Ma réaction sur le volte- face de Macky ( Ibrahima SENE PIT/SENEGAL/CDS)

Certains ont évoqué ce que Hollande avait dit à Macky sur l'honneur et le respect de la parole donnée, pour critiquer sa décision de suivre le Conseil Constitutionnel, en contradiction avec sa parole donnée.


Mais François Hollande ne peut pas être une référence pour le respect de la parole donnée. 
En effet, n'avait- il - pas  promis   une déchéance de nationalité exclusivement aux binationaux soulevant un tollé jusque dans les rangs de son Parti et de son gouvernement?
 N'y a t- il pas renoncé pour faire adopter sa réforme de la Constitution? Et pourtant en France, et dans le monde entier, peu y ont vu du déshonneur. 
Macky est revenu sur sa parole donnée, c'est donc contre les valeurs sénégalaises, et non celles de la France ou de François Hollande. 
Complexe de la France quand tu nous tiens! 
S'il y a le même tollé au Sénégal face au volte- face de Macky, soit il se rétracte de nouveau pour se réconcilier avec sa parole donnée, soit il risque de le payer politiquement cher. 
Le projet de réforme n'est pas encore publié, il n'est donc pas trop tard pour qu'il se conforme à sa parole donnée.
Macky a suivi un Conseil Constitutionnel qui n' a manifestement pas dit le Droit en la matière. 
En effet, dans notre jurisprudence, toutes les dispositions d'une réforme constitutionnelle s'appliquent immédiatement après leur publication au journal officiel, sauf pour celles qu'une dérogation expresse est donnée dans le cadre des mesures transitoires. 
C'est ainsi que le cumul des fonctions de mandat du Président de la République et de Chef de Parti, qui était interdit, a été d'application immédiate avec la réforme de Wade en 2001 sans que le Conseil Constitutionnel n'y ait vu une violation quelconque de la Constitution de 1963. 
De même, c'est fort de cette jurisprudence, que Wade avait pris le soin de bien faire mentionner dans les mesures transitoires de la réforme de 2001, que le quinquennat prévu dans la réforme ne s'applique pas au mandat encours. 
Donc, il est ahurissant de voir notre Conseil Constitutionnel se mettre en porte à faux avec sa propre jurisprudence. 
Macky n'est donc pas obligé de suivre cet avis d'autant plus qu'il a l' avis favorable du Président de l'Assemblée nationale qui est une autre institution de notre République aussi prestigieuse que le Conseil Constitutionnel.
Le Conseil Constitutionnel n'a pas dit le Droit.
Macky est juridiquement fonde à passer outre, devant une telle violation de notre Constitution par le Conseil Constitutionnel lui- même. 
Il y va de sa réconciliation avec les valeurs sénégalaises qui fondent toute autorité morale dans notre société. 
En suivant cet avis manifestement illégal, Macky donne des verges pour se faire fouetter, et plonger le Sénégal dans une instabilité dont il n'a que faire, dans le contexte actuel de menace terroriste dans notre sous- région. 
Aucun allié véritable de Macky ne devrait l'encourager à persister dans cette voie sans issu honorable pour lui ni de paix civile pour notre peuple.
                     Ibrahima SENE PIT/SENEGAL/CDS
                                                                                        Dakar le 18 Février 2016
Jeudi 18 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par Kendofoul le 18/02/2016 09:32
IBRAHIMA SÉNÉ A RAISON SUR TOUTE LA LIGNE.
TOUT LE MONDE SAIT QUE LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL N'A PAS DIT LE DROIT ET QUE MACKY EST UN FIEFFÉ MENTEUR.

2.Posté par Aldo le 18/02/2016 09:42
Bravo, je retrouve le Ibrahima SENE qui je connaissais. Monsieur SENE vous venez de recouvrer votre triple A que j'avais dégradé.

Continuez sur cette lancée et montrez qu'on peut être avec le président tout en gardant sa digité.

3.Posté par Bani le 18/02/2016 09:46
Vous êtes courageux MONSIEUR de le Directeur mais je vous conseille de surveiller vos arrières car les transhumants essaieront de convaincre le président de vous virer pour prendre votre place. Mais restez avec le peuple pour le véritable changement. Macky a trahi une partie des assisards et eux-mêmes ont trahi le peuple. Je vous respecte vous et Imam Mbaye Niang et je sait que ceux de Bess du Niack seront du même acabit que vous. Il faut que la manière de faire la politique au Sénégal change pour aller vers le développement. Nous avons longtemps fait du sur place.

4.Posté par ISD le 18/02/2016 10:11
Bien dit Mr Sene. La clairvoyance et la vérité sont tres simple a exprimé et tres facile a comprendre

ISD

S'il plait a Dieu cette volte-face marquera le debut d'une ère nouvell de rupture par revolution responsable et réfléchie pour un Sénégal debout et prospère

Soyer a l'affût pour vous engager dans le train qui va révolutionner le Senegal

5.Posté par Ampa le 18/02/2016 12:00
Mon Dieu ! Que de verbiage! Que d'invectives inutiles!
Le Conseil Constitutionnel a constitué un avis = une décision, pourquoi devrait on passer autant de temps à épiloguer sur le sexe des anges ?
Le Sénégal recule inexorablement et si on y prend garde c'est une ou deux générations qui seront à sacrifier pour espérer redresser la barre. Les problèmes qui assaillent le peuple ne préoccupent point les politiciens, tous veulent s'essayer à la Présidence de la République, comme s'il s'agissait d'un jeu de gosses, qui se dispute ".. pousse-toi!; laisse moi m'asseoir toi aussiiiii ! t'es pas gentil, je vais le dire à papa et à tonton."......

6.Posté par Ibrahima SENE le 18/02/2016 12:26
Ibrahima SENE, ancien syndicaliste, ex communiste, parlez nous de la situation qui prévaut à la MIFERSO et édifiez nous sur votre posture dégradante et indigne en temps que PCA de la MIFERSO.

7.Posté par welainde le 18/02/2016 12:26
Béni soit celui qui respecte la voie de la Sagesse en ne s’enflant pas d’orgueil.
Le président Macky Sall a respecté sa promesse. Ceux qui sont tristes sont ceux qui voulaient que le président Macky Sall, malgré la Décision ou l’Avis du Conseil Constitutionnel, s’enfle d’orgueil et démissionne pour respecter la parole donnée. Pourquoi ? Parce que lui, il est Sam Mariam Moolo Barogo.
S’il le fait, il sait qu’il perdra définitivement le pouvoir parce qu’il aura insulté ceux qui ont voté pour lui malgré les sarcasmes, les souffrances, les menaces et les insultes du pouvoir d’Abdoulaye Wade.
Comment se fait-il qu’un homme doué de raison qui a eu la confiance du peuple pour un mandat de sept ans, le rejette et revient demander au même peuple un autre suffrage, alors que son régime n’est ni menacé de l’intérieur et ni de l’extérieur ? Pour faire tendance ? Ou le Buzz ?Entrer dans l'histoire?Que foutaises.
Les engagements que le président a pris vis-à-vis du peuple sénégalais ainsi que les traités internationaux sont importants et ne saurait être un amusement.
Le président Macky Sall est le premier président du Sénégal né après les indépendances et il n’ yaura pas un autre premier jusqu’à la fin des temps. Il est déjà dans l’histoire. Son étoile brille et illumine le Sénégal.
Il parait qu’un certain imam a démissionné parce que le président Macky Sall n’a pas respecté sa parole. Je dis à cet imam politicien de la 25eme heure, qu’il fait partie des hypocrites et il est pire qu’Abdallah Ibn Obeid.Et j’affirme ici, que tout celui qui prend ce monsieur comme imam doit recommencer la prière, parce qu’il est INAPTE.Ici même Mamadou Massaly, l’enfant terrible de la politique, lui a damé le pion, en demandant au président Sall de respecter le choix du peuple.C’est tellement rare que cela vaut d’être souligné.
Face à la Décision du Conseil Constitutionnel, le président Macky Sall avait deux choix : ou avoir l’attitude d’Ibliss en s’enflant d’orgueil, ou avoir l’attitude du prophète Mohamed-PSL à Houdeybiya, qui a renoncé cette année là à faire le pèlerinage malgré l’insistance de ses compagnons parce que la route est barrée et que c’est ALLAH qui le lui a ordonné. Un imam qui, prend parti pour Ibliss et réfute le prophète est un pur hypocrite s’il est vraiment un digne religieux puisque tous ces actes doivent être conformes aux Recommandations et Interdictions d’ALLAH. Vouloir plaire aux hommes et déplaire à ALLAH conduit tout celui qui le fait en enfer, étant entendu que les premiers qui peupleront l’enfer sont les « savants » qui dévient les hommes du Droit Chemin.
Le Sénégal Exotique, première démocratie africaine, teranga n’est pas le même Sénégal avec le gaz et le pétrole ou les enjeux économiques et géostratégiques sont si importants qu’il faille avoir un homme de poigne comme le président Macky Sall.Ces adversaires savent très bien que les importantes ressources financières qui seront tirées de ces gisements consolideront le pouvoir et renforceront plus que jamais cette coalition BBY qui tient encore la route et que les interêts égoistes des uns et des autres ne viennent perturber la marche du Sénégal qui a besoin de sa cohésion nationale pour barrer la route aux jaloux et aux envieux.
Dans le domaine de la politique, je salue la manœuvre du président Macky Sall, qui est leur maitre de dans le domaine dela politique, en mettant K.O debout tous ces petits mesquins qui voulaient le caresser dans le sens des poils pour qu’il démissionne. Ils ont jeté l’éponge mais le combat continue puisque le chemin est long et très long et que les ennemis du Sénégal de l’intérieur et comme de l’extérieur ne dorment pas et nous aussi, nous n’avons jamais sommeil.

