Me Sidiki Kaba : Du “droit de l’hommiste“ à l’homme politique


Me Sidiki Kaba : Du “droit de l’hommiste“ à l’homme politique
Juste après sa nomination au poste de Garde des sceaux, Ministre de la justice, nous faisions partie de ceux qui s’étaient réjoui du choix du Président de la République.  Pour beaucoup, Me Kaba, le célébrissime avocat jusque là inconnu dans l’espace politique, était l’homme qu’il fallait à ce poste. Contrairement à celle qu’il avait remplacé à ce poste, qui est militante avérée du parti au pouvoir, Me Sidiki Kaba, était considéré comme quelqu’un de neutre. Mais tous étaient loin d’imaginer, que derrière ce choix du Président Sall, se cachait en réalité le désir de ce dernier d’avoir un interlocuteur, un leader, dans une région aussi instable politiquement que la région de Tambacounda. Ainsi Me Kaba allait s’investir en politique. Mais pourquoi ? Est-on tenté de se demander. Qu’est-ce qui peut encore faire courir Sidiki Kaba, quelqu’un qui a connu tous les honneurs ? « Le secret est dans le décret » avait dit l’autre.
Le décret ! Vous savez le décret, « c’est ce pouvoir là que détient le Président de la République et qui peut en une seconde  transformer votre vie », a dit quelqu’un d’autre. En réalité, il n’y a que le décret qui peut nous aider à comprendre la subite métamorphose de Me Kaba. Depuis les législatives, ce dernier est devenu ce qu’il a toujours combattu, intervenant dans des débats bas de gamme. Sa gestion du dossier Karim Wade a été une catastrophe. « On ne commente pas une décision de justice » a eu l’intelligence de dire Youssou Ndour, cet autre que le décret a failli subvertir. Heureusement !
Ainsi donc Me Kaba est devenu politicien. Cet homme que les Tambacoundois ne connaissaient que de nom, car aux abonnés absents, ne venait à Tamba qu’une fois tous les 10 ans, n’y a jamais voté. D’ailleurs un militant de l’APR avait même défié qui voulait que Me Kaba «  est incapable de donner le nom d’un de ses voisins  à Tamba. On ne le connait pas, il est de Thiès et même si on partait là-bas, ce sont ses chiens qui nous accueillaient à la porte » avait-il dit. Ce dernier ne comprenait donc pas cet engouement subit autour de ce Monsieur, qui a ignoré sa ville natale toute sa vie. On comprend dès lors, le comportement d’un certain Mame Balla Lô, actuel maire de Tamba, qui en homme digne, refuse de courber l’échine, contrairement à tous les hommes politiques, transhumants devant l’eternel qui, même dans leurs rêves les plus fous ne pouvaient imaginer un instant serrer la main à Me Kaba, et se sont transformés en griot du célèbre avocat. Qui sont-ils pour exiger des autres à reconnaître « le leadership de Me Kaba à Tamba, qui seul peut valablement tirer le Sénégal Oriental vers l’émergence ? » Décidément… ! 
Mercredi 6 Mai 2015
Dakaractu




1.Posté par DIDEROT le 06/05/2015 15:29
Bonsoir,je sais pas encore d'ou nous vient encore ce mercenaire politique qui ose penser que la ville de Tamba est sont bien personnel !
Chaque citoyen a le choix de décider le moment d'entrer en politique ,ce qui est important c'est l'unité ,ce n'est pas dénigrer son frère.
Unissons nous pour le développement de votre ville et chacun apportera sa pierre et Tamba et les générations suivantes trouveront des réalisations parfaites pour à leur tour continuer l'ouvrage.
La politique n'est la propriété de personne et arrêtons ce comportement odieux chers frères .
Vivement tous les fils de Tamba ou qu'ils soient et vive le Sénégal.

2.Posté par Abdoulaye Sanokho le 06/05/2015 16:16
l'analyse vient d'un observateur lucide de la scène politique à tamba,juste ajouter quelques faits:
_ aux élections locales non seulement M Kaba n'a pas voté mais n'a pas pu faire voter dans son
propre quartier qu'est le Dépôt, le centre de vote Sada Maka SY qui est à 200 mètre de chez lui il y a perdu et il
n'a rien trouvé de mieux à faire que de s'éclipser dans la nuit prétextant qu'il ya des troubles à Dakar.
_l'une des raisons pour lesquelles il a été nommé c'est pour que Tamba soit représenté dans le gouvernent
d'autant plus que Tamba fait parti des rares chef lieu de région ou l'APR a gagné des le 1er tour des Présidentielles
de 2012.Ayant bénéficié de l' honneur de représenter cette vaillante région il se devait de construire un leadership incontestable et incontesté.Car contrairement à ce que
certains pensent le leadership on ne l'impose pas mais il s'impose de lui même car c'est naturellement que les personnes y adhèrent. Force est de constater que M Kaba a lamentablement échoué dans ce domaine car n'ayant réussi à fédérer car lui même a crée son propre camp qui est celui des vaincus.
_Pour les élections locales il a été désigné mandataire du Parti sur la base de la confiance du Président Macky Sall mais qu'est ce que M Kaba a fait de cette confiance? Au finish l'APR a perdu la Présidence du Conseil Départemental de Tamba car au soir du dépôt des listes il a fait de l'actuel Président du Conseil le Plénipotentiaire, lui il est rentré à Dakar et ce dernier en a profité pour les tripatouiller à sa guise.
_Pour terminer j'aimerai soumettre ces chiffres à votre appréciation: au 1er Tour des élections présidentielles l'APR a fait plus de 6 000 voix, aux dernières élections locales environs 4 500 voix il n'y a qu'au Plateau que la coalition a fait des scores mémorables. Au niveau du département si c'était un scrutin proportionnel ça allait être la catastrophe. Abdoulaye Sanokho

3.Posté par jambarou boundou le 06/05/2015 20:07
Sanokho ça se voit que vous maîtrisez bien la situation. Cet homme est une déception énorme parce qu il n à pas réussi ce qu on lui a demandé et il est en train de s engoufrer dans un terrain que pour rien au monde il ne devrait descendre. Je crois que le président macky Sall l avait choisi pour fédérer ses forces disloquees mais malheureusement il a fini par attiser les tensions et créer un groupe que l on peut bien appeler le groupe des perdants et la pourriture de l apr des transhumance des opportunistes et des arrivistes parvenus. Pour garder son maroquin le ministre semble prêt à toutes les gymnastiques tous les mensonges et toutes les manoeuvres il est lui même monte au créneau pour dire qu il doit cumuler son poste de ministre avec la présidence de l assemblée des états parties de la cpi. Tous les opportunistes et vauriens le soutiennent pour peu qu ils pensent grappiller quelques prébendes ou garder un poste. Maky doit l éjecter et miser sur la jeune génération de responsable qui travaille et semble plus attrayant pour l avenir. Le ministre est un vieux jeu entouré de laudateurs qui pensent être à l époque de mady cissokho. Qu il sorte du gouvernement parcours il n y a pas de ministre de tamba il y a un parachuté qui n en a que pour lui et sa famille. C est honteux que 20ans après a la faveur d un poste de ministre on rehabilite la maison familiale parce qu on avait fait le choix de Thies. Il n y arrive pas il force il est maladroit et commet des bourdes à longueur de journée Il est simplement décevant. Maky lui a tout donné et il a tout fichu en l air. Tamba est découragé et n attend que son départ son activisme du moment est un leurre pour flouer le président et garder son poste mais sa présence in dispose tout le monde avec ses griots et ses koras. Qu il dégage parce qu il a montré ses limites.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016