MEURTRE D’UN APPRENTI-CHAUFFEUR : L’ancien gendarme auxiliaire écope de 20 ans de travaux forcés

Pour avoir poignardé le jeune apprenti-chauffeur Mor Talla Djité, le 26 février 2010 à Malika, Mademba Diop, un ancien gendarme auxiliaire, a été condamné hier à 20 ans de travaux forcés par la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Dakar.


MEURTRE D’UN APPRENTI-CHAUFFEUR : L’ancien gendarme auxiliaire écope de 20 ans de travaux forcés
Le 26 février, la dame Maguette Diagne perdait son fils de 20 ans, Mor Talla Djité, poignardé mortellement en plein ventre. Six ans après, sa douleur reste toujours vivace. Hier, elle a été ravivée lorsque la mère s’est retrouvée côte à côte avec le meurtrier de son fils, à la barre de la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Dakar. ‘’C’est la première fois que je le vois. D’ailleurs, quand je l’ai vu, ma tension est montée et j’ai failli tomber’’, a confié la dame d’une voix tremblotante. Avant de lancer avec amertume : ‘’Il est méchant car il est plus grand que mon fils qui était chétif. Il n’a jamais eu de problèmes avec les passagers qui prenaient son car.’’ Seulement, ce jour du 26 février 2010, son fils a commis le péché de faire une remarque à Mademba Diop, qui était monté dans le car rapide dont il était l’apprenti-chauffeur.

Puisque le passager transportait un sac de viande avec du sang qui dégoulinait, Mor Talla Djité lui fit remarquer qu’il était en train de salir le véhicule. Le gendarme-auxiliaire reconverti en boucher vit rouge et rétorqua à son vis-à-vis qu’il n’avait qu’à rester chez lui s’il ne voulait pas être sali. Il s’en est suivi un échange de propos jusqu’au Terminus de Malika où le car devait s’arrêter. La suite, a raconté Mademba Diop : ‘’Dès que je suis descendu du véhicule, il m’a donné un violent coup de poing et la viande et mes outils sont tombés.’’ Il a ajouté avoir brandi un couteau pour intimider l’apprenti qui, par la suite, a couru et a voulu lui lancer un morceau de brique à la tête.

A en croire l’accusé, il n’a dû son salut qu’aux cris d’alerte de la foule. ‘’Lorsque j’ai esquivé le coup, il est tombé sur moi et s’est  empalé, mais je ne l’ai pas poignardé.’’  Lorsqu’il a terminé sa déposition, l’un des assesseurs du président Ndary Diop, le juge Coly, lui a lancé : ‘’Franchement, je ne crois pas à votre version.’’ Malgré cette remarque du juge, l’accusé a persisté dans ses dénégations jusqu’à l’arrivée du principal témoin oculaire qui a servi une toute autre version des faits. D’après Mamadou Gaye, alors qu’il se trouvait dans sa boutique, ses neveux l’ont informé de la bagarre. Lorsqu’il s’est retourné, il a vu l’apprenti lancer à deux reprises, une pierre à l’accusé. ‘’Après avoir raté sa cible, il a voulu s’enfuir, mais il a trébuché sur un talibé. Mademba l’a poursuivi et, arrivé à sa hauteur, il s’est penché sur sa victime en lui assénant des coups’’, a rapporté M. Gaye, tout en précisant qu’il croyait que l’accusé infligeait des coups de poing ou de pied.

Mais il a été surpris de voir le sang de la victime dégouliner. Pire, la lame du couteau est restée dans le corps de la victime. Tandis qu’une partie de la foule s’affairait autour de la victime pour tenter de la sauver, l’autre partie n’a pas hésité à faire la fête au meurtrier qui avait tenté de s’enfuir, après son forfait. C’est pourquoi à l’arrivée des gendarmes, Mademba était sérieusement molesté.

Amnésie

Hier, à la barre, il a laissé entendre que la bastonnade qu’il a subie a fait qu’il est resté inconscient jusqu’à son inculpation. De ce fait, il ne souvient pas de ses aveux faits devant la gendarmerie et devant le magistrat instructeur, lors de l’audience de première comparution. Son amnésie a vraiment suscité la colère de la représentante du parquet Ramatoulaye Ly Ndiaye. ‘’J’ai l’impression que vous perdez de vue que c’est une personne qui est morte dans ce dossier. Que vous oubliez que c’est une personne que vous avez tuée. Ayez la décence de tenir des propos cohérents, car la mère de la victime, qui se tient à côté de vous, a mal au plus profond d’elle’’, a martelé la parquetière. Pour autant, l’accusé n’a pas changé de fusil d’épaule. ‘’Tu nous prends pour qui ? Vous êtes en train de vous enfoncer. Quelqu’un qui s’attaque à une personne qui a un couteau ne fonce jamais sur celle-ci. Ayez l’intelligence de faire des déclarations que la logique peut accepter’’, a poursuivi la parquetière furieuse.

A son avis, les faits sont ‘’clairs, limpides et constants’’ et méritent comme sanction les travaux forcés à la perpétuité. Pour l’avocat de la famille, Me Mademba Diop, c’est ‘’un meurtrier doublé d’un mythomane’’ et qui n’a pas de respect pour la Chambre. La défense a elle sollicité la clémence. Mademba Diop a finalement écopé de 20 ans de travaux forcés et au paiement de 20 millions F CFA de dommages et intérêts. 
Jeudi 10 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :