Mankeur N'diaye au Cices : " Le président de la République a décidé de réduire le nombre de missionnaires de l'Etat à 20 au lieu des 150 des années précédentes "


Face à la presse après sa visite des installations au Cices devant accueillir la commission du pèlerinage, le ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l'Extérieur, Mankeur Ndiaye a déclaré sur le motif de sa présence sur les lieux : " Je suis venu ce matin lancer officiellement les opérations de l'édition 2016 du pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, en compagnie du Délégué général et celui adjoint au pèlerinage. Je voudrais tout d'abord commencer par féliciter chaleureusement monsieur Abdoul Aziz Kébé, délégué général du pèlerinage en qui le président de la République  a investi toute sa confiance. Je suis sûr qu'avec lui, nous surmonterons les difficultés et obstacles connus ces dernières années dans l'organisation du pèlerinage qui n'est pas une tâche aisée. Comme dans tous les pays du monde, nous avons visité beaucoup de pays et nous nous sommes inspirés de l'expérience de beaucoup de pays qui organisent le pèlerinage, surtout les pays qui convoient le plus grand nombre de pèlerins. Partout, le constat est le même : l'organisation du pèlerinage est très difficile. Nous avons connu ces dernières années, en particulier l'année dernière, beaucoup de difficultés, d'insuffisances et d'obstacles qui ont conduit à la décision du Chef de l'Etat de dissoudre le commissariat général au pèlerinage qui était là depuis les années 60. Il a mis en place une structure nouvelle, avec des missions nouvelles et un personnel nouveau et l'a dotée des moyens adéquats pour conduire à bien l'organisation du pèlerinage. Cette structure s'appelle délégation générale au pèlerinage. Je suis venu alors me rendre compte de toutes les dispositions qui ont été prises pour un bon pèlerinage 2016. Je me félicite du nouvel organigramme mis en place par le délégué général, de la nouvelle équipe qui l'entoure mais aussi de la parfaite organisation des instructions. A la suite du conseil interministériel présidé par le Premier ministre, nous avons décidé de prendre de nouvelles mesures.
D'abord, il n'y a plus de quota alloué à la présidence de la République, à la Primature ou au ministère des Affaires Etrangères en ce qui concerne la mission d'encadrement. Cela est une décision historique prise par le président de la République qui a dit qu'il ne voulait plus de quota de missionnaires de l'Etat. Nous allons compter sur une équipe réduite de 20 missionnaires. Il nous arrivait d'avoir plus de 150 missionnaires. Ce qui constitue des dépenses extraordinaires pour l'Etat. Alors, le président de la République a décidé de mettre fin à cela. Nous allons envoyer 20 missionnaires qui vont travailler avec des vacataires et nous allons surtout mettre à contribution nos compatriotes vivant en Arabie Saoudite. Cela nous permettra de réduire le coût du pèlerinage car comme vous le savez, chaque année, le pèlerinage à la Mecque est de 1 milliard de F Cfa.
Ensuite, nous travaillons à réduire la durée du pèlerinage parce qu'autant la durée est longue, autant les pèlerins rencontrent plus de difficultés. Cette année, le pèlerinage tournera autour de 24 ou 25 jours et nous prévoyons l'année prochaine de le faire en deux semaines. Mais cela dépend de la disponibilité des vols et des compagnies aériennes. Cette année, tout le transport aérien a été confié à Flynas qui est une compagnie saoudienne et nous sommes convaincus qu'elle mettra à notre disposition des avions de qualité pour assurer le transport des pèlerins. L'autre aspect que je voulais souligner, c'est le processus de privatisation du pèlerinage qui se poursuit. A terme, l'Etat devra se retirer de l'organisation du pèlerinage ou juste avoir juste une toute petite partie d'encadrement parce qu'on ne peut pas envoyer plus de 10 000 compatriotes à l'étranger et nous en laver les mains. Alors, l'Etat aura un regard mais progressivement le quota de l'Etat va être rétrocéder aux privés. Cette année, nous en sommes à 1500 pour le gouvernement et les 9000 seront transportés par les privés. Ceci est une décision du gouvernement alors c'est important de le souligner. Sur le package, le président a décidé de le maintenir à 2,6 millions de nos francs. Or si nous avions tenu compte de toutes les composantes de ce package, nous aurions un montant beaucoup plus élevé. Je voudrais nourrir l'espoir que cette année, nous connaitrons moins de difficultés. Nous sommes dans une période de transition, du commissariat général à la délégation, alors on a bon espoir pour la suite. On a mis en place de bonnes équipes de suivi psychologique pour les pèlerins qui n'ont jamais été à l'étranger..."
IMG_6858-dakaractu IMG_6862-dakaractu IMG_6873-dakaractu IMG_6875-dakaractu IMG_6882-dakaractu IMG_6887-dakaractu IMG_6892-dakaractu IMG_6896-dakaractu IMG_6901-dakaractu IMG_6902-dakaractu IMG_6904-dakaractu IMG_6907-dakaractu IMG_6914-dakaractu IMG_6917-dakaractu IMG_6919-dakaractu IMG_6920-dakaractu IMG_6925-dakaractu IMG_6926-dakaractu IMG_6930-dakaractu IMG_6931-dakaractu IMG_6935-dakaractu
Vendredi 17 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :