Macky Sall dresse un bilan de l'école : « C’est un secteur qui ne marche pas (…) ça ne marche pas du tout »


Le président Macky Sall a dressé un bilan noir de l’école sénégalaise lors de la remise des cahiers de doléance des centrales syndicales. Il a par ailleurs indiqué que c’est le tiers des recettes fiscales de l’Etat qui sont affectés à un secteur qui ne marche pas.
« Rien que pour le budget 2016, 5 milliards ont été affectés pour la prise en charge de la validation des actes de vacation et de contractualisation. 24 milliards pour la prise en charge des rappels. On ne peut pas faire autant d’efforts pour une école qui ne tourne pas, ce n’est pas possible, et lpour l’enseignement public et supérieur, avec l’éducation nationale on est à plus de 500 milliards de francs CFA chaque année. C’est le tiers des recettes fiscales de l’Etat qui sont affectés  à un secteur qui ne marche pas. Parce que le niveau est en train de baisser, ça ne marche pas du tout, il faut que l’on ait une véritable discussion au niveau de l'école », dira-t-il.
« On ne peut pas poursuivre nos efforts sans avoir la garantie que l’école va fonctionner. 800 millions pour  des zones d’aménagement concertées dans l’éducation ; 100 millions pour l’évacuation sanitaire de personnels de l’Université. Et là aussi à l’Université toutes les questions sont réglées y compris la réforme des titres. »
« Les perturbations dans le secteur de l’éducation, de la santé et dans les collectivités territoriales, ont fait consentir à l’Etat énormément de sacrifices. Nous avons réglé l’essentiel des revendications qui étaient en latence depuis plus de 20 ans, on ne peut pas comprendre qu’après avoir fait tant d’efforts nous soyons contraints de recevoir des préavis qui compromettent le fonctionnement régulier de l’école sénégalaise. On ne peut pas au moment où l’on met plus de ressources dans un secteur que ce secteur soit plus instable », martèlera le Président.

Elections d’organisation syndicales dans les secteurs de l’éducation
Le Président Sall a annoncé d’ailleurs que des élections seront organisées dans le secteur de l’éducation pour mettre de l’ordre dans le secteur.
 « Je me félicite des processus déjà engagés pour la tenue de nouvelles élections générales des centrales syndicales. Ceci mettra fin à ce débat et d’autre part l’organisation d’élections syndicales dans les secteurs de l’éducation »
Le chef de l’Etat pour finir, dira que l’Etat va poursuivre ses efforts dans l’éducation : « notre seule limite c’est le budget, mais je l’ai dit au Gouvernement ne signez pas des engagements que vous ne pourrez gérer. Nous avons plusieurs secteurs à gérer. Il ne faut pas que l’on privilégie un secteur qui compromet l’avenir de toute une nation », conclura t-il...
Lundi 2 Mai 2016
Dakaractu




1.Posté par Fode le 02/05/2016 23:13
Cher Président, les résultats attendus ne seront jamais obtenus si le ministre en charge de l'éducation ne privilégie que la frime et l'arrogance. Monsieur le président L'éducation et la formation ont un coût pas de prix. Seules des ressources humaines de qualité nous mènent vers l'émergence. Que Dieu vous bénisse. Que Dieu bénisse le Sénégal.



Dans la même rubrique :