MATAM, UNE RÉGION AU CŒUR DE L’ÉMERGENCE DU SÉNÉGAL (Par Me El Ousseyni KANE)


La région de Matam s’est incontestablement transformée depuis l’avènement de Son Excellence le Président Macky Sall au pouvoir. 
Le Conseil des Ministres décentralisé pour la région de Matam du 21 mars 2013, a validé  un programme d’investissements de 126,767 milliards de francs CFA pour la période 2013-2015, à travers le Programme Triennal d’Investissements (PTI). Le taux d’engagement suite à ce conseil des ministres décentralisé est de 141%. A la date du 1er aout 2015, 178.209 Milliards de FCFA ont été engagés pour la région de Matam dans divers secteurs économiques et sociaux. L’engagement étant bien entendu un investissement dont la réalisation et le paiement peuvent être échelonnés sur plusieurs exercices. 
Pour être plus concret et faire taire certains contestataires de ces chiffres, il importe de rappeler certaines grandes réalisations dans la région de Matam depuis l’avenant du Président Macky Sall.
INFRASTRUCTURES
Les routes Ourossogui - Matam, les ponts de Ganguel Soulé et de Wendou Bosséabé ont été finalisés. Le financement est entièrement acquis et l’appel d’offres lancé pour la réhabilitation complète de la route de Ndioum - Ourossogui-Bakel et les cinq ponts sur les bras du Fleuve Sénégal. Ce dernier projet d’envergure va permettre notamment la réfection, l’aménagement et le bitumage de 337 km de route dégradées, le désenclavement de l’Ile à Morphil et la construction de 12 km de voies urbaines à Matam et Ourossogui. Les travaux de réfection et d’agrandissement de l’aérodrome d’Ourossogui vont démarrer incessamment. De même grâce au PUDC, 258 km de pistes rurales ont été réalisés permettant le désenclavement d’une centaine de localités et l’accès à plus de 5000 hectares de terres cultivables. La ville de Matam fait partie de la première vague des villes concernées par le programme national PROMOVILLES. A cela, il faudra rajouter le renforcement de l’accès aux télécommunications grâce au PUMA qui va impacter toute la région.
AGRICULTURE
En deux années de mise en œuvre du PSE, le PIB du secteur primaire dans notre pays est passé de 1.8% en 2013 à 18.2% en 2015. Dans cette évolution, il est évident que les investissements réalisés dans l’une des principales régions agricoles du Sénégal ont été essentiels dans ces performances.
Les différents projets en cours pour faire de la région le grenier du Sénégal en se basant sur son énorme potentiel de plus de 55000ha aménageables représentent un engagement de près de 44 Milliards de Francs CFA. Depuis 2013, grâce aux différents programmes et projets inscrits au Plan d’actions Prioritaires (PAP) de nombreuses réalisations ont été notées. Aujourd’hui les projets agricoles de Waoundé sur 700 ha (Waoundé) de Doumga Ouro Alpha sur 1000 ha (Bokidiawé) de Diafane-Sorokoum, de Koundel (Nabadji Civol), de Sylla (Dabia), de Sinthiou Boumack (Agnam Civol) de Garly (Ogo) la réhabilitation de la marre de Tiguéré Yéne, de Honi (Bokidiawé), la consolidation et l’aménagement des SIPA de Diowol (Bokidiawé), de Ogo (Ogo) de Ndouloumadji Dembé (Nabadji Civol), les 7 châteaux d’eau construits rien qu’en 2015 et la construction de trois rizeries sont autant de preuves de la nouvelle offensive agricole dans la région de Matam. 
Il faudra y rajouter les programmes réalisés par le PRODAM et la SAEF et concernant la construction de 6 km de digues de protection, la création de 9 nouvelles SIPA, l’aménagement de 27 périmètres irrigués villageois et la réhabilitation de 30 autres, l’aménagement de 30 ha de micro périmètres pour les groupement de jeunes et femmes, l’appui aux producteurs pour les semences certifiés sur 10 ha en riz, 10 ha en maïs, 2 ha en mil et 3 ha de sorgho. 
Le DAC (Domaine Agricole Communautaire) de Matam est en cours de réalisation pour un coût de 8 Milliards de Francs CFA. Il va permettre la création de 20000 emplois directs et indirects. A côté l’ANIDA réalise dans la région plusieurs fermes Naatangué. Tandis que le PUDC  a construit une vingtaine de forages, réalisé 85 km de pistes permettant le désenclavement de plus de 80 localités et l’accès à des terres agricoles et l’électrification de 87 localités. 
HYDRAULIQUE ET ASSAINISSEMENT
En moins de deux ans, le PEPAM et le PUDC ont construit ou réhabilités 69 ouvrages hydrauliques portant le nombre de localités desservis en eau courante à 334 et 42 km de réseaux d’adduction cumulés. Le taux d’assainissement qui était en 2014 de 5% est passé à 17% d’après les chiffres officiels.

