Mamadou Goumbala, membre de l’Afp et initiateur du courant Afp-Fc «Niasse est politiquement amorti et intellectuellement obsolète»

Mamadou Goumbala, membre fondateur de l’Alliance des forces de progrès et animateur du courant ‘’Alliance de forces de progrès/Force du changement (Afp- Fc)’’, est d’avis que Moustapha Niasse «est politiquement amorti et intellectuel- lement obsolète». Dénonçant la démarche de son Secrétaire général, il a également indiqué que les dernières sanctions, qui ont touché Malick Guèye et huit de leurs camarades, sont l’œuvre des jeunes qui ne représentent absolument rien et qui ont violé les statuts de leur formation politique. Dans cet entretien, il a rappelé que Malick Gackou sera le porte-drapeau de leur formation politique, lors de la présidentielle de 2017.


Mamadou Goumbala, membre de l’Afp et initiateur du courant Afp-Fc «Niasse est politiquement amorti et intellectuellement obsolète»
Cela fait un an que votre courant est né alors que l’Afp traverse une pro- fonde crise. A l’heure actuelle, qu’en est-il de la situation ?
Je dois faire quelques rappels. Cela fait presque un an jour pour jour, lors du Bureau politique du 10 mars 2014, quand Niasse a voulu avec certains de ses obligés nous imposer une décision absurde et inopérante comme quoi l’Afp n’aura pas de candidat en 2017 et que nous soutiendrons Macky Sall en 2017. Niasse, avec son césarisme et ses allures de dictateur, a pris unilatéralement cette décision à la suite d’un débat tronqué, parce que les gens n’étaient pas conviés à cette réunion pour choisir un candidat ou pas à la présidentielle.
L’objet de la rencontre était de débattre sur la stratégie à mettre en place et les alliances à mettre en œuvre avec les autres partis pour les locales de 2014. A la suite de la déclaration de Niasse, il y a eu un débat. Sur 129 personnes présentes, trois seulement et son quarté se sont exprimés sur l’élection présidentielle. Quand j’ai pris la parole, j’ai axé toute mon intervention sur la candidature de l’Afp en 2017. J’ai dit ce jour-là que l’Afp ne peut pas ne pas avoir de candidat en 2017. Faire l’impasse sur 2017, c’est saborder l’Afp et signer son arrêt de mort. Parce que tout parti créé a vocation à conquérir le pouvoir et le conserver si possible.
Quand j’avais fini mon intervention, j’ai été unanimement applaudi par toutes les femmes et presque par l’ensemble des délégations venues des différentes régions, tellement mon argumentaire était fouillé et bien détaillé et j’avais acquis l’adhésion de la majorité des présents. Ceci était un signal fort de désapprobation adressé à Niasse et son quarté de faire-valoir. Malheureusement, il n’a pas su tirer les enseignements de ce désaveu cinglant et unanime et il a persisté dans ses erreurs. Toute cette attitude de Niasse se justifie pour deux raisons.
Lesquelles exactement ?
La première, c’est saborder Bennoo Bokk Yaakaar parce que prendre une telle décision à trois ans de l’élection, c’est mettre mal à l’aise les autres partis notamment le Ps et son Secrétaire général à qui il voue une haine féroce et voit partout comme des rivaux. La deuxième, il sait que sa carrière politique s’achève en 2017 et qu’il ne sera plus candidat à une élection. Il se livre à cette fantaisie de mauvais goût pour monnayer cette hibernation de l’Afp avec le nombre d’années qui reste de la législature en cours.
Tout ce qui l’intéresse c’est d’avoir les faveurs du Président Macky Sall pour rester à l’Assemblée nationale jusqu’en 2017. J’ai vu récemment dans un publi-reportage d’un journal de la place où il de- mande implicitement au Président Macky Sall de revenir sur les cinq ans, mais de le garder comme conseiller occulte quand il ne sera plus président de l’Assemblée nationale.

Comment percevez-vous Niasse, un vrai dinosaure politique qui a récemment tenu des propos que d’aucuns ont fustigé ?
Je connais Niasse et je le fréquente depuis plus de quarante ans. Il est vrai que c’est un dinosaure politique. Si les dinosaures sont perçus comme des animaux qui ont une longévité, Niasse est aussi un dinosaure qui a traversé tous les soubresauts et les bouleversements politiques que le Sénégal a connus depuis 47 ans. Depuis 1969 jusqu’au moment où je parle, il est au top niveau. Certes, il y a une intermède de quelques an- nées où Diouf l’a aidé auprès de ses pairs à se recycler en homme d’affaires prospère. 
Et pourtant, selon Diouf, Niasse avait juré sur le Coran qu’en 2000 il ne se présentera pas contre lui et qu’il le soutiendra. Mais, finalement, la rancœur d’avoir été éjecté du gouvernement en 1984 l’a poussé à faire battre Diouf qui a pourtant tout fait pour lui.
Permettez-moi de rappeler certains faits d’armes de Niasse. Le Secrétaire général de l’Afp est un homme qui a toujours versé dans l’excès aussi bien en paroles que dans les actes : en 1973, il a dirigé les comités d’action de l’Ups-Ps pour réprimer un meeting d’étudiants. En 1979 au sommet des non-alignés de Havane, il a failli en venir aux mains avec Castro et c’est Cheikhou Touré qui a intervenu pour les calmer. Personne n’a pas, non plus, oublier son coup de point sur la joue de Djibo Kâ au Bureau politique du Ps en 1984. Sur le plan verbal, les Sénégalais n’ont jamais oublié son pamphlet du 16 juin 1999 et son réquisitoire implacable contre le Ps lors de son discours de Politique générale en 2001 en tant que Premier ministre de Wade.
Donc, son comportement du 22 janvier à Terrou Bi ne m’a pas étonné. Cet homme est coutumier des faits, malgré son âge et ses responsabilités au sommet de l’Etat. Il ne changera jamais. Depuis qu’il a créé l’Afp, il la gère comme s’il était encore à l’Ups-Ps.
Avec les sanctions à la pelle, ne pensez-vous pas que c’est Malick Gackou qui est ciblé ?

Les sanctions dont on parle, à la suite des évènements du 22 janvier, c’est une partie des cadres de l’Afp qui s’est réunie pour sus- pendre des membres l’Ancp des activités de leur organisation. Hier (Ndlr : samedi), Niasse a présidé une assemblée où des soi-disant jeunes du parti ont sanctionné neuf de leurs camarades. Au regard des statuts du parti, ceux qui ont pris cette décision avec la caution peu honorable de Niasse ne sont pas habiletés à le faire. Les jeunes sanctionnés sont des responsables régionaux de leur structure. Ce sont certains de leur soi-disant adjoints, avec l’appui des jeunes de Notto Diobass et quelques autres jeunes ramassés dans les quartiers de Dakar, qui ont pris cette décision avec la caution lamentable de Niasse qui a enfreint les statuts du parti. Parce que ceux qui étaient là-bas ne représentaient pas les jeunes de l’Afp.
Mais, toute cette manigance est télé- guidée par Niasse pour prétendre montrer à Macky Sall qu’il contrôle encore l’Afp et qu’il a une monnaie d’échange. Imaginons, si Malick Gackou avait convoqué une réunion de certains membres du parti pour exclure Niasse et certains de ses amis, est-ce que cette décision serait légale ? Niasse trompe Macky, il a perdu le contrôle de l’Afp et il est minoritaire. Pis, il est politique- ment amorti et intellectuellement obsolète.
Il n’a plus sa flexibilité d’esprit qui lui permettait de manœuvrer et de garder la main sur l’Afp. Il a atteint son seuil d’incompétence et il tire Macky Sall constamment vers le bas. Si au Sénégal il y avait un institut de sondage crédible sur la côte de popularité des hommes politiques, à la publication des résultats, Macky Sall ne le garderait pas une minute à la tête de l’Assemblée nationale. Nous refuserons, jusqu’à la dernière goutte de sueur, que notre parti soit sabordé par Niasse pour ses seuls et uniques intérêts. Il parle de fidélité à Macky Sall et de parole donnée.
Mais, les jeunes qui ont cheminé avec lui, depuis quinze ans, qui l’ont sou- tenu, se sont battus avec lui dans des situations très difficiles face au pouvoir de Wade, qu’est-ce qu’il en fait ? Il veut les sacrifier pour sa gloire personnelle ? Le problème de l’Afp est Niasse.
Pour Gackou, il a tout donné à Niasse. Sa compétence, ses relations nationales et internationales et son argent. S’il s’agit de formation politique, c’est le Ps et Famara Sagna qui l’ont formé. Donc, il ne doit rien à Niasse. Sa situation actuelle dans le parti s’explique par sa générosité envers tous les militants dans le parti en commençant par la famille de Niasse. Sa compétence et sa loyauté, personne n’en doute. C’est ce qui fait sa popularité qui dé- borde même le cadre du parti. Il est l’espoir de l’Afp et il sera notre porte-drapeau en 2017. 

Libération
Lundi 9 Mars 2015
Dakaractu




1.Posté par Boy Dakar le 09/03/2015 18:54
C'est vraiment dégoûtant! Comment ce monsieur peut-il proférer de telles insanités à l'endroit de quelqu'un dont il dit qu'il est son ami de 40 ans?



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016