MAROC Libération des Sénégalais qui avaient saccagé l’ambassade de leur pays : Le rôle de Mamadou Lamine Diallo


MAROC Libération des Sénégalais qui avaient saccagé l’ambassade de leur pays : Le rôle de Mamadou Lamine Diallo
L’ambassade du Sénégal au Maroc est revenue à de meilleurs sentiments en ce qui concerne les 21 Sénégalais arrêtés suite au saccage de ses bureaux à Rabat. Elle a ainsi retiré sa plainte et permis la libération de ces compatriotes qui ont fait plus d’un mois en détention.
Pour arriver à ce dénouement heureux, il a fallu l’intervention de bonnes volontés dont Mamadou Lamine Diallo. En effet, le président du mouvement Tekki s’est investi pour obtenir la libération de ses compatriotes. «Dès que j’ai été informé au lendemain de leur arrestation, j’ai saisi le ministre des Affaires étrangères par écrit pour lui signifier qu’un Etat ne pouvait porter plainte contre ses ressortissants à l’étranger, et que par conséquent, il fallait essayer de trouver une solution», indique le député. Dans sa plaidoirie pour la libération des ressortissants sénégalais, M. Diallo a associé certains de ses collègues parlementaires pour une plus grande efficacité. «On a essayé de gérer avec les ministères et certaines autorités et finalement la plainte a été retirée», dit-il. 
 
«Je ne partage pas leur acte»
Cette démarche du leader de Tekki ne signifie pas pour autant une caution aux actes posés par les Sénégalais du Maroc et qui ont conduit à leur arrestation. «Je ne partage pas leur acte, car j’estime que ce n’est pas comme cela qu’on doit contester. Je les invite à être disciplinés, à respecter les lois du Maroc», soutient d’emblée M. Diallo. 
Mais d’un autre côté, estime-t-il, cette réaction est à bien des égards compréhensible. «On a une jeunesse pour une grande part désemparée depuis quelques années et ces jeunes étaient dans un état extrême qui ne favorise pas la réflexion.» Donc pour Mamadou Lamine Diallo, il faut chercher à susciter l’espoir chez la jeunesse. Cela en assurant un devoir d’éveil de formation qui doit s’appuyer sur une bonne politique publique de création d’emplois.  
Les ressortissants sénégalais avaient le 28 mai dernier organisé un sit-in pour dénoncer les rafles qu’ils subissent dans le royaume chérifien et dont la dernière en date avait conduit au refoulement de 16 Sénégalais à Oujda à la frontière entre le Maroc et l’Algérie. La manifestation avait vite fini en affrontements entre eux et les Forces de l’ordre et avait occasionné d’importants dégâts matériels, selon les autorités consulaires. L’ambassade avait alors porté plainte. Des Sénégalais ont été arrêtés dont trois femmes et ont été placés sous mandat de dépôt. Ils devaient être fixés sur leur sort le 7 juin dernier avant que la plainte ne soit retirée.
 
lequotidien.sn 




Jeudi 4 Juillet 2013
Notez


Dans la même rubrique :