"Marche républicaine", "Charlie Hebdo"-Me Abdoulaye Wade : "je ne suis pas Charlie, mais..."


"Marche républicaine", "Charlie Hebdo"-Me Abdoulaye Wade : "je ne suis pas Charlie, mais..."
"Le caricaturiste de Charlie Hebdo a abusé de tous ceux qui, chrétiens, musulmans, bouddhistes, non croyants, simples citoyens, qui se sont mobilisés, à travers le monde, non pas pour soutenir des extrémistes de la liberté d’expression, mais pour marquer leur réprobation de la vengeance aveugle qui se traduit par des morts, peut être de provocateurs, sûrement d’innocents qui n’ont aucun problème ni avec l’islam ni avec les musulmans.
Après l’hommage rendu aux quatre coins du monde par l’humanité entière aux victimes du 11 janvier, point n’était besoin d’en rajouter, en reprenant en millions d’exemplaires une image blasphématoire pour les musulmans, parce qu’on est assuré d’être adulé comme un héros, héros de l’audace facile, gratuite. Point n’était besoin, pour ce caricaturiste animé par le seul sentiment de défi outrancier, de la répandre, au-delà de la sphère des clients habituels de Charlie Hebdo, en prétendant user de la liberté d’expression telle qu’il l’entend, lui, sans se préoccuper des conséquences chez ceux qui, libres aussi, ont le droit à la protection de leur sensibilité religieuse et celui d’exprimer leurs insondables blessures morales.
Charlie Hebdo a abusé de la bonne foi de ceux qui, à travers le monde, ont voulu marquer la différence avec des extrémistes que l’on qualifie à tort de musulmans, marquer la différence avec les ennemis de la République.
Je ne suis pas Charlie mais un musulman croyant pratiquant, Républicain pacifiste, militant des libertés et des droits de l’homme, qui condamne énergiquement l’assassinat froidement planifié et exécuté de journalistes de Charlie Hebdo ou d’autres organes de presse et d’innocents travailleurs. Je ne suis pas Charlie mais un musulman qui confond dans la même réprobation, les extrémistes de tous bords qui érigent en règle l’assassinat de populations désarmées, non pas pour les convertir dans une religion qu’elles ont déjà embrassée, pour la plupart, mais pour semer la terreur et établir sur le monde une hégémonie dont ils sont seuls à connaître la finalité."

Abdoulaye Wade
Samedi 17 Janvier 2015
Dakaractu




1.Posté par Beugafrik le 17/01/2015 09:41
Ni kouachi ni Charlie car tout extrémisme est suicidaire bien vu pa Wade on a besoin de toi dans le réflexion qui construit pas dans tes agissements qui détruisent!

2.Posté par azerty le 17/01/2015 10:18
Merci Mr le President pour la pertinence de l analyse

3.Posté par Titiw Tiw le 17/01/2015 12:15
De tous les commentaires qui ont été faits sur cet événement celui de Père Wade est l'un des plus séduisant parce que équilibré et rempli de sagesse ! S'il pouvait aussi appliquer cette même sagesse pour notre cher Sénégal cela nous éviterait un embrasement de notre pays

4.Posté par Deugg Guil le 17/01/2015 11:26
Notre président qui a participé à la marche pourrait bien faire sienne cette démarche de haute portée intellectuelle comme du reste les cinq autres présidents africains tout particulièrement Yayi Boni qui, à l'africaine, a versé de sincères larmes de deuil...

5.Posté par yaakaar le 17/01/2015 11:33
Cette fois-ci maître, tu as été sage! Bravo! La première phrase de Me Wade résume tout!

6.Posté par MBEUYE le 17/01/2015 17:39
Je n'ai pas souvent approuvè A. WADE dans ses positions; mais je crois que je ne pourrais pas mieux dire ce que je pense moi-même de cette affaire. Merci, M; le Prèsident !

7.Posté par domnin le 18/01/2015 14:23
Bravo Monsieur le Président! Je suis entièrement d'accord avec votre analyse. Après le soutien mondial dont il a bénéficié, la caricature du prophète dans le dernier N° de Charlie est une provocation irresponsable et scandaleuse. Nous avons été abusés par Charlie Hebdo. Vous avez dit tout haut ce que beaucoup de français pensent tout bas... Merci à vous.

domnin, français et catholique

8.Posté par doudoumarou le 18/01/2015 19:11
Je ne suis pas Charlie
Je ne suis même pas Coulibaly même s’il m’arrive de le comprendre
La liberté des uns commence là où s’arrête celle des autres.
La liberté d’expression ne signifie pas le droit au blasphème !
On n’a pas besoin d’être Charlie ou Kouachi pour comprendre l’état d’esprit des orphelins de Gaza, ceux de Bagdad ou de Tripoli et les chemins du jihad…
Une bêtise qui engendre une autre bêtise, voilà l’œuvre de Charlie !
Je ne dirai pas qu’ils l’ont bien cherché, comme l’on déclaré les enfants du bled…
Mais Charlie persiste dans la bêtise et la provocation et réveille le lion qui dort dans le cœur fragile de nos pauvres enfants qui regardent impassibles Jules Ferry lui-même impuissant…
Comme pour dire : Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'école si on y oublie l'essentiel ?
Charlie donne des coups et s’offusque d’en recevoir…
La France c’est le pays de la Liberté !
La liberté, ce n’est pas le droit au blasphème !
La France c’est le pays de la Fraternité !
La fraternité, cela veut dire aussi que nous sommes des hommes pareils
Mêmes cœurs entre les mêmes épaules…
La France c’est le pays de l’Egalité !
L’égalité de tous : blancs, noirs, rouges, jaunes, créoles
Le respect de soi commence par le respect des autres.
Je ne suis pas Charlie
Donc impossible pour moi de devenir Kouachi ou Coulibaly
Refuser d’être Charlie aujourd’hui, c’est refuser d’être Coulibaly ou Kouachi demain !
Refuser d’être Charlie, c’est refuser la bêtise et l’inculture !
Refuser d’être Charlie, c’est refuser Satan et accepter Dieu, à travers, d’abord, sa propre humanité puis à travers Bouddha, à travers Abraham, à travers Jésus, à travers Mahomet (PSL)…
Je ne suis pas Charlie !
Je suis simplement un homme qui respecte les autres avec leurs différences !

9.Posté par béya le 18/01/2015 21:33
Bravo Mr le président ! Vous démontrez à la face du monde la véritable posture d'objectivité, de sincerité, d'honnêteté et de rigueur intellectuelles qu'auraient dû adopter tous ces penseurs de mauvaise graine qui se sont prononcés sur l'affaire, en prétextant défendre l'indéfendable et une liberté d'expression qui n'en est même pas une.
Comment est-ce qu'un homme sensé peut-il concevoir comme relevant de la liberté d'expression le ''droit'' inopportun et inélégant d'insulter et de ridiculiser les valeurs et convictions de son alter-ego ? Copment est-ce qu'on peut prétendre aspirer à une tolérance universelle entre l'ensemble des composantes du monde tout en prêchant une certaine violence verbale et imagée visant une communauté constituant au moins six millions de la population française et plus d'unmilliard de celle mondiale ?
Une telle liberté ne peut être assimilée qu'à l'islamophobie même, qu'à l'irresponsabilité la plus criante, faits ne pouvant susciter que troubles sociaux et débordements de part et d'autre ...



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016