Me Madické Niang, partisan du NON : « La victoire du NON permettra à tous de comprendre qu’on ne peut plus imposer n’importe quoi au peuple! »

L’ancien ministre des Affaires Etrangères sous Me Abdoulaye Wade, Me Madické Niang, n’a pas voulu être en marge de la campagne électorale référendaire. S’insurgeant fermement contre l’organisation et la précipitation dans laquelle le référendum est organisé, Me Madické Niang est d’avis que « la victoire du NON va permettre à tous de comprendre qu’on ne peut plus imposer n’importe quoi au peuple. »


Monsieur le ministre, qu’est-ce qui motive votre position en faveur du NON ?
Il faut que le peuple sénégalais comprenne que sa chance c’est la victoire du NON. Parce que la victoire du NON va permettre à tous de comprendre qu’on ne peut plus imposer n’importe quoi au peuple et que le choix appartient au peuple qui doit dicter sa loi à tous ceux occuperont la présidence de la République. Ce qui s’est passé est déplorable en ce sens qu’il n’y a pas eu de concertation ni avec les acteurs politiques, ni avec le chef religieux. Dans tous ce qui est intervenu comme réforme au Sénégal, jamais de tel procédé n’a eu lieu. Et ce référendum organisé dans la précipitation est un véritable coup de force. Le peuple est là pour veiller à tout ce qui a été acquis à la suite de longues luttes de démocratie réelle et  forte.
 
Il y a certains de vos partisans qui redoutent déjà des cas de fraude. Etes-vous confiant...(il coupe) 
Vous savez nous allons faire de sorte que nous soyons présents partout et le plus important c’est d’être vigilant. Nous sommes au  courant qu’il y a déjà des tentatives de frauder. Nous sommes une coalition de plus d’une centaine de partis. De toutes les façons, nous nous battons pour que le NON l’emporte et nous sommes sûrs que le NON va l’emporter. Nous demandons à tous les sénégalais de se lever et d’aller voter NON. Si le NON est massif, personne ne pourra être tenté de frauder. Nous sommes sûrs de la victoire du NON et c’est le plus important. On ne peut diriger un pays sans dialoguer avec l’opposition. Senghor ne l’a pas fait, Diouf ne l’a pas fait et Wade aussi ne l’a pas fait. Pour toutes ces raisons le Sénégal a besoin aujourd’hui que la démocrate puisse vaincre en votant un NON massif et victorieux.  
 
Le Président de la République ne s’est toujours pas renduen Côte d’Ivoire pour assister nos frères ivoiriens. Que pensez-vous de cette attitude ?
 
 
Ce que nous avons appris de la diplomatie, en tant que Ministre des Affaires Etrangères, c'est que tout ce qui se passe dans la CEDEAO concerne le Sénégal. C’est pourquoi nous devons être présents à côté de nos amis et frères ivoiriens. 

 
Samedi 19 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016