8.Posté par bissanegormack le 18/02/2016 13:07
Mon cher Piroguier

Je voudrais aujourd'hui t'entretenir justement de ces alliés de l'APR, en particulier le Parti socialiste. Toute ma jeunesse, j'ai combattu ce parti pour ses choix politiques et économiques qui ont fait de ce pays ce qu'il est devenu. C'est en réalité de la faute au Parti socialiste, si Abdoulaye Wade, au crépuscule de sa carrière politique et sans plus aucun enthousiasme, s'est saisi du pouvoir et nous a conduits à cette catastrophe morale et ce renversement sans précèdent des valeurs que nous sommes en train de vivre. Alors, est venu Macky, qui, dans une démarche opportuniste à souhait, a construit son discours aux sénégalais, désemparés par le désordre indicible de l’ère Wade, sur l'ethnique et les valeurs morales qu'il vient de trahir du reste en se réfugiant derrière des platitudes juridiques. Or donc, le Parti socialiste, du moins son Premier Secrétaire, Ousmane Tanor Dieng, soutient sans réserve le Président Sall, au risque d'une cassure sans précèdent dans l'histoire, après celles de 1996 et 1999. Au demeurant, le Parti socialiste est un élément constitutif de notre patrimoine politique national.
Mon cher Piroguier,
Soyons clairs, Ousmane Tanor Dieng, dont nous connaissons le caractère quelconque et insignifiant, ainsi que l'absence essentielle de vision et de charisme, n'est pas digne de notre attention, en ces moments historiques de la trajectoire de ce pays que nous aimons tant.
Ce qui est digne d’être relevé, c’est plutôt l’attitude opportuniste et ingrate d’Abdou Diouf. Il a réussi la prouesse de vendanger l’héritage de Senghor, dont il se réclame par filiation politique, en confiant le legs à un usurpateur, dont la seule qualité reconnue est d’être un bon fonctionnaire, ce qui ne fait pas un bon politique. Non content de ce forfait qui a valu à ce parti la perte du pouvoir en 2000, le même Abdou Diouf qui, décidemment, veut toujours vivre aux frais de la République, cautionne le soutien du PS au candidat Macky Sall à l’élection présidentielle maintenant renvoyée à février 2019, au détriment d’une candidature issue du parti socialiste. Son soutien à Macky lui vaut d’être maintenant logé dans ce palais qu’il a occupé de 1970 à 1980, la résidence du Premier ministre. Quoi que nous puissions penser de lui et quelle que soit sa posture politique, Abdoulaye Wade est un ancien Président du Sénégal, et en cette qualité, mérite de la République les égards seyants à son rang.
Par extraordinaire, et comme dans une mêlée, Abdou Diouf se retrouve dans ce cercle de souteneurs alimentaires avec tous les autres que le pays a vomis à un moment ou un autre des deux alternances que nous avons connues.
Macky, connu pour sa vacuité et son incompétence, a réussi la prouesse de rassembler autour de sa médiocre personne, des figures, tant rejetées par les sénégalais, qui cherchent à se recycler autour de ce jeune sans épaisseur qui certainement les adulait dans sa jeunesse. Souvenons-nous du texte psychanalytique d’Ibou Fall, parlant de Macky Sall et Abdoul Mbaye, son premier ministre de l’époque.
Alors, disons-le tout net, des coups, Abdou Diouf, de par son parti pris pour un camp politique dans l’arène plurielle du Sénégal, doit s’attendre à en recevoir. La seule manière d’y échapper, c’est d’aller acheter le pain lui-même le matin pour sa descendance. Souvenons de la question piège que la belle et impertinente Sokhna Dieng avait posée au Ministre du commerce de l’époque, feu Cheikh Hamidou Kane Mathiara : « combien coûte une baguette de pain ? ». Pour Abdou Diouf, il est temps de le savoir. Ton cher lecteur JOGANE

9.Posté par rvb membre 4 le 18/02/2016 13:34
Vous racontez du n'importe quoi, le conseil constitutionnel à dit le droit et c'est tout à fait cohérent pas apport à la position de 2012. La politique quand tu nous tiens au lieu de détecter une certaine mauvaise foi de macky Sall qui pouvait consulter le conseil constitutionnel bien avant au lieu de défendre coûte cette idée. Tu préfère attaquer le conseil. Cela SENEGAL à marre de ses politiciens qui sont avec le pouvoir que pour leurs besoins individuels et son pourtant toujours prêt à faire un croche pied au président . Macky Sall derrière cette déroute c'est peut être un moment pour reconnaître tes alliés plutôt que les courtisans qui sont la que pour te piéger et prendra ta place... Honteuse politique et nous nous demandons si vous avez des connaissances constitutionnel vous racontez du n'importe quoi

10.Posté par APR libéral le 18/02/2016 15:46
M. Sène n'est ni courageux ni responsable! Il est toujours dans son funeste, prétentieux et anti démocratique projet des assises nationales. Les sénégalais vous ont rejeté au suffrage universel et vous ferons face si nécessaire. Le projet d'extrême gauche a historiquement échoué et vous êtes responsable ! Le conseil constitutionnel a donné son avis de constitutionnalité! le chef de l'Etat clé de voûte de nos institutions a suivi sa recommandation! Tout le reste n'est helas que politique politicienne

11.Posté par APR libéral le 18/02/2016 15:59
M. Sène n'est ni courageux ni responsable! Il est toujours dans son funeste, prétentieux et anti démocratique projet des assises nationales. Les sénégalais vous ont rejeté au suffrage universel et vous ferons face si nécessaire. Le projet d'extrême gauche a historiquement échoué et vous êtes responsable ! Le conseil constitutionnel a donné son avis de constitutionnalité! le chef de l'Etat clé de voûte de nos institutions a suivi sa recommandation! Tout le reste n'est helas que politique politicienne.

12.Posté par APR libéral le 18/02/2016 16:19
M. Sène n'est ni courageux ni responsable! Il est toujours dans son funeste, prétentieux et anti démocratique projet des assises nationales. Les sénégalais vous ont rejeté au suffrage universel et vous ferons face si nécessaire. Le projet d'extrême gauche a historiquement échoué et vous êtes responsable ! Le conseil constitutionnel a donné son avis de constitutionnalité! le chef de l'Etat clé de voûte de nos institutions a suivi sa recommandation! Tout le reste n'est helas que politique politicienne.

13.Posté par Sengenis le 18/02/2016 23:38
Ibrahima Sene n'est ni plus ni moins un politicien en manque de popularité qui surf sur tous les sujets d'actualité pour se donner une certaine audience qu'il n'aura jamais
Le President Macky Sall mérite des félicitations et des acclamations par toute la classe politique pour avoir tenu sa promesse jusqu'au bout
À l'impossible nul n'est tenu
Le serment est plus fort que la promesse et une occasion rêvée pour mettre fin de manière définitive à ce débat sur la durée et le nombre de mandats
Je voterai OUI pour le référendum et je demande aux militants et sympathisants de l'apr ainsi que ceux des partis alliés à en faire de même pour un Senegal émergent dans un état de droit à une société solidaire

14.Posté par lota le 19/02/2016 17:22
je suis parfaitement d'accort avec Ibrahima sénemais malheureusement nos hommes politique sont ce qu'ils sont je me demande même s'ils croient en dieu

15.Posté par Complexe d''''etre musulman le 24/02/2016 06:12
Ce qui est triste c'est quand ibrahima sène (sur le 13h de tfm) n'est pas content de ceux qui utilisent le coran comme arguments ... Jusqu'au moment où nous parlons, ici au sénégal, rien interdit d'appuyer son discours avec des versets coraniques . Et pourtant c'est bien lui qui nous dit dans son article: "Complexe de la france quand tu nous tiens".. Moi je dirai "Complexe de la honte d'être musulman quand tu nous tient!" Qu'y a-t-il de meilleur source de preuve et d'arguments pour le bon pratiquant musulman que le coran....



Dans la même rubrique :