MFDC : le nouveau SG, Abdou Elinkine Diatta, promet d'en finir avec "les va-t-en guerre"


MFDC : le nouveau SG, Abdou Elinkine Diatta, promet d'en finir avec "les va-t-en guerre"
Le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC, rébellion) renouvelle sa ‘’main tendue’’ au président Macky Sall et met en garde les ‘’va-t-en guerre qui n’auront plus de place en Casamance’’, a déclaré, dimanche à Ziguinchor (sud), son nouveau secrétaire général, Abdou Elinkine Diatta.
 
‘’Sous mon magistère, les va-t-en guerre n’ont plus leur place en Casamance. Je vais lutter pour cela. Ce sera difficile, mais je pense que je vais y arriver, parce que j’ai déjà fait le maximum. Tout le monde a travaillé pour ce retour de la paix. On ne laissera personne enflammer la Casamance’’, a-t-il promis.
 
Au cours d’une assemblée générale tenue les 3 et 4 mars 2017 à leur siège de Mangokouro à Ziguinchor, des responsables du MFDC ont désigné Abdou Elinkine Diatta comme nouveau secrétaire général du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance.
 
Jusque-là porte parole de la structure, M. Diatta remplace ainsi feu Abbé Diamacoune Senghor, rappelé à Dieu en janvier 2007. Devant des journalistes et un parterre de responsables et de sympathisants du MFDC, Abdou Elinkine Diatta a réaffirmé son vœu d’aller vers la paix.
 
‘’Le MFDC, par ma voix, saisit la main tendue de son excellence Macky Sall (…) à établir désormais des relations de confiance entre les différents protagonistes, avant d’avancer résolument vers la paix des braves pour le début réel des négociations entre l’Etat du Sénégal et le MFDC’’, lit-on dans le procès verbal de cette rencontre, dont copie est parvenue à l’APS.
 
‘’Dans le passé, en ma qualité de porte-parole, j’avais demandé au président Macky Sall, via une lettre transmise au gouverneur de Ziguinchor, que je lui tendais la main. Et je continue toujours à lui tendre la main, désormais en tant que nouveau secrétaire général du MFDC’’, a poursuivi Abdou Elinkine Diatta.
 
Récemment, un communiqué transmis à l’APS et cosigné par le MFDC et un groupe de facilitateurs déclarait que le règlement de la crise en Casamance doit passer par "la préparation du processus de négociations avec le gouvernement", l’unification du Mouvement des forces démocratiques de Casamance et la signature d’un "accord de paix définitif et inclusif.
 
Le conflit casamançais, marqué par des centaines de victimes civiles et militaires, connait une certaine accalmie ces cinq dernières années, après des pics de violence dans les années 1990.
 
Mis à part des attaques d’éléments isolés, suivies très souvent d’opérations de ratissage de l’armée sénégalaise, ce conflit semble s’inscrire dans la dynamique d’un processus de paix engagée à partir des années 2000 par l’Etat et le MDFC.
 
Une nouvelle donne qui a permis le retour de milliers de personnes déplacées et la reconstruction de villages rasés ou désertés.
Dimanche 5 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :