MATTEO RENZI: "LA CULTURE EST LE MEILLEUR "ANTIDOTE" POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME"

La culture est le meilleur "antidote" pour lutter contre "la barbarie et le terrorisme", a soutenu, mercredi à Dakar, le président du Conseil des ministres italien Matteo Renzi.


MATTEO RENZI: "LA CULTURE EST LE MEILLEUR "ANTIDOTE" POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME"
"Investir dans la culture, c’est le meilleur antidote contre la barbarie, contre le terrorisme. Les universités sont les meilleurs défenseurs de la liberté d’expression", a-t-il dit.
 
Matteo Renzi a prononcé un discours d’une vingtaine de minutes à l’Université Cheikh Anta Diop devant des professeurs, des diplomates et des étudiants.
 
Selon le président du Conseil des ministres italien, la culture est un "moyen actif de contraindre le terrorisme".
 
"Pour chaque euro investi dans la sécurité, nous devons faire le même dans la culture’’, a-t-il suggéré insistant sur l’investissement dans le secteur de la culture.
 
"Donner de l’argent à la culture, c’est une politique de sécurité. Donner l’argent à l’éducation, c’est une politique de sécurité. Il faut donner de la centralité à la question des jeunes", a lancé Matteo Renzi.
 
M. Renzi qui a affirmé considèrer les universités comme un patrimoine important a souligné que "les terroristes cherchent à tuer les valeurs incarnés par les universités".
 
Le Président du conseil des Ministres italien a, en outre, vanté les mérites des nouvelles technologies de l’information et demandé aux jeunes africains de se les approprier.
 
"L’Europe a besoin d’un nouveau dynamisme. Nous avons besoin de l’Europe des fils. Nous avons besoin des jeunes italiens, français, allemands (…) Aujourd’hui, nous avons besoin d’un vison futur pour l’Europe, l’Afrique, capable de donner espoir", a souligné Matteo Renzi.
 
Arrivé mardi en fin d’après-midi à Dakar, Matteo Renzi a lancé avec le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne le Programme d’appui au développement économique et Social (PADESS).
 
Il a été reçu le même jour dans la soirée par le président Macky Sall.
 
BHC/PON
Mercredi 3 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par Ngagne le 04/02/2016 00:08
La culture est au début et à la fin de tout processus de développement ,rayonnante durant les années qui ont suivies les indépendances ,elle commença à décliner sous la mandature du president Diouf pour finir marginaliser sous le reigne des libéraux
Le béton restant l'unique préoccupation de ces derniers Malheureusement quand la culture sort par la petite porte ,l'obscurantisme entre par la grande porte La montée de l'obscurantisme est devenue palpable ,elle constitue un danger pouvant faire basculer les équilibres qui assurent les bonnes relations qui existent entre toutes les communautés de ce pays



Dans la même rubrique :