MARIAMA BA NE CULTIVE PAS LA RIVALITÉ (PROVISEUR)


MARIAMA BA NE CULTIVE PAS LA RIVALITÉ (PROVISEUR)
Les filles de la Maison d’éducation Mariama Ba de Gorée et leurs encadreurs ne sont pas dans une dynamique de concurrence encore moins de rivalité avec quelque école ou établissement que se soit a soutenu, mardi à Dakar, son proviseur, Catherine Sarr Sambou.

"Nous ne nous mettons pas la pression et ne cultivons pas la rivalité entre nous et les autres écoles. Nous sommes sur notre postulat de départ qui constitue la réussite d’abord aux examens de nos pensionnaires", a-t-elle dit dans un entretien avec l’APS.

"Nous ne travaillons pas pour faire la concurrence à qui que se soit. Même avec le Prytanée militaire de Saint-Louis qui est notre pendant, nous avons de bonnes relations de sympathie. Il n’y a pas de rivalité", a encore expliqué Mme Sambou.

Elle se réjouit de l’esprit des élèves qui sont, selon elle, "très solidaires et font esprit d’équipe".

"S’il y a des filles qui sont un peu faibles par rapport aux autres, c’est tout le monde qui se mobilise pour leur apporter tout le soutien et l’aide nécessaires", a-t-elle dit.

Le proviseur de Mariama Ba a assuré que l’encadrement pédagogique, les surveillants et l’ensemble du personnel "concourent à mettre en place un cadre adéquat pour le plein épanouissement des filles".

"Nous nous efforçons à créer de bonnes conditions de travail et d’épanouissement mais il faut reconnaître que notre budget est aussi assez modeste", a confié la responsable de l’institution scolaire.

Elle en appelle à une "meilleure prise en compte de leurs préoccupations pour pouvoir offrir aux filles tout ce qu’elles méritent en termes de rénovation du mur de clôture, repas, dessert, couchage, habillement, cadre de vie, etc".

"Nous aurions aimé faire plus pour elles, mais on a des difficultés pour renouveler les draps, changer les uniformes, offrir plus de fruits et de nourriture aux élèves qui le méritent largement au vu de tous les efforts qu’elles fournissent dans leurs études", a-t-elle plaidé.

La Maison d’éducation Mariama Ba située sur l’île de Gorée, a été installée sur une ancienne caserne de l’armée coloniale. Son ouverture en tant qu’école de jeunes filles a été décidée en 1978 par le défunt président Léopold Sédar Senghor.

Elle s’appelait à ses débuts : "Maison d’éducation de la légion d’honneur" avant d’être rebaptisée Mariama Ba en 1984 du nom de l’écrivaine sénégalaise, auteur du célèbre roman "Une si longue lettre".

 APS
Mercredi 27 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :