MALAISE AU SEIN DE LA BAD : Le directeur de la Communication Ismaila Dieng claque la porte


MALAISE AU SEIN DE LA BAD : Le directeur de la Communication Ismaila Dieng claque la porte
Ça ne sent pas bon dans les cou- loirs de la Banque africaine de développement (Bad) à Abidjan. Comme des explosifs qu’on jette, plusieurs cadres de l’institution quittent le navire. Sur fond de malaise et d’immobilisme. Le Directeur de la communication, le sénégalais Ismaila Dieng a démissionné ce mercredi. La nomination d’Akinwumi Adesina comme 8e président de la Banque africaine de développement (BAD) avait suscité de l’espoir et un processus sous le sceau du renouveau allait être amorcé. Les ambitions étaient clairement affichées et il ne restait à l’équipe dirigeante qu’à dérouler comme sur des roulettes. Mais force est de constater que le climat est loin d’être serein. Et ce n’est pas ce président à « l’ego surdimensionné », qui va ramener la sérénité indiquent nos sources.
En effet, on vient d’apprendre la démission surprise d’Ismaila Dieng, jusqu’ici Directeur de la Communication de la BAD. Cinq mois après sa prise de fonction, cette démission est d’autant plus surprenante que cet ancien du Fonds monétaire international était attendu pour mettre un peu d’ordre dans la communication de l’institution panafricaine. Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour pousser Ismaila Dieng à la démission ? Pour le moment, c’est mystère et boule de gomme. Les seules indiscrétions que nos sources consentent lâcher : « C’est un cumul de frustrations. C’est un véritable professionnel qui a commencé à faire de bonnes choses. Mais au niveau de la haute direction, on pense être spécialiste de tout. Dès lors, on lui met des bâtons dans les roues. »
Il y a quelque temps, LEJECOS alertait sur le malaise à l’interne de la boîte. La vérité est que le personnel de la banque africaine de développement est inquiet. Ce personnel censé conduire les nouvelles orientations de la
banque à savoir les Hi 5 est démoralisé. Un malaise profond s’est installé au cœur de cette institution panafricaine. L’origine de ce malaise viendrait du plan de restructuration en cours au niveau de la Banque et dont le personnel ignorerait les contours. Il convient de souligner toutefois qu’une restructuration est nécessaire pour mettre en adéquation la vison et les objectifs du 8 ème président de l’institution panafricaine.
A terme, le président Akinwumi Adesina devra se séparer de certains de ses employés pour mettre en conformité les effectifs avec les objectifs du Hi 5.
Mais, force est de constater aujourd’hui que derrière ce plan de restructuration se cache des plans inavoués du Président de l’institution. Il est clair qu’on voudrait nous amener à une « destination » de l’institution panafricaine. Pour parer à cette situation, la première salve est venue de la première vice-présidente, Dr Frannie Léautier, une grande professionnelle très respectée en Afrique et en dehors du continent, qui avait déposé sa démission tuée dans l’œuf, avec des gages donnés par Adesnina, au mois de novembre dernier. Dans la foulée, pour calmer le vent de rébellion qui commencé à gangrener le personnel, Akinwumi Adesina publie la liste de nomination des directeurs généraux régionaux dans la contrainte, qui dit-on serait différente de la première liste où ne figurait aucun cadre de la banque.
Vendredi 10 Février 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :