Manuel Valls : "Le terrorisme peut frapper dans les semaines qui viennent"

Invité de la matinale de RTL, le Premier ministre a indiqué qu'il fallait redouter d'autres "répliques" après les attentats qui ont fait au moins 129 morts.


Manuel Valls : "Le terrorisme peut frapper dans les semaines qui viennent"

« Nous allons vivre longtemps avec cette menace. Il faut combattre ensemble. (...) Daesh ne peut pas gagner cette guerre. » Le Premier ministre, Manuel Valls, était invité ce lundi sur RTL  où il a réaffirmé sa volonté d'agir « sur tous les fronts pour détruire Daesh ». Il a tenu à prévenir que le terrorisme peut frapper « ces jours-ci ou dans les semaines qui viennent ». « Nous savons depuis des mois, a reconnu le Premier ministre. Nous alertons et agissons. Cinq attentats ont été déjoués depuis cet été », a-t-il souligné.

« Nous sommes attaqués, car nous sommes la France, a répondu Manuel Valls lors d'un dialogue avec un auditeur. Nous sommes le pays des Lumières où l'on peut croire et ne pas croire. C'est cela que l'on veut détruire. »

Manuel Valls a confirmé les frappes aériennes  contre le fief de l'État islamique à Raqqa en Syrie tout en précisant que beaucoup se joue en Irak qualifié d'« épicentre » de l'EI. « Nous allons agir pour détruire Daesh sans répit. (...) Cet attentat a été organisé, pensé et planifié depuis la Syrie. Nous avons décidé d'engager nos Mirage et nos Rafale en Syrie. » Selon le Premier ministre, des opérations se préparent en « France et dans d'autres pays européens ». Les attaques de vendredi sont « le fruit d'une planification en Syrie » et ont été organisées depuis « la Belgique ». « Il faut combattre à tous les niveaux », signale-t-il. Il a annoncé que près de 150 perquisitions  avaient été menées.

Lutte contre « l'apartheid social »

Alors que Nicolas Sarkozy a fait des propositions dans le journal de 20 heures de TF1, Manuel Valls a expliqué que « face à la guerre, il ne faut balayer aucune réflexion ». « Les fiches S sont un outil de surveillance indispensable, créées sans juge. Il y en a 10 500. C'est un outil de travail », complète-t-il. Il a appelé les Français à « la prudence et à la vigilance » lors des rassemblements, qui sont pourtant interdits depuis la mise en place de l'état d'urgence.

Enfin, Manuel Valls a expliqué sur RTL  que « tout le diagnostic fait au mois de janvier (à la suite des attentas de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher, NDLR) sur l'islamisme radical, les Frères musulmans, le salafisme, les fractures ou la radicalisation est toujours juste ». Il a rappelé l'importance de lutter contre « l'apartheid social » et insisté sur « le rôle de l'école ». Sans états d'âme, le Premier ministre a déclaré qu'il fallait « fermer les mosquées et les associations qui s'en prennent aux valeurs de la République ».

« Daesh ne peut pas gagner cette guerre contre nous, mais cette organisation terroriste cherche à nous affaiblir, à nous diviser, à faire en sorte que les Français se retournent les uns contre les autres », a dit aussi le Premier ministre.

Lundi 16 Novembre 2015
Dakaractu




1.Posté par Xeme le 16/11/2015 09:46
Donc ils ont programmé d'autres attentats.



Dans la même rubrique :