ELECTRIFICATION
Grâce aux efforts du gouvernement, la région de Matam est actuellement la quatrième sur les 14 régions du Sénégal en termes de taux de couverture électrique avec ses 37 %. Le taux de couverture électrique est de  44% pour le département de Matam, 34% pour le département de Kanel  et 4% pour le département de Ranérou. La concession Matam-Bakel-Kanel-Ranérou qui fait partie des 10 que notre pays a mis en place pour accélérer l’accès à l’électricité pour tous  est en cours de finalisation. Nous avons dans le cadre des ERILs (Electrification Rurale d'Initiative Locale) le projet OUWENS MATAM_SEDHIOU_ZIGUINCHOR avec l'opérateur Coseer Matam qui a engagé les travaux d’électrification de plusieurs localités dans les communs de Dabia, Ogo et Agnam Civol en mini réseau.  La région de Matam est largement bénéficiaire aussi des programmes d’électrification du PUDC, du Projet Autrichien Phase 2 et du Programme national d’urgence d’électrification rurale (PNUER et Myna). A la fin de ses programmes, au plus tard en 2018, le taux d’électrification de la région de Matam sera porté à 56% avec 57% pour le département de Matam, 55% pour celui de Kanel et 52% pour Ranérou.
SANTE
La région dispose actuellement de deux hôpitaux dont les capacités d’accueil, la qualité des soins ainsi qu’une meilleure disponibilité du personnel soignant ont été améliorées grâce à la spécialisation initiée par le Gouvernement du Président Macky Sall.
La mise en place du Centre de Dialyse de Matam doté de 12 générateurs constitue une révolution de haute portée, fortement appréciée par les populations cat elle permet à des dizaines de ressortissants de la région de se faire soigner sur place et leur évite des parcours de plus de 1200 km par semaine pour se rendre à Dakar. Depuis quelques semaines des ambulances de dernière génération, entièrement équipées, avec l’appui de la Fondation Servir le Sénégal, sont mises à la disposition des structures de santé de la région de Matam pour faciliter l’évacuation des patients dans les hôpitaux de Matam et d’Ourossogui dans de meilleures conditions. 
EDUCATION NATIONALE ET FORMATION PROFESSIONNELLE
Au titre de l’éducation nationale, depuis 2013, 7 collèges ont été construits et quatre lycées sont en chantier dans la région de Matam. La construction de l’Institut supérieur de formation professionnelle (ISEP Matam) va bientôt démarrer sur un espace de 59 ha, pour un investissement en constructions de 600 millions  de Francs CFA. L’ISEP va developper des formations innovantes et orienter les centaines de bacheliers de la région dans les filières professionnelles scientifiques et techniques de courtes durées leur permettant d’embrasser les métiers de leurs choix et de trouver un travail. L’ambition est de fixer les étudiants dans le terroir et de leur éviter certaines conditions difficiles à Dakar et Saint-Louis. Cette nouvelle donne va encourager des opérateurs économiques à investir dans la région convaincus de trouver de la main d’œuvre hautement qualifiés sur place. Pour les deux dernières années, la région de Matam a enregistré le meilleur taux de réussite au BAC au niveau national avec 86,30% en 2016 pour un taux national de 49.62%. C’est dire que le potentiel est là.

En définitive, il est incontestable que la région de Matam reflète les effets visibles des projets retenus lors de son conseil des ministres décentralisé. Ces réalisations sont la matérialisation  de la Vision globale à travers le PSE que le Président Macky Sall a pour le Sénégal et de la place que doit y occuper et jouer la région de Matam dans l’optique de la transformation des conditions de vie des populations et le développement des terroirs.
Certes beaucoup d’autres défis restent à être relevés.
Matam a besoin d’un relèvement sensible de son plateau médical avec le renforcement en équipements des deux hôpitaux, l’affectation de médecins spécialisés, l’amélioration des conditions d’accueil ainsi qu’une meilleure couverture spatiale afin de rompre avec les déserts médicaux. L’emploi des jeunes est un défi national mais est plus tenace dans la région. Il est toutefois à espérer que le déploiement rapide du DAC et des fermes de l’ANIDA et le développement de filières industrielles dans l’agribusiness vont favoriser la création de milliers d’emploi et permettront de lutter contre l’exode vers les centres urbains. D’autres défis sont aussi à relever comme le financement des femmes, l’organisation de la pêche artisanale en eaux douces, la navigabilité sur le fleuve Sénégal, l’accélération des programmes dans le sous-secteur de l’élevage, la protection de l’environnement etc…
L’espoir est permis qu’avec le Président Macky Sall nous arriverons au bout de ces nombreux défis tant nous avons confiance à sa vision claire et manifeste, à son leadership affirmé et à son engagement ferme de mener le combat contre les inégalités afin de favoriser un développement inclusif.
Les populations de Matam n’ont jamais douté de l’engagement du président Macky Sall de faire du Sénégal un pays émergent et de la région de Matam l’un des moteurs de cette émergence. Elles l’ont démontré lors du dernier référendum avec une victoire du OUI à près de 90% et l’un des meilleurs taux de participation du pays et lors de l’élection des Hauts Conseillers avec une victoire nette et sans appel à 93%. Elles seront au rendez-vous en 2017 et en 2019 pour respectivement donner une majorité confortable à l’APR à l’Assemblée Nationale et réélire Son Excellence le Président Macky Sall, dès le premier tour, à la magistrature suprême. Ce sera leur manière de le remercier pour les moyens déployés pour faire de la région le pivot de l’émergence du Sénégal.



Par Me El Ousseyni KANE
Directeur de cabinet Ministre auprès du Président de la République chargé du suivi du PSE
Responsable Politique APR –Matam 
Vendredi 9 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :