Manifestation de Thiantacounes en Belgique


Manifestation de Thiantacounes en Belgique
DAKARACTU.COM  A la sortie d'une réunion de Macky Sall ayant eu cours à Bruxelles en Belgique, des Thiantacounes expatriés ont manifesté leur soutien,  à leur guide sprituel. Ils ont scandé le nom de Bethio Thioune pendant quelques minutes avant que les forces de l'ordre belges ne les dispersent.
Mercredi 17 Octobre 2012




1.Posté par seck le 17/10/2012 12:31
J y étais les thiantas ont mobilisé grave avec des organisations des droits d l homme.macky a du faire.il levait les bras pour les encourager tellement il était surpris.l fils d cheikh BETHIO ki était dans la délégation d macky ki les a calmes.au fait, il est dans kel camp c député thiantas? Bizarre

2.Posté par maye mouna le 17/10/2012 13:04
@ seck, menteur je suis au moment même de la manif mais pas beaucoup de monde et puis président Sall n'a pas levé les mains n'y de fils de bétho je ne sais ou vous les prenez vos infos

3.Posté par seck le 17/10/2012 13:21
Wahalal yallah maye mouna

4.Posté par sidki Diouf le 17/10/2012 14:31
Ils manifestent pour qu'on libere qu'elqu'un qui inculpé pour double meurtes; fumiers ,vous n'avez aucun respect pour les parents des victimes. Moi je demande à tous les musulmans de manifester contre Cheikh Bethio et ses disciple qui font du mal à l'islam et surtout le guide avec plus de quatre femmes ce qui est haram et blasphematoire car il soutient que ce n'est pas interdit. Il faut se battre contre ces pratiques.

5.Posté par yerim ndella le 17/10/2012 15:15
Si le citoyen lamda, que je suis, méconnaissant totalement les règles et procédures en matière pénale, se pose des questions et ose étaler son étonnement sur la place publique, c’est qu’il y’a une méprise dans la manière de traiter les dossiers du même genre. Cheikh Béthio THIOUNE est accusé de meurtre ou de complicité de meurtre, peut être par fourniture de moyens, ou par instigation de ses talibés. Si cela est avéré, je crois que le bon sens aurait voulu, qu’il soit jugé, pour que lui même et ses talibés soient édifiés. Une telle attitude aurait eu le mérite d’inscrire la procédure initiée contre lui, dans un cadre purement judiciaire.

Mais malheureusement, tout est comme si, la justice est instrumentalisée, aux fins : de l’affaiblir, de l’humilier et par ricochet d’atteindre toute une communauté à qui, il est reproché d’avoir pris fait cause pour le camp perdant. Et rien n’est fait pour que la démarche puisse rester strictement judiciaire. De la sortie médiatique du Procureur de la République de Thiès à maintenant, tout est pour le maintien du guide des thiantacounes en prison. La liberté provisoire, lui est refusée à chaque requête.

Pourtant, les sénégalais gardent tous en mémoire le défi lancé par le très peu honorable député Barthélémy DIAS, à l’autorité de l’état. Les témoins oculaires et auditifs de son aveu, quand il s’en prenait à la personne du ministre de l’intérieur d’alors Ousmane NGOM, sont encore en vie. Là aussi, il faut que nous nous arrêtions un peu, pour comprendre, comment celui ci peut-il bénéficier d’une liberté provisoire, certainement définitive et d’une protection institutionnelle, à travers son immunité parlementaire. C’est regrettable, mais au Sénégal, le principe de l’égalité devant la justice, souffre par moment d’un arrêt, à cause de la couleur politique, de l’appartenance confrérique ou confessionnelle.

Et le comble, ce même principe est souvent tributaire des inimitiés de celui qui gouverne. Cheikh Béthio avait soutenu Abdoulaye WADE, la justice doit – elle, être utilisée pour le combattre. Et en le combattant, le pouvoir actuel oublie que sa victoire sur Abdoulaye WADE, avec tous ses non dits, risque d’avoir un goût d’inachevé, puisqu’elle inaugure une vindicte. Car en s’attaquant à Cheikh Béthio, la gouvernance actuelle, entame le processus d’affaiblissement progressif de la communauté à laquelle, il appartient. Même si certains membres de la dite communauté le cautionne activement ou passivement.

Mais à la décharge de la victime qui a été présentée par une certaine presse comme un gourou au dessus d’une secte, dont les membres sont des ignorants pelés et tondus, la mise en scène pour la liquidation de notre Cheikh a été longtemps murie. Pour preuve, l’infiltration de son domicile, est illustrative de l’acharnement qui se déclinera après à travers un réquisitoire et une reconstitution des faits télévisés. Du jamais vu, sauf au théâtre.

