Malgré les rumeurs sur l’absence de consensus : Tanor Dieng réaffirme son ancrage dans Bennoo


Malgré les rumeurs sur l’absence de consensus : Tanor Dieng réaffirme son ancrage dans Bennoo
Convaincu que la transformation de l’aspiration populaire au changement en une éclatante victoire ne peut se faire que dans un large front d’unité, Tanor Dieng réitère son engagement à renforcer l’élan unitaire dans et au-delà de Bennoo Siggil Senegaal.

‘Le Parti socialiste (Ps) et son secrétaire général qui n’ont jamais été pris à défaut de ne pas respecter un engagement auquel ils ont souscrit, restent attachés à Bennoo’ lance Ousmane Tanor Dieng aux ressortissants socialistes établis à Dakar. Mieux, poursuit le secrétaire général du Ps ‘nous ferons tout ce qu’il faut pour que nous aboutissions à une décision juste et équitable qui nous permettra d’avoir un candidat de l’unité et du rassemblement’. Ousmane Tanor Dieng cherche-t-il à couper court aux rumeurs selon lesquelles Bennoo tend vers un éclatement, faute de consensus entre ces deux candidats (Niasse/Tanor) à la candidature ? En tout cas, à ses militants qui ont rempli la salle du Congrès de la maison du Parti, le socialiste en chef a indiqué qu’à moins de cinq mois de la présidentielle, il est de bonne méthode pour l’ensemble des forces vives, notamment les partis politiques, ‘de mobiliser leur énergie sur les tâches urgentes à accomplir pour transformer l’aspiration populaire au changement en une éclatante victoire’. Et cela ne peut se faire que dans un ‘large front d’unité et de rassemblement des forces vives’. C’est pourquoi, insiste Ousmane Tanor Dieng, ‘aujourd’hui plus qu’hier, je voudrais réitérer l’engagement du Parti à renforcer l’élan unitaire dans et au-delà de Bennoo Siggil Senegaal (…)’.
Sur la situation nationale, le secrétaire général a invité ses camarades à sauver la République qui est ‘menacée par la perversion des valeurs, la fragilisation des Institutions, les violations de la Constitution et les atteintes aux libertés individuelles’. Car on ne peut, selon lui, parler de République lorsque celui qui a la charge de la protéger, de respecter et d’en faire respecter les lois est le même qui veut y porter atteinte. Comment ? ‘En se déclarant candidat à un troisième mandat, en violation de la Constitution’ explique M. Dieng.

Pour les socialistes, la candidature d’Abdoulaye Wade à un troisième mandat n’est pas seulement une question de droit réservée aux seuls juristes. ‘Elle est un défi à la République, un défi à la démocratie. Et chaque citoyen se doit de relever ce défi qu’Abdoulaye Wade pose au peuple sénégalais par tous les moyens que la République donne à ses citoyens pour protéger la Constitution’, invite Ousmane Tanor Dieng.

Les opposants estiment qu’on ne peut aussi parler de République lorsque les citoyens sont liés à la justice pour des faits qui n’ont matériellement pas pu être établis. C’est pourquoi explique le secrétaire général du Ps, ‘la condamnation de notre camarade Malick Noël Seck au cours d’un procès politique est une injustice que nous continuerons à dénoncer et à combattre par tous les moyens’. Outre la poursuite de la bataille judiciaire par ses avocats pour obtenir l’infirmation de ce qu’ils qualifient de décision ‘arbitraire’ par la Cour d’appel, le Parti socialiste et son chef promettent de continuer, ‘avec tous les démocrates, tous les patriotes et tous les Sénégalais épris de justice, à se mobiliser pour sa libération’.

Yakhya MASSALY

( Walf )
Mercredi 2 Novembre 2011




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016