mai 2017
Dakar actu




Dans la même rubrique :