MENACE DE DÉGUERPISSEMENT SUR LE SITE DE COLOBANE-WAKHINANE : Les artisans et brocanteurs prêts à y laisser leur vie pour que justice soit faite

Les artisans et brocanteurs qui occupent le site de Colobane Wakhinane (Dakar) sont menacés de déguerpissement. En conférence de presse, hier, le secrétaire général de cette association, Cheikh Diop, a appris que l’Etat a décidé d’attribuer l’espace qui fait près de 7 hectares au projet du Train express régional (TER) pour servir de garage de maintenance. face à cette menace qui pèse sur l’ensemble des travailleurs et leurs familles, ils comptent user de tous les moyens pour que justice soit faite dans cette affaire.


MENACE DE DÉGUERPISSEMENT SUR LE SITE DE COLOBANE-WAKHINANE : Les artisans et brocanteurs prêts à y laisser leur vie pour que justice soit faite
Les artisans et les brocangteurs qui occupent le site de Colobane Wakhinane sont très remontés contre l’Etat du Sénégal. Le Secrétaire général de leur association a constaté, depuis 2013, la quasi-privatisation de la ferraille au bénéfice des Chinois, laissant à quai de véritables citoyens qui ne sont animés que par l’intérêt de développer leur pays.
« Ces mêmes autorités qui théorisent la préférence nationale nous avaient notifiés, dans un premier temps, que seulement 50 mètres de notre site allait profiter au projet du Train express régional (TER). Avant de revenir pour nous dire que tout notre site sera pris pour servir de garage de maintenance pour ce TER », déplore Cheikh Diop.
Sur ce, il montre comment ses collègues contribuent, de manière soutenue, à l’émergence du pays : « Nous assurons la formation et le recyclage de bon nombre de jeunes, certains ayant subi des échecs scolaires, d’autres sous la menace de la pauvreté de leurs parents. Sur ce site, des milliers d’hommes et de femmes gagnent leur vie à la sueur de leur front. Nous constatons que malgré l’insécurité qui, jadis, a toujours caractérisé ce site, aucune mesure n’a jamais été prise pour nous protéger », a-t-il dénoncé. Et d’ajouter qu’il y’a bel et bien et bien anguille sous roche, car les autorités veulent céder l’espace à d’autres fins. Or, jusqu’à ce jour, aucune alternative ne leur a été proposée.
« On nous parle d’un site encore incertain à Diamniado que nous avons du mal à croire. Surtout que l’APIX, en charge des indemnisations pour les impactés de ce projet, cherche à diviser notre association en remettant à certains des chèques en catimini, ce qui est malsain à nos yeux et contraire à l’esprit constructif », regrette Cheikh Diop.
« Le paradoxe, dit-il, est que nous sommes les voisins d’étrangers qui ne sont nullement inquiétés car n’étant pas sous la menace de déguerpissement. »
Aussi, exige-t-il de l’Etat à songer, à l’avenir, aux pères et mères de familles qui, depuis des décennies, exercent licitement des activités génératrices de revenus à Colobane Wakhinane. En plus de garanties provenant de cette même autorité dont la mission régalienne consiste à protéger les investissements de tout citoyen dans un environnement économique stable.
« Tout ceci prouve à suffisance notre détermination à dialoguer. Mais ceci doit se faire avec des autorités résolument déterminées et conscientes de leur responsabilité. Mais apparemment tel n’est pas le cas », soulève le SG de l’association des artisans et brocanteurs.
Qui, dans le même tempo, indique que leurs sollicitations auprès du préfet de Dakar d’abord, ensuite à un certain nombre de ministres de la République et, au finish, au Président Macky Sall n’ont abouti à rien.
« Nous sommes au regret de vous dire que nous userons d’autres voies et moyens pour que justice soit faite dans cette affaire, car nous ne nous laisserons pas faire », conclut Cheikh Diop.
Jeudi 20 Avril 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :