MARCHÉ POUR LA RÉHABILITATION DU STADE NGALANDOU DIOUF : Jappo, un scandale sur 7 ans

Libération est en mesure de révéler que AGETIP a résilié le contrat de la société Jappo qui avait été choisie pour l’exécution du marché portant sur la réhabilitation du stade Ngalandou Diouf (Rufisque). Derrière ce chantier qui a duré... sept ans, se cache Moustapha Sarr, le maire de Pout qui a transhumé vers l’Alliance Pour la République (APR).


MARCHÉ POUR LA RÉHABILITATION DU STADE NGALANDOU DIOUF : Jappo, un scandale sur 7 ans
Les populations de Rufisque qui manifestaient récemment contre l’arrêt des travaux portant sur la réhabilitation vont afficher le sourire. Selon les informations de Libération, AGETIP a résilié le contrat de la société Jappo qui peinait à exécuter le marché depuis... sept ans maintenant après avoir reçu une avance de démarrage.
Les mêmes sources renseignent que Jappo n’est contrôlée par personne d’autre que Moustapha Sarr, le maire de Pout qui a quitté l’URD et rejoint l’Alliance pour la République (APR). Un spécialiste proche du dossier renseigne que le marché, relancé, a été confié à la CSTP Sa de l’homme d’affaires Mbaye Faye.
Un choix qui intervient au moment où l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) a demandé au ministère des Sports «d’ouvrir» les marchés des stades aux étrangers pour mettre fin au monopole de la CSTP. Un spécialiste des marchés publics de souffler : «Le problème avec cette décision, c’est que l’ARMP ne semble pas disposer de toutes les informations. Si AGETIP a été contrainte de faire appel à CSTP, c’est parce que justement c’est la seule entreprise du secteur capable d’exécuter des marchés pareils en respectant les normes en vigueur. Il ne faut pas penser que la CSTP suce l’Etat comme elle veut et pour cause. Pour le marché du stade de Ndiarème par exemple, CSTP a accepté que le paiement soit inscrit sur le budget de 2017. Pour le stade Caroline Faye de Mbour, elle a pré-financé le marché à hauteur de 1 milliard de FCfa. Alassane Djigo est en fin de travaux et le stade sera bientôt inauguré».
La même source de Libération d’expliquer : «l’ARMP a sorti une décision pour le moins contradictoire. En effet, le Code des marchés est clair en son article 52 : la participation aux appels à la concurrence et aux marchés de prestations et fournitures par entente directe dont le financement est prévu par les budgets des autorités contractantes est réservée aux seules entreprises sénégalaises et communautaires régulièrement patentées ou exemptées de la patente et inscrites au registre du commerce et du crédit mobilier ou au registre des métiers au Sénégal ou dans l’un des Etats membres de l’UEMOA ou aux entreprises des Etats appliquant le principe de la réciprocité.»
Samedi 1 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :