Macky limoge des agents avec des compétences avérées et fait la promotion d’un présumé corrompu


Macky limoge des agents avec des compétences avérées et fait la promotion d’un présumé corrompu

Dans quel pays sommes-nous ? Est-on tenté de se demander. En une semaine, le président de la République semble avoir jeté aux oubliettes son fameux slogan de « gestion sobre et vertueuse. »  Il lui est reproché au très pertinent Ousmane SONKO, qui pourtant prône la transparence dans le recouvrement de nos impôts et de l’utilisation qui en est faite d’utiliser sa position et des informations dont il dispose à des fins politiciennes. 

Et Nafi Ngom KEÏTA qu’a t-elle fait ? Pour une fois au SENEGAL tous les acteurs sont au moins d’accord sur une chose : « cette dame là est celle qu'il faut à cette place. » Elle est unanimement reconnue et respectée de l’opposition comme de la coalition au pouvoir. Elle avait, à sa nomination, rassuré tous les acteurs politiques surtout ceux de l’opposition sur le désir exprimé par le chef de l’Etat de mettre en place l’OFNAC, surtout pour ceux-là qui sont au pouvoir « la CREI c’est pour les autres, mais l’OFNAC c’est pour nous et je ne protégerais personne » avait dit le chef de l'Etat. Trois ans après, la récolte est bonne, et c’est peut-être pour ça qu’elle est limogée. Parce qu’en réalité et personne ne peut nous faire croire  le contraire, elle a été bel et bien limogée. Quelqu’un qui fait bien son travail, on le maintient,  on ne le limoge pas. 

Parmi les victimes de Mme KEÏTA, un ami supposé du président, qui s’appelle El Hadj Seck N'diaye WADE. Responsable politique de l’Alliance pour la république dans le département de Mbour, il était encore il y a quelques jours le Directeur des transports routiers au ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement. Depuis le 13 juillet dernier, il a été relevé de ses fonctions, mais c’était pour bénéficier d’une promotion particulière. Par décret présidentiel n°2016-985 du 13 juillet 2016, il a été nommé président du conseil d’administration du Fonds d’entretien routier autonome du Sénégal (FERA). El Hadj Seck N'diaye WADE, nouveau PCA du FERA, est sous le coup d’une inculpation prononcée à son encontre au mois d’avril dernier par le juge d’instruction du 1er cabinet sis au tribunal de grande instance de Louga. Il avait été aussitôt placé sous mandat de dépôt puis écroué à la prison centrale de Louga en mars. Quelques jours plus tard, il bénéficiait d’une liberté provisoire, alors que la plupart de ses co-inculpés sont restés en détention à la maison d’arrêt de Louga. Le premier fonctionnaire à être pris dans les filets de l’Ofnac est le dénommé Pape Mor GUÈYE, directeur régional des transports terrestres qui ne se priva pas d’expliciter aux enquêteurs le mode opératoire mis en place pour faire tourner le système de corruption. Son supérieur hiérarchique, El Hadj Seck N'diaye WADE, est sur la liste des gros bonnets. Un présumé corrompu nommé PCA, celui qui l’a coffré se fait renvoyer. Les faits sont sacrés même si les commentaires sont libres...

YAFATA 
Jeudi 28 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :