MONTAGES ET TRANSACTIONS OFFSHORE AU LUXEMBOURG : La saga du Grand-duc Bibo

Des documents obtenus par Libération montrent comment, à travers plusieurs sociétés offshore montées au Luxembourg, Bibo Bourgi voulait faire main basse sur l’Aéroport international Blaise Diagne.


MONTAGES ET TRANSACTIONS OFFSHORE AU LUXEMBOURG : La saga du Grand-duc Bibo
Les autorités sénégalaises ont résilié le contrat de Daport S.A qui avait hérité du contrat de concession de l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass. Des documents obtenus par Libération montrent comment toute une ingénierie financière a été mise en place au Luxembourg, dès 2006, pour placer les ressources de l’aéroport sous la coupe directe de Bibo Bourgi.
Les enquêteurs de la Section Recherches de Dakar, sous l’autorité de Cheikh Sarr, avait, à l’époque, démontré que Daport S.A était contrôlée par Afriport Sa. Libération a pu remonter à la création de cette société et mis la main sur des documents qui attestent que son bénéficiaire, sur le papier, est Bibo Bourgi.
Tout commence le 20 octobre 2006 dans le cabinet de Maître Jean Seckler, notaire de résidence à Junglinster (Grand-Duché de Luexmbourg). Ce, jour-là, l’expert comptable Alexandre Taskiran est mandaté par Alnair Finance Sa, société offshore contrôlée par Bibo Bourgi, pour constituer Afriport Sa. Comme l’indique l’objet social : «La société a pour objet la prise de participations, sous quelque forme que ce soit, dans toutes sociétés luxembourgeoises ou étrangères, ainsi que l’acquisition par achat ou de toute autre manière, aussi bien que le transfert par vente, échange ou autrement de titres de toutes sortes, l’emprunt, l’avance de fonds sur prêts ainsi que la gestion et le développement de ses participations. La société pourra participer à la création et au développement de toute société ou entreprise et pourra leur accorder toute assistance. D’une manière générale, elle pourra prendre toutes mesures de contrôle et de surveillance et exécuter toutes opérations qu’elle jugera utiles pour l’accomplissement et le développement de son objet».
Dans la foulée, Christian Bühlmann, expert-comptable, né à Etterbeek (Belgique), qui est déjà intervenu dans la création de Met-Invest, est nommé administrateur tout comme son collègue Alexandre Taskiran, expert-comptable, né à Karaman et Jean-Bernard Zeimet, réviseur d’entreprises, né à Luxembourg, le 5 mars 1953, demeurant professionnellement à L-2730 Luxembourg, 67, rue Michel Welter. La société anonyme Trustconsult Luxembourg Sa, contrôlée par Bühlmann est désignée commissaire au compte alors que le siège de Afriport est établi à L-2730 Luxembourg, 67, rue Michel Welter. C’est-à-dire la même adresse que le cabinet Trustconsult.
Ce premier pas franchi, il fallait maintenant faire entrer les dirigeants de la société allemande Fraport dans le capital pour donner un semblant de sérieux à Afriport qui n’est qu’une société créée spécialement pour pomper les futures ressources de AIBD.
Et c’est Christian Bühlmann qui prend les choses en main en convoquant, le 5 mars 2007, une Assemblée générale des actionnaires de Afriport avec comme ordre du jour, la «décision de modifier intégralement l’objet social de la Société». Désormais, Afriport avait pour objet «toutes opérations commerciales se rapportant directement ou indirectement à la prise de participations sous quelque forme que ce soit dans toute entreprise ayant pris la forme d’une société de capitaux qu’elle soit anonyme ou à responsabilité limitée, ainsi que l’administration, la gestion, le contrôle, et le développement de ces participations.
La Société peut notamment employer ses fonds à la création, à la gestion, au développement et à la réalisation d’un portefeuille se composant de tous titres et brevets de toute origine, participer à la création, au développement, au contrôle de toute entreprise, acquérir tout titre par voie d’apport, de souscription, de prise ferme ou d’option d’achat ainsi que par vente, transfert ou échange. La Société peut emprunter et accorder aux sociétés dans lesquelles elle a un intérêt direct ou indirect tous concours prêts, avances ou garanties. Plus généralement, la Société peut réaliser toutes opérations patrimoniales, mobilières, immobilières, financières ou industrielles ou commerciales ainsi que toute opération de nature à favoriser directe- ment ou indirectement l’accomplissement et le développement de son objet.»

Le même jour, l’Assemblée générale décide de créer un capital autorisé fixé à un million d’euros (1.000.000,- EUR) qui sera représenté par cent mille (100.000) actions, divisées en dix mille (10.000) actions de Classe A et quatre-vingt-dix mille (90.000) actions de Classe B, toute d’une valeur nominale de dix euros (10,- EUR) chacune, et décision d’autoriser le conseil d’administration d’augmenter le capital social souscrit en tout ou en partie, dans le cadre de ce capital autorisé pour une période de cinq ans (5) à dater du février 2007 tout en réservant aux actionnaires de la Société un droit préférentiel de souscription lors de chaque émission d’actions nouvelles.
Ensuite, Alexandre Taskiran et Jean Bernard Zeimet sont démis de leurs fonctions d’administrateur pour être remplacé par deux dirigeants de trois dirigeants de Fraport : Florian Mahler - qui sera nommé Pdg de Daport Sa - Wolfgang Plut- niok - actionnaire dans Daport - et Paul van Lienden dont le nom apparaît, au niveau de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), dans un compte ouvert à la Julius Bank de Monaco
Ce changement effectué, l’Assemblée a crée deux classes d’actions nominatives, jouissant toutes de droits et privilèges identiques, les actions rachetables de Classe A («les actions de Classe A») et les ac- tions rachetables de Classe B («les actions de Classe B») et de subdiviser les dix mille (10.000) actions ordinaires constituant présentement un capital social souscrit de cent mille euros (100.000,- EUR) en mille (1.000) actions de Classe A d’une valeur no- minale de dix euros (10,- EUR) chacune et en neuf mille (9.000) actions de Classe B d’une valeur nominale de dix euros (10,- EUR) chacune, chaque action étant intégralement libérée.
A cet effet, elle attribue les mille (1.000) actions de Classe A à la société Fraport et les neuf mille (9.000) actions de Classe B à la société Contact Flughafen Konzessions Gmb une société à responsabilité limitée, constituée et existant sous le droit allemand, établie et ayant son siège social au 350 Dürener Strasse, D-50935 Cologne, enregistrée au Registre de Commerce sous le numéro HRB 57749. En vérité, Contact est contrôlé par Afriport et Général air service, société panaméenne contrôlée par Bibo Bourgi. C’est d’ailleurs via General Air Service qui compterait un autre actionnaire sénégalais que Bibo Bourgi que le complice présumé de Karim Wade avait pris des parts dans la compagnie Senegal Airlines.
Si le braquage avait «marché», l’AIBD serait, pour 22 ans, la propriété de ces individus peu recommandables...
Mardi 4 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :