MAME BARA MBACKÉ : "Nous petits fils de Serigne Touba, avons l'obligation de travailler et d'étudier... Cheikh Bass mérite le respect"


MAME BARA MBACKÉ : "Nous petits fils de Serigne Touba, avons l'obligation de travailler et d'étudier... Cheikh Bass mérite le respect"
Propriétaire du daara «  Khidmatoul Khadim » à Darou Tanzil, Serigne Mame Bara Mbacké Ibn Serigne Moustapha Abdou Aziz a le moral au ras des pâquerettes lorsqu'il parle de l'apprentissage du Coran au Sénégal. Pour lui, le recul est net. Une situation désastreuse qui oblige à prendre, très promptement, des solutions de la part des chefs religieux. « C'est maintenant devenu très rare d'entendre des séances de récital de Coran consacrant des enfants qui ont maîtrisé le livre saint. C'est regrettable et la solution se trouve dans la réhabilitation des daaras traditionnels et dans la nécessité de leur redonner leur authenticité », dit-il notamment. Toutefois, il estime que le mal se situe dans le refus affiché par certains jeunes appartenant à des familles religieuses d'assurer l'enseignement coranique.'' Faudrait-il d'abord que nous acceptions de retourner dans les daaras. Un petit fils de Serigne Touba a l'obligation d'apprendre et d'enseigner le Coran mais aussi de travailler. C'est, d'ailleurs, ce qu'a indiqué le Khalife Général des Mourides ''.
Serigne Mame Bara Mbacké, qui revendique son statut de paysan,  d'estimer que la communauté Mouride a besoin de jeunes qui maitrisent les connaissances islamiques pour apporter la riposte intellectuelle idoine aux détracteurs de Cheikh Ahmadou Bamba. '' User la force physique pour apporter la réplique aux saboteurs ne sied pas. Il faut une réponse basée sur des connaissances religieuses ''. Il saluera, en passant, le niveau «  très appréciable »' de Cheikh Bass Abdou Khadre Mbacké. '' Heureusement que nous avons un homme de sa trempe et de son niveau comme porte-parole du Khalife. C'est une fierté et ceux qui l'attaquent devraient arrêter ''.
La dernière question qu'il abordera dans cet entretien avec Dakaractu sera le Magal qui est, selon lui, un bel exemple d'un homme qui a adoré son Seigneur comme personne. 
Ce samedi 12 novembre, son daara compte primer ceux qui ont maîtrisé et reproduit le livre Saint. Cette année, ils seront au nombre de 19 à être honorés...


Mardi 8 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :