MOUSSA NIANG : « Dans le Baol, les familles vulnérables se comptent par millier »


MOUSSA NIANG : « Dans le Baol, les familles vulnérables se comptent par millier »
Ingénieur financier aux Etats-Unis et originaire de Mbacké, Moussa Niang trouve que la pauvreté a fini d’atteindre des proportions inquiétantes au Sénégal et plus particulièrement  dans le Baol. Le Président de l’organisation non gouvernementale «  Foundation 221 » estime que le retard à combler est suffisamment important pour imposer la mise en place d’une feuille de route urgente. « Nous avons, au terme d’enquêtes faites, découvert qu’il ya trop de familles déshéritées au Sénégal. La pauvreté est extrêmement importante dans certains coins comme le Baol. Les femmes sont généralement confrontées à des problèmes de santé non négligeables. Les enfants orphelins souffrent et méritent un soutien ».

 

Fort de ces constats, Moussa Niang a décidé de mettre en place, depuis le Michigan aux Etats-Unis,  « un institut de leadership » censé prendre en charge les enfants  et inciter chez les Sénégalais le réflexe de venir en aide aux populations de leurs localités. Notre interlocuteur compte d’emblée dérouler un programme  de distribution de viande en cette veille de fête de Tabaski. « Nous avons mobilisé une somme de 7 millions de francs. Nous veillerons à donner de la viande aux familles démunies des familles habitant les quartiers périphériques de Mbacké, Touba et Kaél. Nos actions iront au-delà de l’Aid-El-Kébir avec la construction d’une dizaine de puits, l’installation de robinets, une assistance aux orphelinats de l’agglomération, etc... » Moussa Niang de rappeler que chacun devrait s’évertuer à se demander ce qu’il doit faire pour son pays et non se limiter à se préoccuper de ce que son pays peut faire pour lui.
Vendredi 9 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :