MANSOUR SY : « Les syndicats les plus représentatifs seront les interlocuteurs… Illusoire de penser qu’on aura une année scolaire avec zéro revendication »


Ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions, Mansour Sy clame tout haut la transparence qui a caractérisé la répartition des subventions aux centrales syndicales avec des traçabilités réelles. «C’est le Trésor qui verse directement l’argent dans le compte de ces centrales », dira-t-il à ce propos. Invité du Grand Jury, le ministre a aussi tenu à préciser qu’il s’agissait de la somme de 300 millions pour 2015 et fixé au mois d’avril. Dans un futur très proche et par rapport aux protestations des centrales  nées de cette répartition, Mansour Sy explique que « toutes les questions seront vidées et qu’il va être mis un autre mode de répartition de ces subventions ». 

Il dément une quelconque tentative de l’Etat de chercher à émietter les syndicats et assure qu’une bonne partie des syndicats ont été signataires du pacte de stabilité sociale et d’émergence économique signé en 2014.

 
ÉLECTIONS DE REPRÉSENTATIVITÉ SYNDICALE



Interpellé sur les élections de représentativité, le ministre Mansour Sy rappelle que rien que dans le secteur de l’enseignement, il y en a une cinquantaine. Pour cela, il requiert un processus d’assainissement du secteur de travail dans ce sens. « Les syndicats les plus représentatifs seront les interlocuteurs de l’Etat. Nous allons fixer le seuil de représentativité. Ce seuil sera (…) entre 10 à 25%... Le gouvernement a mis les ressources en place pour que l’on organise les élections de représentativité syndicale ».
 
EDUCATION ET GRÈVES
 
Le ministre Mansour Sy, abordant le secteur de l’éducation et des grèves qui le plombent, déclare ne nourrir aucune inquiétude majeure par rapport à l’année scolaire prochaine. «  Les revendications des enseignements sont en cours d’être réglées. Les rappels seront soldés dans le courant de l’année 2016. Le Gouvernement a pris des mesures pour régler ses engagements. Les bases d’une année scolaire apaisée sont jetées.  Avec les élections de représentativité syndicale, nous allons désormais avoir des partenaires avec qui discuter ».  Toutefois, il se refusera de nager dans un optimisme béat. « Il est illusoire de penser qu’on aura une année scolaire avec zéro revendication ».
 
AFFAIRES SONKO ET NAFI N'GOM KEÏTA

Interpellé sur la suspension d’Ousmane Sonko, le ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions et ancien ministre de la fonction publique ne regrette rien. « Tous les agents de l’Etat sont astreints à une obligation de réserve. Il a choisi d’utiliser les informations auxquelles il accède grâce aux fonctions qu’il occupe. La suspension est une mesure conservatoire ». Pour ce qui est de la non-reconduction de Nafi N'gom Keïta à la tête de l’Ofnac et des réclamations pour limogeage  anticipé, Mansour Sy rappelle «  un principe de droit ». A l’en croire « on calcule le mandat à partir de l’acte qui l'a nommée ».

 

Dimanche 7 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :