Mali : 17 soldats tués dans l'attaque d'une base militaire

Un assaut contre un camp militaire à Nampala, au Mali, a causé la mort de 17 militaires, selon les autorités. L'attaque a été revendiquée par un groupe armé de la communauté peule.


Les forces militaires maliennes ont subi un sanglant assaut, le 19 juillet, dans le camp de la ville de Nampala, au centre du pays.

«Le bilan de l'attaque [...] est de 12 morts, une trentaine de blessés et des équipements enlevés», a fait savoir dans un communiqué le porte-parole du gouvernement, le ministre Mountaga Tall. A la suite de l'attaque, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, «a instruit la hiérarchie militaire pour sécuriser la ville de Nampala – qui a été reprise – ainsi que toute la zone et, par-delà, l'ensemble des populations du Mali», assure également le communiqué officiel.

Dans la soirée du 19 juillet, le bilan fourni par les autorités s'est alourdi à 17 soldats tués et 35 blessés, a rapporté l'agence AFP.

Une attaque revendiquée par un mouvement peul

Lire aussi
Des manifestants au Mali en 2014 Mali : trois morts et plus de 30 blessés dans une manifestation anti-gouvernementale à Gao
Selon l'agence AFP, l'attaque a été revendiquée par un responsable d'un groupe politique armé du nom d'Alliance nationale pour la sauvegarde de l'identité peule et la restauration de la justice (ANSIPRJ). Selon ses dirigeants, le mouvement a été créé en juin 2016 à la suite de violences exercées contre les Peuls (une ethnie présente notamment au Mali) par les autorités. Récemment, des membres de l'ANSIPRJ avaient dénoncé des assassinats de Peuls perpétrés, selon eux par l'armée malienne et par des milices, qui les auraient accusés d'être des combattants djihadistes.

L'attaque de la base militaire de Nampala n'est pas un cas de violence politique isolée. Trois ans après l'intervention française au Mali, celui-ci continue de connaître d'importantes tensions. La semaine dernière, au moins trois personnes ont été tuées lors d'une manifestation dénonçant la création d'autorités intérimaires, à la suite d'un accord censé pacifier le pays, qui fait face à une rébellion et subit de récurrentes attaques djihadistes.                       
Mardi 19 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :