Marché financier islamique : Le Gouvernement recherche 150 milliards de FCFA


Marché financier islamique : Le Gouvernement recherche 150 milliards de FCFA
L'Etat du Sénégal lance un second appel de fonds sur le marché de la finance islamique. Il s'agit de son second sukuk pour un montant de 150 milliards de F Cfa. La période de souscription à cette opération d’appel public à l’épargne dénommée « Sukuk Etat du Sénégal 6% 2016-2026 », lancée le 20 juin 2016, va durer jusqu'au 19 juillet 2016. Mais il se peut que cela soit clôturé par anticipation, si comme l'Etat s'y attend, sa signature réputée, attire les investisseurs rapidement. Dans le détail, il s'agit d’une opportunité de placement à travers des parts d’un Fonds commun de titrisation de créances (Fctc) offrant une marge de profit de 6% par an (net d'impôt pour les résidents au Sénégal), payé semestriellement sur une durée de 10 ans, avec 2 ans de différé (capital et profit). Le Fonds ou Fctc émettra 15 millions de Parts (Sukuk) d’une valeur nominale de 10 000 FCFA l’unité pour les investisseurs et recevra en retour de la liquidité pour un montant global, indicatif de 150 milliards de FCFA.
Le Fonds utilisera le produit de l'émission pour l'achat de l’usufruit des Actifs Sukuk qui seront mis en location à la République du Sénégal, en contrepartie d'une marge de profit de 6% par an. Mais « nak », cet Actif Sukuk consiste en l'usufruit d’une partie de l’aérogare de l’aéroport international Léopold Sédar Senghor du Sénégal qui est constituée d’une assiette foncière de 115 hectares, objet du titre foncier N° 17.621/NGA. L’Actif Sukuk contient les halls de départ et d’arrivée, les bâtiments de la Direction générale, les parkings, les hangars et les bâtiments annexes et dont la valeur est évaluée, suite aux diligences effectuées par le Commissaire aux Comptes du Fctc, à 250 milliards de Francs Cfa. Précision : l'Actif Sukuk, ainsi que les immobilisés sous-jacents, ne font l’objet d’aucune Sûreté, privilège ou autre droit au profit d’un tiers.
 
La République du Sénégal, en tant que locataire, va payer un loyer semestriel au Fonds qui utilisera les revenus provenant des loyers pour effectuer les remboursements périodiques (principal et profit) aux titulaires de parts de Sukuk, soit le capital ainsi qu’une marge de profit de 6% par an (net d'impôt pour les résidents au Sénégal). Et au moment du rachat, la République du Sénégal rachètera l’usufruit des actifs Sukuk, conformément aux termes du contrat de rachat. Le tout se faisant en conformité aux exigences de la Charia (loi islamique) en termes de structuration et de rémunération des placements effectués par les investisseurs (institutionnels et personnes physiques). L'opération a d'ailleurs été approuvée par le Comité charia du Groupe de la Banque islamique de développement.
 
Jeudi 23 Juin 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :