Me Elhadji Diouf après son agression avortée à l'Assemblée nationale: «Je suis devenu de fait le chef de l'opposition.»

La dernière sortie musclée de Me El Hadji Diouf invitant l'armée à prendre le pouvoir, au cas où le chef de l'État ne renoncerait pas à sa candidature à la présidentielle de 2012, a failli lui valoir, hier, une nouvelle agression à l'Assemblée nationale. Disant être nullement intimidé, le leader du Parti des travailleurs et du peuple (Ptp) s'est auto-proclamé chef de l'opposition.


Me Elhadji Diouf après son agression avortée à l'Assemblée nationale: «Je suis devenu de fait le chef de l'opposition.»
Me El Hadji Diouf qui a failli, hier, faire les frais, une nouvelle fois, de ses attaques contre le président de la République, avec l'agression avortée contre sa personne, à la faveur de l'examen, par l'Assemblée nationale, du projet de budget du ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales, s'est auto proclamé chef de l'opposition. «Pour avoir dit tout haut ce que les Sénégalais pensent tout bas, je suis devenu l'homme à abattre pour les fous du village comme Famara Senghor qui veulent coûte que coûte faire plaisir à Abdoulaye Wade. Je suis devenu de fait le chef de l'opposition. Le vrai patron de l'opposition est arrivé», a déclaré l'avocat que nous avons joint au téléphone. Le Secrétaire général du Parti des travailleurs et du peuple (Ptp) d'ajouter : «J'incarne les aspirations du peuple sénégalais. J'incarne la véritable opposition à Abdoulaye Wade. J'incarne le refus du peuple sénégalais face au régime dictatorial d'Abdoulaye Wade. Je me bats sur le terrain, contrairement à cette opposition molle qui se réunit dans des salons. Depuis le 23 juin 2011, je suis devenu l'homme de la situation. L'opposition de salon est jalouse, parce que les Sénégalais sont avec moi».
À en croire Me El Hadji Diouf, «(sa) candidature à l'élection présidentielle du 26 février 2012 est plus que pertinente», au vu de la situation actuelle qui prévaut dans le pays.
Très en verve, le leader du Ptp, qui dit s'être radicalisé, s'engage, avec le peuple sénégalais, à «bouter hors du pouvoir Abdoulaye Wade».
Barka Isma BA

( LE Populaire )
Samedi 12 Novembre 2011




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016