Me Bassirou Ngom (avocat de la coalition Benno) : « Des plaintes ont déjà été déposées contre « Mankoo »…La Raddho bat campagne au profit d'un candidat »


Me Bassirou Ngom (avocat de la coalition Benno) : « Des plaintes ont déjà été déposées contre « Mankoo »…La Raddho bat campagne au profit d'un candidat »
Me, des violences ont émaillé ces derniers jours la campagne, des poursuites sont-elles envisagées ?
Vous savez au moins que le violence n'est que l'arme des faibles. Vous avez aussi constaté de vous même que nous sommes au niveau de la coalition Benno Bokk Yakaar les principales victimes de cette violence. Rappelez vous l'attaque dont a été victime le cortège du Maire Jean Baptiste Diouf de Grand Dakar, mais également le cortège de Youssou  Ndour à Grand-Yoff avec des dégâts matériels importants mais aussi des blessés. Une plainte a déjà été déposée pour le premier incident.
Pour ce qui est de Grand-Yoff nous sommes en train de faire constater les dégâts matériels et une plainte sera déposée avec les dits constats et les certificats médicaux pour les personnes blessées. Tout cela est regrettable dans une démocratie majeure comme le Sénégal qui dispose de mécanismes d'expression plus civilisés que sont les consultations électorales. Malgré tout on constate que notre opposition a opté pour la forme la plus répugnante. On a tout récemment entendu le Président Wade appeler à manifester devant les préfectures tout en sachant qu'à ce stade du processus électoral, les cartes ne se distribuent même pas au niveau des préfectures.  Cette attitude signifie tout simplement qu'ils n'ont pas pour objectif que les élections se tiennent dans la sérénité. Ils se sont certainement rendu compte après 10 jours de campagne à l'intérieur du pays que c'est déjà plié pour eux, que le peuple qu'il était venu pour tromper a compris que les différents programmes mis en œuvre par le président Macky Sall participent à la redistribution de richesses de ce pays et que c'est fini l'ère de leur accaparement par un clan au détriment des autres. Pour éviter une deuxième chute plus retentissante face au président Macky, lui et ses lieutenants cherchent à déstabiliser le Pays. C’est à ce niveau d'ailleurs qu'on attend plus la société civile et non ailleurs.

Des voix se sont élevées contre l’image du Chef de l’Etat sur les affiches de campagne de la coalition au pouvoir. Ont-ils raison ?
L'image ou la personne du président Macky Sall gène considérablement nos amis de l'opposition. Cela s'explique par le fait que le président qui a besoin d'une majorité pour continuer son plan de redressement du pays est confondu avec les différents programmes et les différentes réalisations au profit des populations aussi bien urbaines que rurales.
Ceci est d'autant plus vrai qu'on ne sent même pas la présence du président dans la campagne contrairement à son prédécesseur qui avait battu campagne alors qu'il était président.  D’ailleurs il faut vraiment chercher cette photo pour la voir.

La Raddho a demandé la libération de Khalifa Sall, est-ce que selon vous leur demande est légitime ?
 Je vous disais que le rôle de la société civile est d'être à équidistance des différents candidats. En période pré électorale la loi définit la campagne déguisée comme étant la manifestation de soutien à un candidat 30 jours avant le début de la campagne électorale. Si c'est fait pendant la période dans laquelle on est, cela s'appelle tout simplement une campagne électorale au profit d'un candidat. C’est d'autant plus gênant que ça viennent de la société civile qui nous a toujours parlé de séparation de pouvoir et qui aujourd'hui demande au ministre de la justice qui est du pouvoir exécutif de s'immiscer dans le rôle du juge.
 
Vendredi 21 Juillet 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :