DAKARACTU.COM

Macky SALL flageole et impute ses infractions au ministre d’État Samuel SARR : un rédempteur sempiternellement débiné !


Macky SALL flageole et impute ses infractions au ministre d’État Samuel SARR : un rédempteur sempiternellement débiné !
‘’Il est juste que ce qui est juste soit suivi. Il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi ; la justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique ; la justice sans la force est contredite parce qu’il y a toujours des méchants ; la force sans la justice est accusée, il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort, ou ce qui est fort soit juste.’’ Blaise Pascal.
Macky SALL résout ses comptes politiques en s’abritant derrière des subterfuges mais surtout en délayant dans le subconscient des sénégalais des versions gouvernementales infamantes le tout crédibilisé par des étrivières de transmission expressément ciblées. Pour garrotter ses belligérants politiques, des soi-disant procureurs apprentis metteurs en scène tels que ce mythomane Serigne Bassirou Guèye dissimulent à ces rouleaux compresseurs des scoops abjects. Il est plus qu’axiomatique que la délation lorsqu’elle est bien fignolée constitue une artillerie politique infaillible.
Ce marchand d'illusion, ancien conseiller technique n°1 de la ministre répudiée, de par ses gesticulations exalte toute sa dépravation égotique. Les simagrées fadas attestant que le ministre d’État Samuel SARR serait impliqué sur un putatif détournement d’objectifs portant sur l’ordre de 1,3 milliards FCFA répond à des injonctions politiques plutôt qu'à de véritables motivations juridiques.  Il sied de seriner à ce philistin que le ministre d’état ne sera onc tarabusté par des bras judiciaires cuculs. Pourtant rien qu’en 2010 la cour des comptes avait fureté son management allant de 2004 à 2010 période durant laquelle il occupait aussi bien le portefeuille de directeur général de la SENELEC que celui de ministre de l’énergie.
Concomitamment, la CENTIF l’incriminait de blanchiment d’argent portant sur l’ordre de 52 000.000.000 FCFA. Sur ce fait, le présumé cambiste Demba SY avait été ouïau même titre que le ministre d’État à la section de recherche de la gendarmerie nationale. Sans omettre, que l’État du sénégal avait hâté les services de TRACFIN(1) pour débusquer les apanages supposés mal acquis du ministre d’État à l’étranger vu que le grief équivalait à plus 100 millions de dollars. Ce que TRACFIN accomplit sans amphibologie. La résultante inéluctable qui en découla fut que le ministre d’État Samuel SARR était aussi clair que l’eau de roche.
Simultanément, l’inspection générale des finances enquiquinait le ministre d’état pour avoir ratifié un présumé marché fictif lorsque ce dernier était directeur général de la Sénélec avec le sieur Pape Aly GUEYE. La DIC (division des investigations criminelles) n’y est pas allé en reste, elle qui avait mandé au ministre d’État de fournir des éclaircissements sur ces fanaux. Non seulement le ministre d’État a été absous par le rapport de l’inspection générale d’État mais de tous les 56 dossiers qui pâtissaient sur l’office du doyen des juges seul celui du ministre d’État est allé jusqu’à son apothéose.Le ridicule ne tuant pas, le collecteur de caillasse Macky SALLcontinue ainsi son foisonnement de calomnies insidieuses à l’encontre du ministre d’état qui conserve malgré tout son ataraxie proverbiale. Cette justice à géométrie variable amnistie ignominieusement le cleptomane Souleymane ndéné NDIAYE qui s’est enrichi délictueusement au su et au vu de tous les citoyens sénégalais !!!
Cependant toutebacchanale étant pernicieuse, ce jouvenceau Serigne Bassirou Guèye commence à dépasser la ligne rouge même s’il lui reste énormément de venelles pour devenir un homme. Ce triumvir doit savoir qu’un bon fonctionnaire est celui qui sait dire non aux oukases iniques de ces supérieurs. Ce nigaud à ce rythme exhibera à nu devant l’opinion internationale toute l’imposture de Macky SALL un pillard gradé en gré à gré et surfacturation.
 
 
 
Pour Macky SALL le ministre d’état Samuel SARR reflète inconsciemment ses délits…
Toutefois, je tiens à porter à la connaissance de l’opinion internationale que lors de son passage aussi bien comme DG de la PETROSEN, que comme ministre de l’énergie et premier ministre,le rassembleur de rocsMacky SALL a englouti frauduleusement plusieurs dizaines de milliards via des surfacturations et des marchés à l’amiable. Les faits aussi abracadabrants qu’ils puissent être parlent d’eux-mêmes !!!
À tout seigneur tout honneur, le sieur Macky SALL n’est rien d’autre qu’un pignouf larron,pour cela la jeunesse sénégalaise ne topera onques qu’un filon parce qu’advenu captieusement président de la République puisse barbouillerun probechauvin dont la seule lésion est d’avoir servi loyalement sanation. L’autre étant un reflet, Macky SALL ne zieute au ministre d’État Samuel SARR que ce qui est en lui.Il convient de signaler que la médisance incongrue portant initialement sur les 9,7 milliards onc retracée dans un état financier de la Sar a dégringolé jusqu’à 1,3 milliard de francs CFA sans qu’aucun élément nouveau n’eut été constaté dans le dossier.
À ce titre,il convientd’indiquer que sur les 28 steamers qui ont accosté durant le magistère du ministre d’État, une seule cargaisona fait l’objet de suspicion infondée. En effet, il faut relever que chaque année il y a 7 nefs qui déchargent les frets. Cependant déjà au large avant que le bateau n’accoste il y a des vérificateurs de la SGS, de la douane et de la SAR qui expertisent des prélèvements du fuel pour en examiner la quantité et la qualité. Ce n’est qu’après leurs homologations que les navires sont autorisés à déposer leurs fiouls au niveau du port. Subséquemment, pendant et après le débarquement des analyses sont encore effectuées par des experts issus de ces entités. Ce qui revient à corroborer que si le fuel était frelaté le cargo n’allait pas même pas approcher le port de Dakar pour décharger ses cargaisons. Le bon sens étant la chose du monde la mieux partagée ainsi même un barjot n’allait pas se défouler sur une seule embarcation vu qu’il résulterait d’une flagrance inouïe. Si réellement le ministre d’état était malintentionné il aurait utilisé ce subterfugeavec pondération sur tous les 27 autres steamers. En outre, il est impossible d’affirmer que la cargaison ait été réceptionnée avec un taux de 40% d’eau car si tel était le cas, la Sar n’allait pas se retrouver avec 122.000 tonnes de carburant raffiné.
Néanmoins, il urge de mentionner qu’en 2006 le premier ministre Macky SALL, en véritable homme du secteur des hydrocarbures, avait de par sa gloutonnerie fini de faire main basse sur toutes les ressources de la SARbrusquant ainsila fermeture torchée de cette structure.Si bien qu’en 2007, le ministre d’état Samuel SARR avait à son arrivée trouvé un déficit abyssal de 90.000.000.000 FCFA.
Le magicien (terme utilisé par Macky SALL à l’époque pour qualifier la prouesse du ministre d’État Samuel SARR), a non seulement réussi l’exploit de faire gagner en 2007, 14.309.681.718 FCFA à la Sar qui n’avait pas fait de bénéfices de 1976 à 2006 mais surtout d’avoirsorticette entreprise d’un aven. Cela a notamment permis à cette organisation de reprendre ses activités en achetant ses propres cargaisons à travers un financement participatif des créanciers et l’obligation pour le fournisseur désigné de brut de prendre 30% du risque sauvant ainsi 250 pères de famille du chômage.
C’est de par son ingéniosité que la SAR (société africaine de raffinage) a mobilisé des investissements dans le secteur de l’énergie, entre 2004 et 2010 à hauteur de 680 milliards de FCFA dont 300 milliards dans le secteur des hydrocarbures engendrant ainsi la réalisation d’ un bénéfice net de 5 000 000 000 FCFA à la fin de l’exercice 2008, ce qui s’est poursuivi aussi bien en 2009 qu’en 2010. Ce résultat, obtenu par la SAR en 2008, est à contempler car le contexte de la crise financière, alimentaire et énergétique connu en 2008 ne s’y prêtait guère. En effet, l’année 2008 aura été marquée par des hausses jamais égalées du brut avec un pic de 149 US $ pour le BONNY LIGHT à la date 03 juillet 2008. À ce prix et au cours de 417 FCFA le dollar, l’accumulation par la SAR de 59 milliards a été basique et l’implication du messie Samuel SARR de par son savoir-faire a été apodictique pour l’appropriation d’un tanker de 950 000 barils.
Macky SALL ce peuple que vous affamez de jour en jour par vos maquignonnages ‘’mackyllés’’ par les grés à grés exige votre capitulation. Votre déportation devant la haute cour de justice apparait plus qu’une exigence sociale car vous avez non seulement blousé la plèbe mais vous avez réussi la prouesse de métamorphoser les aspirations de la populace en calamité. Votre doudou Maréme FAYE ne sera pas en reste. Elle qui a fini de se servir du Sénégal avec sa firme de blanchiment d’argent le tout diligenté par son prête nom et frère Mansour FAYE. Si vous persistez à sauvegarder le peu de pouvoir qu’il vous reste votre déguerpissement non seulement sera impétueux mais vos peines ne feront que s’exacerber…

Éternel Wadiste
Moïse RAMPINO
(1) : TRACFIN (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits Financiers clandestins) est un organisme du Ministère de l'Économie et des Finances Français chargé de la lutte contre le blanchiment d'argent.
Dakaractu2




Vendredi 2 Août 2013
Notez


1.Posté par mais le 02/08/2013 12:00
Mais c'est qui encore celui là.

2.Posté par julome le 02/08/2013 12:33
C'est plutôt SAMUEL SARR qui devait signé l'article arrêté de servir de négre à certain homme et utilisé des mots d'on vous savez la définition . Vous dite que " la justice sans la force est impuissante" avait t'il la force sous WADE IDY (dossier politique) ADAMA SALL( protégé par ce que il avait un basse politique,et wade disait sa gourmandise ) TALLA SYLLA , FARBA SENGHOR ( l'AS - 24 chrono ..)



Dans la même rubrique :