Me Bassirou N'gom, avocat à la Cour : "C'est malheureux de voir Me Wade pris en otage par un groupe d'activistes (...) Les jeunes doivent refuser de porter le combat de Wade (...)"

Au nombre des avocats de la partie civile, engagé par l'Establishment marron pour le procès Wade-fils, Me Bassirou N'gom s'est prononcé sur l'actualité brûlante. Interview!


Me Bassirou N'gom, avocat à la Cour :   "C'est malheureux de voir Me Wade pris en otage par un groupe d'activistes (...) Les jeunes doivent refuser de porter le combat de Wade (...)"
Dakaractu : Maître, que vous inspire les soubresauts, disons plutôt les événements politiques, avec la sortie fracassante de l'ancien Président de la République Me Wade?

Me Bassirou N'gom : Je dois d'abord vous rappeler ma position par rapport à la personne du Président Wade.
 J'ai  toujours dit que je suis peiné quand je vois le Président Wade ramené à un certain niveau par un groupe d'activistes mu par une haine incompréhensible vis à vis du Président Macky et leur refus de se rendre à l'évidence, qu'ils ont définitivement perdu le pouvoir et que le peuple a fini d'installer le Président Macky Sall qui est en train de dérouler le PSE avec tout dernièrement cette révolution dans le domaine universitaire avec la modernisation des universités existantes et la construction de nouvelles universités modernes. Compte non tenu de la construction de l'autoroute "ila'a Touba" entre autres et qui a fini de démontrer la considération du président vis à vis des familles religieuses et sa parfaite entente avec le Khalife des mourides; ce n'est pas le Président Macky Sall qui a dit au Khalife Serigne Bara que je n'ai pas besoin de ton soutien car je suis déjà au pouvoir. Faudrait il rappeler que c'est le régime Wade qui a attaqué la mosquée des Tidianes et c'est Wade qui s'est moqué des Catholiques Sénégalais en leur disant qu'ils vénéraient des statues. 
Tout le  monde se rappelle de cette phrase malheureuse du Président Wade à feu Serigne Bara: "je n'ai pas besoin de prières, parce que je suis déjà au pouvoir!"
Le Président Macky Sall n'a jamais eu et n'aura 
jamais cette attitude vis à vis d'un chef religieux.
 
 
Dakaractu : Nous vous connaissons proche du régime, est-ce que ce n'est pas le partisan qui cloue ainsi au pilori l'opposant Wade?

Me N'gom :  Je viens de vous dire que je ne peux pas clouer Wade au pilori. D'ailleurs, notre leader, le Président Macky Sall ne lui a jamais manqué de respect, malgré ses sorties inacceptables dans une République qui lui a tout donné. Au contraire je le plains, parce qu'il est pénible de voir un vieillard de 90 ans pris en otage par des gens qui sont incapables de porter un combat sans lui.
 
Dakaractu : Maître, convenez avec nous que l'État pouvait bien autoriser la marche du Pds et de ses alliés, à condition d'être encadré et que bien entendu cela soit pacifique...

Me Ngom : Il faut qu'on soit cohérent dans la démarche
, je veux dire par là quand des gens vous disent qu'on est sorti de la démocratie, cela veut dire qu'ils se sont écartés du contrat social qui nous lie; par conséquent, ils doivent arrêter d'invoquer une constitution qui est le support de cette démocratie de laquelle ils déclarent sortir.
C'est pourquoi ils refusent de satisfaire aux exigences sans lesquelles le préfet ne pouvait accéder à leur demande; d'ailleurs tout ce qui les intéresse c'est la violence, car ils pensent pouvoir ainsi faire plier les institutions dont celles judiciaires.
Dakaractu : Ne pensez-vous pas qu'il est temps que le Président Macky accepte la main tendue de son prédécesseur et s'asseye enfin pour dialoguer? 

Me Ngom : 
Si vous êtes en mesure de saisir la position de Maitre Wade sur ce sujet, vous me dites et je vous félicite.
 Lors du dernier meeting de Wade à la place de l'obélisque, il déclarait que le président Macky Sall lui a envoyé des émissaires pour négocier et qu'il leur a rétorqué qu'il n'y a rien à négocier. Aujourd'hui, il dit totalement le contraire, c'est à dire qu'il veut négocier; jamais contradiction n'a été aussi flagrante.C'est la même chose quand vos confrères Pierre Edouard et Maïmouna N'dour Faye l'ont interpellé sur le non paiement des salaires avec l'arrivé de Macky au pouvoir, il a répondu qu'il s'était trompé; alors quelqu'un qui dit toujours une chose et son contraire, aussi bien au pouvoir que dans l'opposition, peut se permettre les écarts de la place de l'obélisque ou du balcon de l'immeuble.
 
Dakaractu : En tant qu'avocat que vous inspire en toute objectivité les conditions décriées dans lesquelles ont été arrêtés et gardés à vue d'anciens ministres de la République, je veux nommer Farba Senghor, Diop De croix entre autres opposants?
 
Me N'gom: Vous savez aussi bien que moi, que la liberté de marcher est encadrée par la loi qui donne au préfet le pouvoir d'appréciation. Il faut quand même admettre que l'acceptation des manifestations est la règle sous Macky Sall, contrairement au pouvoir de Wade. A titre illustratif, on ne peut pas dénombrer le nombre de fois que le Pds a manifesté dans toutes les régions depuis l'accession du Président Macky Sall au pouvoir.
S'agissant des conditions, je ne peux vraiment pas trop m'avancer parce que je ne les ai pas vus.
 
Dakaractu : Vous avez un dernier mot?

Me Ngom : C'est de demander aux jeunes Sénégalais de continuer le refus de porter un combat qui n'est pas le leur;
 le vrai combat est celui du développement que les autorités sont en train de mener et qui doit nous amener à l'autosuffisance alimentaire et à l'amélioration des conditions de vie des populations. Il faut rappeler à ce sujet la baisse des produits de première nécessité et le fait que contrairement à la période de 2000 à 2012 où le prix des denrées avait doublé, il n'y a toujours pas de hausse depuis l'accession du Président Macky Sall au pouvoir bien au contraire...
Mardi 3 Février 2015
Dakaractu




1.Posté par dij le 03/02/2015 11:03
au contraire c'est mr Wade qui veut prendre le pays en otage et ça aucun sénégalais ne va l'accepter .il faut qu'il comprenne quil n'est plus le maître des lieux

2.Posté par kaw cisko le 03/02/2015 11:40
Une honte, ce pseudo avocat! Au lieu d'aller comme ses pairs, investir les tribunaux afin de plaider, il veut se faire du nom en attaquant Me >Wade et ses compagnons. le droit à la marche est inscris dans notre constitution. Donc un droit que Me Wade et ses compagnons entendent faire exercer.
Me Ngom, vos pairs ( Me Ndo, Me Bamba Cissé et tant d'autres) sont entrain de prouver dans les salles d'audience. allez les retrouver plutôt que rester la à vociférer
.

3.Posté par hummm! le 03/02/2015 12:24
mosnga ci butin bi déh yaw!!!!!!

4.Posté par SOS le 03/02/2015 17:14
CE TYPE N'EST NI PLUS SENEGALAIS , NI PLUS INTLLIGENT, NI PLUS DIPLOME QUE NOUS. IL A ECRIT POUR NE RIEN DIRE. EN PLUS, NOUS SOMME HABITUES AU BAVARDAGE DES SENEGALAIS DONT LE SEUL BUT EST D'AVOIR LA VISISTE DU CHEQUIER. QUELLE POURRITURE.!!!.

5.Posté par mer bou yague le 03/02/2015 17:51
wala mou beugua mos senegal genre yi rek gno ko yakh ani yakham mbaye

6.Posté par Ibrahima le 03/02/2015 20:06
Nous vous livrons quelques “sorties'” du président sénégalais, Abdoulaye Wade: anthologies ''Wadéennes'' d'auto-flatteries et entourloupettes politiques .
Appréciez par vous-mêmes! No comment !
En effet, au lendemain de sa victoire à la présidentielle de 2012, il avait déclaré lors d’une conférence de presse au palais présidentiel : «  J’ai bloqué le nombre de mandats à 2. Ce n’est pas possible. Je ne peux pas me représenter. Je vous dis sérieusement que je ne me représenterai pas ». Comme s’il s’est rappelé de cette déclaration, le chef de l'État ajoute que « même si je l’avais dit, je peux revenir sur ma déclaration. On est en politique et les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». [c'est la meilleure de toutes pour moi]
« je n’ai jamais dit que je ne pouvais plus me présenter à l’élection présidentielle », lance t-il à la volée. « Demandez à quiconque de vous produire la preuve que j’ai dit cela ; et s’il vous dit que je l’ai dit, dites lui que le président l’avait dit et qu’il se dédit ».
« La perspective qu’il[Karim Wade] devienne un jour président du Sénégal ne me déplaît pas. Mon fils a de grandes capacités. Personne dans l’opposition n’a la compétence économique et financière de Karim », déclare le président Wade au journaliste Laurent Larcher.
ME ABDOULAYE WADE : «Rasseck Bourgi est mon fils, il a appris son métier chez moi, quant à l'autre, je ne réponds pas»
« Les gens de Bennoo Siggil Senegaal ne sont pas assez bien formés pour diriger un pays. Ils ne seraient même pas capables de suivre et de comprendre ce qui se dit en Conseil des ministres. C’est Wade qui l’affirme dans une interview accordée à radio Suisse Normande. Le Président Wade qui se présente comme un élément hors du commun (…).
« Le jour où je ne penserai plus être le meilleur, je serai heureux de trouver quelqu’un qui pourra faire aussi bien que moi. Je ne dis pas mieux que moi, ce n’est pas possible. Ce n’est pas possible. Ma formation, je suis le seul à l’avoir. Je suis désolé : mon métier, c’est de trouver de l’argent, c’est de faire des projets. Ce que je fais ici, ça étonne tout le monde ».
Me Wade dit que « son » ministre des Finances vient de recevoir une distinction, le prix du meilleur ministre des Finances de l’Afrique, au sud du Sahara. « Vous croyez que tout cela est un hasard ? C’est vrai qu’il a beaucoup de mérite. Je ne vais pas faire comme le professeur qui affirme, quand l’étudiant réussit, que c’est lui qui l’a fabriqué. Non, c’est Dieu qui l’a fabriqué. Mais enfin, mon ministre a pu me comprendre, écouter et accepter mes orientations », dit le président Wade.
Rapporte ''Walfadjri''.
Kepaar.com:
D’aucuns pensent qu’il y a un problème de leadership au niveau africain entre vous...
« (…) J’ai dirigé la FEANF. J’ai participé à l’avènement du Mouvement de libération nationale, avec votre compatriote Ki-Zerbo, Cheikh Hamidou Kane, etc. J’ai soutenu le combat d’Aimé Césaire contre le Parti communiste français. J’ai participé à la Réunion des intellectuels, écrivains et artistes noirs à la Sorbonne, en 1956 et à Rome, en 1959. J’ai soutenu la réunion de la Conférence de Bandoeng. J’ai défendu, en tant qu’avocat, la cause du FLN algérien et ai soutenu le combat du RDA, celui de l’Union générale des travailleurs d’Afrique noire (UGTAN), celui du Conseil de la jeunesse d’Afrique. Il n’y a pas eu un seul chantier, en Afrique, où, des années 50 à nos jours, Abdoulaye Wade n’ait été présent. J’ai écrit « Un Destin pour l’Afrique », que les spécialistes considèrent, avec "L’Afrique must unite" de Kwamé N’krumah et "Les Fondements d’un Etat fédéral d’Afrique noire" de Cheikh Anta Diop, comme des références sûres, indiquant la voie des Etats-Unis d’Afrique. Je suis, à ce jour, honoré de plus de 30 décorations internationales, dont le Prix Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix, décorations décernées par des institutions prestigieuses, comme la Sorbonne, les universités de Besançon et de Dauphine, celles de Harward, aux Etats-Unis et d’Utah, le Congrès américain, le NDI, le Black Cocus et la plus ancienne organisation noire, qui a été fondée en 1909, la NAACP. J’ai été salué par des artistes émérites et des opérateurs économiques à la notoriété reconnue. »
Arrêtons là ces ''Waderies''. Néanmoins, avant de finir rappelons une autre sortie de Wade à Conakry lors d'une visite de complaisance à son Dadis que selon lui, AST lui aurait confié qu'il n'a pas exploité le sous-sol guinéen pour le laisser aux générations futures (sic). Je doute très fortement que AST et lui aient eu une telle conversation. Cela montre montre encore à quel point Abdoulaye Wade laisse souvent libre cours à son imagination. Le plus drôle est que cette ineptie a été inventée et utilisée en propagande démago-apologique par le PDG. Réfléchissons un peu: si AST avait la possibilité d'avoir ainsi les moyens de sa politique, s'en serait-il privé pour dépendre des pays de l'Est au point d'être incapable de laisser le moindre héritage physique à son peuple? J'en doute encore! Nous n'avons pas oublier la Guinée de 1984, un pays d'après hécatombe ; pourtant sans conflit ni catastrophe naturelle.
Cette digression faite, le cas de Me Wade montre en partie pourquoi l'Afrique peine à se développer. Et dire qu'il [Wade] fait partie des moindres maux, l'Afrique est mal …

7.Posté par tiey le 04/02/2015 02:36
tiey senegal lui ce ki



Dans la même rubrique :