Son transfèrement à Dakar par l’administration pénitentiaire, répond à cette même logique, de combattre un homme, qui sans être saint a, à la fois le mérite et le tord d’avoir une sublimation (exceptionnelle, sincère et durable) pour Serigne Saliou Mbacké (paix et salut à son âme), ce qui lui a accordé la reconnaissance d’une jeunesse abreuvée à la source de ce dernier, entre Touba, Khelcom, Diappandal, Ndoka, Lagane et autres lieux d’expression de l’élévation de Dieu, l’amour pour son prophète (paix et salut sur lui) et la sacralisation du culte du travail, les plus achevés sur cette terre et durant ce siècle. Le Sénégal devrait s’en inspirer pour savoir manifester en cas de besoin de la gratitude.

Contrairement à ce qui est véhiculé dans ce pays par médisance sur sa personne, Cheikh Béthio THIOUNE ne vit pas de la sueur de ses talibés, bien au contraire, c’est lui qui à travers des mécanismes de prise en charge, les oriente, les forme et les aide à la réinsertion pour certains d’entre eux qui n’étaient pas loin de la déviance sociale. Alors faire croire, à nos concitoyens, comme ce talentueux journaliste qui s’est révélé : un piètre violeur, que Cheikh Béthio est coupable de meurtre et qu’il mérite une peine exemplaire et dissuasive, pour celui qui s’est autoproclamé (général), est un discours, qui cache mal, une volonté de combattre des cibles connues, à cause de leur dénominateur commun.

Pour toutes ces raisons, le Sénégal d’au jour d’hui ne doit pas être celui de la revanche, au point d’ouvrir un vendetta contre tous ceux avaient exprimé une opinion contraire. Cette attitude n’honore ni Macky SALL, ni la république qui lui survivra. Ce que le président de la république ne doit point oublier c’est que les thiantacounes et toute la lignée Cheikh Béthio THIOUNE, sont des sénégalais, à part entière, contre qui il ne faut pas poser un acte de division préjudiciable à notre nation.

Aussi doit – il le savoir, jusque là, nous sommes restés républicains et respectueux de l’institution judiciaire, dont nous croyons encore, à l’indépendance. Cependant, Il faut retenir que, Cheikh Béthio THIOUNE est d’une santé précaire et dispose de toutes les garanties de représentation requises. Il est dès lors, une sérieuse responsabilité de le garder en prison, qui deviendrait une cruelle responsabilité, s’il lui arrivait quelque chose. Faut – il le rappeler à tous nos compatriotes, nous sommes avec notre Cheikh, tous des talibés de Feu Serigne Saliou, qui ne méritent pas le traitement, qui est le nôtre de la part de certains de nos compatriotes. Faisons tous attention au respect mutuel, entre nous citoyens.

Yérim N. DIEYE

6.Posté par El gringo le 17/10/2012 15:45
laisser ce rat puant dans son trou noir..il se croyait au toit du monde

7.Posté par ali le 17/10/2012 16:20
Yerim Ndella , tu n'est pas sage . Quand on est sage , si on ne connait pas au point de devoir poser des questtions, on pose sa question et on attend sa reponse et non ce que tu viens de faire, qui est poser une question , deviner ou assumer la reponse et tirer des conclusions.

Eh bien la manque de sagesse t a emmene a faire des suppositions eronee .. la reponse a ta question est tout simple .. Bethio est inculte de complicite de meutre et des crimes de ce genre ne sont pas juges par les juriductio ns qui siegent tous les jours mais par des assises qui viendront ... alors en attendant , comportez vs en bon citoyens et restez a la disposition de la justice ... Il n peut y a voir instrumentalisation parceque les deux mort de keur samba laobe n'ont pas te invente..c'est des morts reels avec leur droit de citoyen

8.Posté par cheikh salla ndiaye le 18/10/2012 21:02
Mr Cheikh Salla Ndiaye Mbacké, le 16 Octobre 2012
Responsable politique APR à Touba,
Coordonnateur départemental des enseignants APR
de Mbacké
Tel : 77 574 70 61 ou 76 631 09 68

LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE MAKY SALL, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL

Monsieur le Président
Je voudrais vous transmettre mes salutations les plus sincères émanant du fin fond de mon être animé d’un fort sentiment de désolation. L’objet de cette lettre est d’attirer davantage votre attention sur la contribution considérable du citoyen Sénégalais que je suis à la seconde alternance politique de son pays et qui aujourd’hui se sent marginalisé pour ne pas dire « trahi » par ceux avec qui il a combattu durant les moments difficiles de conquête du pouvoir.
Excellence, je commencerai par vous rappeler votre tournée politique effectuée à Touba durant la première quinzaine du mois de Mai 2010. Je vous avais accompagné parmi tant d’autres dans la brousse pendant dix jours, bravant la poussière, la chaleur, la faim, la soif, abandonnant famille et activités professionnelles. Cela m’avait valu une demande d’explication et de mise en demeure que votre compagnon Alioune Badara Cissé vous avait montrée dans votre voiture. Vous-même, à Taif, vous m’aviez remis dix milles francs en guise de transport en me disant : « Cheikh toi aussi, vas travailler » ; En ce moment là j’étais animé d’une hargne hors du commun et j’étais prêt à tout pour que vous accédiez à la magistrature suprême. J’ai toujours préféré tout abandonner, tout sacrifier pour vous accompagner dans vos visites de proximité que vous effectuiez très fréquemment à Touba. Je vous ai souvent suivi à Fatik, kaolack,Diourbel, Dakar etc.…….. en compagnie de Mouatapha Cissé Lô. Ce dernier me rappelle la date du Samedi 17 Avril 2010, date de la fameuse assemblée générale au terme de laquelle, j’avais rédigé et prononcé la résolution de l’assemblée qui se solidarisait à votre décision de choisir Cissé Lo comme coordonnateur du parti à Mbacké. En effet, vous nous aviez dit à Taif, après la rupture du jeun : « Je voudrais, exceptionnellement à Mbacké, désigner un coordonnateur de l’APR et vous demande de me rejoindre dans ce choix ». Alors compte tenu de ces propos et de l’attachement que j’avais à Cissé lo, j’ai farouchement combattu pour que votre décision soit respectée, ce qui n’a pas manqué d’allonger la liste de mes adversaires politiques non partisans de Lo.
Monsieur le Président, en ce qui concerne le travail que j’ai effectué à la base, j’ai réussi à convaincre plusieurs centaines d’électeurs à voter pour vous. En effet, en dehors des 75 comités qui sont avec moi, des milliers de talibés de mon grand père Serigne Darou assane Ndiaye répartis à travers le monde vous ont soutenu à cause de ma modeste personne. A travers des débats télévisés sur Touba médiat diffusés à travers le monde entier j’ai lancé des consignes déguisées à l’endroit des talibés de ma famille. D’autres consignes de vote ont été discrètement données et des prières formulées en groupe par quelques un de mes parents chefs religieux en votre faveur. J’en profite pour vous rappeler les paroles de notre khalife Serigne Cheikh Fat Sylle Ndiaye « khéweul » lors des deux visites que vous lui aviez rendues et que j’avais facilitées ; La délégation à laquelle je faisais parti été composée entre autres de Cissé lo, Mbaye Ndiaye, mahmout Saleh, mariama Sarr, Abdou Mbow, ndongo Ndiaye etc…… Il vous disait : « Abdoulaye Wade était venu ici avant d’accéder au pouvoir mais il n’est jamais revenu, nous ferons pour vous ce que nous avions fait pour lui ne serait ce qu’à cause de notre fils qui vous accompagne, nous allons vous élire même ». Par ailleurs, il vous disait : « Je vous confie mon fils Baye Cheikh ( moi-même,Cheikh salla), prend soin de lui » ; Ces mêmes paroles, il les a répétées devant Cissé lo. Ce serait alors une grave erreur de ne pas accorder d’importance à ces propos très significatifs venant de ce saint homme.
Monsieur le président, en faisant des prêts bancaires, j’ai financé la mise en place du réseau des enseignants APR de Mbacké que je coordonne ainsi que la première assemblée générale pour la mise en place de la cellule des cadres présidée par Cissé Lo et organisée le 09 Mars 2011 au théatre de verdure de Mbacké. Aujourd’hui, je me retrouve avec un compte bancaire trop débiteur.
Lors des élections présidentielles, j’avais organisé la formation des mandataires de la commune de Mbacké pour une bonne remontée des résultats électorales en collaboration avec khassoum Wone.
A Touba, j’avais recruté des étudiants que j’avais formés pour assurer la remonté des résultats et le soir des élections j’avais assuré la remontée de la presque totalité des résultats du département de Mbacké en compagnie de votre ami Mr Sylla, j’avais veillé jusqu’à trois heures du matin.
Monsieur le Président, dans le but de m’entretenir avec vous sur la concrétisation de mes nombreux projets destinés à contribuer au développement de mon pays, je vous ai adressé cinq demandes d’audience en vain.
Le fait de mobiliser, dans la constance, l’ensemble de mes énergies pour participer au changement du régime était pour moi un acte citoyen motivé par l’unique souci de voir émerger davantage le Sénégal mais par ailleurs, je trouve injuste et irrationnel que l’ensemble de mes efforts et sacrifices ne bénéficient d’aucune forme de reconnaissance. Dans une telle situation je ne peux que prendre le monde entier à témoin et laisser libre cours à l’appréciation de tout un chacun.
Etant militant APR de la première heure et ayant participé activement à l’élection de son président, je n’envisage guère de démissionner mais non plus, je ne compte croiser les bras face à l’injustice . Je réclame le droit d’être impliqué dans la gestion des affaires de l’Etat et ma lutte ne fait que débuter.
Monsieur le Président, je vous présente toutes mes excuses

Cheikh Salla Ndiaye



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016