Me EL HADJ DIOUF : « NIASSE et FADA ont magouillé, ils ont triché! »


Invité de l’émission “le grand  jury“ de Mamoudou I. Kane, le tonitruant avocat du peuple, Me El Hadj Diouf, est revenu, entre autres sujets de l’actualité, sur le problème du Pds à l’Assemblée nationale. 

Pour rappel deux listes avaient été déposées sur la table du président Niasse au début de la nouvelle session. Et l’on se sait que le bureau de l’Assemblée a tranché en faveur de la liste de FADA au détriment de celle de Aïda M’bodj. 

Pour Me El Diouf « Mousatpha Niasse et Modou Diagne Fada ont magouillé et ont triché. Au début de la législature, comme au début de la session tout est nul et on recommence à zéro et c’est l’article 20 qui le dit, donc il n’existe plus de président ni de  groupes et encore moins de commissions. Donc Niasse et Fada n’étaient plus présidents! » Et d’ajouter qu’un « député ne peut pas appartenir à deux groupes et ça M. Niasse le sait et c’est pour cela qu’il n’a pas lu les listes devant l’assemblée, car s’il l’avait fait, les Aïda M’bodj, Oumar Sarr… lui auraient dit « sortez nous de cette liste », et la séance serait suspendue pour une heure, pour cause de contestation. » 

Pour étayer ses propos, “l’avocat du peuple“ de rappeler l’épisode de la militante du parti Rewmi, qui avait, en pleine séance, désisté, ce qui avait causé l’annulation du groupe. Selon l’honorable député Me El Hadj Diouf, « cette situation est inédite parce que Niasse l’a voulu, il n’a pas joué franc jeu, comme il l’avait fait l’année dernière en lisant la liste déposée par Rewmi. Cette année s’il avait fait la même chose, tous auraient constaté des bizarreries, avec des mêmes noms qui reviennent. Fada lui-même a dit que c’est la liste de 2012, avec des signatures de 2012 pour un groupe de 2015, donc elle est irrecevable. Que des gens ne nous prennent pas pour des demeurés ou des crétins, ils sont en train de crétiniser toute la classe politique, on nous prend pour des idiots que nous ne sommes pas! »
Dimanche 18 Octobre 2015
Dakaractu




1.Posté par Amadou Sy le 18/10/2015 16:39
Nous ne sommes pas avocats mais on sait lire. Voila ce que dit l'article 20 du règlement intérieur de l'assemblée nationale du Sénégal. Ce que dit Me DIOUF n'est pas écrit ici !
"Les députés peuvent s'organiser en groupes, par affinités politiques ; aucun
groupe ne peut comprendre moins de dix membres, non compris les députés
apparentés, dans les conditions prévues à l’alinéa 5 ci-dessous.
Les groupes se constituent en remettant à la présidence une déclaration
politique signée de leurs membres, accompagnée de la liste de ces membres et
des députés apparentés, ainsi que les noms du président et du vice-président
désignés par le groupe.

Ces documents sont publiés au Journal Officiel. Toute modification doit être
portée à la connaissance du Bureau de l’Assemblée nationale et publiée au Journal
Officiel.
Un député ne peut faire partie que d’un seul groupe parlementaire.
Est interdite la constitution de groupes pour la défense d’intérêts particuliers."

2.Posté par bani le 20/10/2015 10:06
Mr SY, vous êtes en retard car l'article 20 dont vous vous parlez date d'avant la modification. C'est 15 députés au lieu de 10. Heureusement que vous avez bien dit que vous n'êtes pas juriste alors pourquoi vous n'écoutez pas Ms Elhadj Diouf. l'article dit 'Les groupes se constituent en remettant à la présidence une déclaration
politique signée de leurs membres, accompagnée de la liste de ces membres et
des députés apparentés, ainsi que les noms du président et du vice-président
désignés par le groupe" Question qui a été choisi par le PDS? Mr Diagne Fada représente qui pour déposer la liste du PDS? Me Diouf sait de quoi il parle. Ce qui est sûr c'est que Mr Moustapha Niass vient de ternir à jamais son image à cause de sa rancune. Verra qui vivra. En tous cas moi je commence à avoir de la sympathie pour Me Elhadj Diouf à cause de ses prises de positions. Il me semble qu'il défend beaucoup les principes et c'est important dans une REPUBLIQUE où l'on choisi librement d'aliéner une partie de sa liberté au profit de l'intérêt commun.



Dans la même rubrique :