Mame M'baye Niang sur le financement des projets de jeunes : « Au Sénégal, tout projet de jeune bancable et porteur sera financé »

Répondant aux interpellations des députés sur la question relative au financement des projets des jeunes, Mame M'baye Niang a tenu à rassurer les Sénégalais. «Tout projet de jeune bancable et porteur sera financé», a déclaré le ministre. Mais, précise-t-il, la pertinence des projets et la garantie de rembourser l’argent public sont requises.


Mame M'baye Niang sur le financement des projets de jeunes : « Au Sénégal, tout projet de jeune bancable et porteur sera financé »
«Il n y a pas au Sénégal, un jeune qui a déposé un projet bancable et porteur qui n’aura pas de financement. Tout projet qui respecte ces critères sera financé». L’assurance a été faite, hier, à l’Assemblée nationale par le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne.
Seulement, a décrié Mame M'baye Niang, «le problème majeur que nous avons, c’est la pertinence des projets et la garantie de rembourser l’argent public prêté.»
Selon lui, «le peuple a demandé au Président de la République une gestion transparente et rationnelle. Les procédures qui sont appliquées, aujourd’hui, aux jeunes émanent de retour d’expérience de ce qui s’est passé dans les années précédentes.»
A ce titre, il souligne qu’une enveloppe de 10 milliards F Cfa a été mise à la disposition des jeunes et que le taux de recouvrement tourne autour de 7%. «C’est pour pallier ces dysfonctionnements et pour être plus justes que ces procédures ont été mises en place. Certes, elles ne doivent pas être des goulots d’étranglement pour les jeunes, mais force est de dire que la toute expérience que nous avons acquise nous impose de vérifier», a indiqué le ministre de la Jeunesse qui dit ne plus demander de garantie, ni de titres fonciers.
«Nous demandons seulement à ce que le projet soit bancable, que nous ayons la certitude que lorsque le projet sera financé qu’il y’ait à 80% une possibilité de retrouver cette dépense publique pour que d’autres jeunes puissent en disposer», ajoute-t-il.

«4 milliards de ligne de crédit aux jeunes diplômés porteurs de projets»

Dans la foulée, le ministre a révélé que «le Papej a mis en place 4 milliards de ligne de crédits dédiés exclusivement aux jeunes diplômés et qui veulent être entrepreneurs. Mais, nous devons respecter ces procédures, parce que nous avons l’obligation de nous appliquer la rupture.»
Il s’est félicité du nombre important d’inscrits au niveau de l’Anpej et des 17 espaces emplois qui sont actuellement opérationnels sur tout le territoire national.
Selon Mame M'baye Niang, les chiffres de 2014 font état de 135 mille emplois. Mais entre temps, il y a 57.000 emplois de plus.
«Ce n’est pas le contrat de travail validé par l’Inspection générale du travail qui compte. Au Sénégal, nous avons 2 mil- lions de travailleurs parmi lesquels, seuls 400.000 sont répertoriés. Nous nous efforçons à les rendre formels», soutient-il.
Egalement, il a plaidé pour la réorientation de la formation des jeunes aux nouvelles exigences du marché du travail. «27% des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle sont formés dans des filières dites «saturées» à savoir Banque-finance, marketing, communication. Et, les institutions financières qui doivent les prendre ne sont pas nombreuses», a-t-il regretté.
A l’en croire, la stratégie de la convention Etat/employeurs, le Papej et l’Anpej consiste à absorber ces jeunes et à les canaliser vers l’auto-emploi qui, selon lui, n’est rien d’autre que «la création d’entreprise pour des fournitures de services.»
Mardi 8 Décembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :