MALICK MBAYE, DG de l’ANAMO «L’urgence n’est pas à la réouverture de dossiers judiciaires»


MALICK MBAYE, DG de l’ANAMO «L’urgence n’est pas à la réouverture de dossiers judiciaires»

 
La réouverture du procès de Me Babacar Sèye proposée par le président du groupe parlementaire de Benno bokk yaakaar (Bby), Moustapha Diakhaté, n’enchante pas tous les membres de la majorité présidentielle. Une voix dissonante s’est fait entendre, hier, pour soutenir le contraire. Il s’agit de celle du leader de la Convergence citoyenne, Gëm sa bopp, Malick Mbaye, membre de la coalition Macky2012. Le Directeur général de l’Agence nationale de la maison de l’outil (Anamo) ne trouve pas nécessaire la réouverture de ce procès. «L’urgence n’est à la réouverture d’aucun procès.» Pour justifier sa position, Malick Mbaye évoque des raisons politiques et d’efficacité : «Il faut éviter que le mandat de Macky Sall ne soit celui des procès. Nous avons l’affaire de la traque des biens supposés mal acquis, le procès de Hissène Habré et voilà qu’on nous propose la réouverture d’un dossier vieux de 20 ans.» Selon Malick Mbaye, «cette overdose médiatique autour des dossiers politico-judiciaires est en train de cannibaliser la visibilité des actions et actes forts posés par le Président Sall, son Premier ministre et son gouvernement».
Le leader de la Convergence citoyenne pense que les urgences de l’heure, combinées à la volonté salutaire du chef de l’Etat de réduire son mandat, obligent les tenants du pouvoir (l’Alliance pour la République, Macky2012, Benno bokk yaakaar), à redoubler d’efforts, à se départir de toute activité subsidiaire pour se concentrer à l’essentiel : la satisfaction de la demande sociale qui est des voies les plus sûres pour garantir au Président Sall un second mandat sans second tour.
Seulement, le Directeur général de l’Anamo reconnaît que «l’affaire est une étape douloureuse de l’histoire du Sénégal, mais il ne voit pas en quoi la réouverture du procès coûterait aux Sénégalais». Il rappelle que les auteurs de l’assassinat, les complices, les commanditaires ont été clairement identifiés, reconnus coupables par la justice et par le tribunal populaire. «Je comprends la position et la volonté de Moustapha Diakhaté qui, en sa qualité de représentant du peuple, souhaite que l’affaire soit encore remise au goût du jour, mais n’oublions pas qu’à l’heure du bilan, le Sénégal qui a un peuple spécial jugera un bilan. Or, Macky Sall en dispose, mais il faudra le rendre plus visible. Les prix des denrées ont été réduits, les Finances publiques assainies, les conditions de vie des paysans améliorées et les jeunes ont retrouvé l’espoir de trouver du travail avec les recrutements massifs en cours», raisonne-t-il.
NDIAGA NDIAYE  
Jeudi 16 Mai 2013
Dakaractu




1.Posté par sen=gal le 17/05/2013 08:49
Hé mec apprends à t'habiller regarde ta chemise et ta cravate j'espère que madame ne t'a pas vu sortir sinon cherche une 2ème épouse si t'est pas célibataire

2.Posté par alune fall le 17/05/2013 09:09
Au moins quelqu'un qui réfléchit A l'APR.

3.Posté par georgette le 17/05/2013 10:55
Coté habillement rien à dire; cest ce qu'on appelle du ton sur ton . Pour les propos je trouve que c'est pertinent et courageux .

4.Posté par aida le 17/05/2013 15:39
yaw senegal khamo linguay wakh ki sagnsè rek lay def en plus madame s'occupe tres bien de lui . contribution pertinent vraiment da gno sone avk les affaires judiciaires bientot 5 ans è rien nè encor realiser



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015